AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Noël au balcon, enrhumé comme un con ¤ Garry

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
▬▬▬▬▬▬▬

avatar

Messages : 368
Date d'inscription : 09/03/2012
Age : 23


It's a kind of magic.
Age du personnage :
Nationalité:
Relationship:

MessageSujet: Noël au balcon, enrhumé comme un con ¤ Garry   Mer 2 Jan - 1:39


    .


    Charlie rouvrit les yeux, accoudée à la rambarde du balcon du sixième étage, La rousse ne regardait pas le paysage. Ses yeux fixaient le ciel qui carressait la forêt interdite, pendant que la brise effleurait son corps comme aucun homme ne l’avait encore fait. Le vent faisait plisser le tissu de ses vêtements.

    Tu as froid. Ton corps est presque anesthésié et tu ne sens plus tes jambes. Tu es là depuis maintenant une bonne heure sans doute. Sans doute. Au final tu n’en sais rien puisque ici le temps est suspendu. Tu te dis que tu aimerais pouvoir figer le temps et non les molécules. Ton pouvoir aurait presque l’air d’un fake à coté d’un ‘stoppeur de temps’. Tu es fatigué. Mais tu ne veux pas bouger. Ici malgré la fatigue et le froid, ici tu te sens bien. Tu penses à Nasr . Que tu n’as pas croisé depuis un moment d’ailleurs. Tu penses aussi que depuis ton arrivée à Aisling tu ne t’es toujours pas trouvé de copain. Tu vas finir vieille fille, grosse morue. Il faudrait que tu retournes courir un peu aussi puisque ça fait longtemps que tu n’y as pas été.

    On entend au loin comme une bagarre animale puis un éclair traverse le ciel. Velmur aura encore à moitié tué un pauvre innocent ou le ciel est-il en colère ? Le calme entourant la jeune PHY lui apportera sa réponse.

    Tu regardes vers le bas, petit à petit. Tu t’entraines toujours face au vide, idiote que tu es, en pensant pouvoir gagner un jour cette interminable guerre. Ce vertige ne te quittera jamais, tu le sais pourtant. Tu recules après la bataille pour t’assoir contre le mur un instant, le repos du guerrier comme qui dirait. Tu penses à tes parents de qui tu n’as pas eu de nouvelles depuis longtemps. Mais comme toute chose, et ça reste définitivement ton problème Charlie, tu les fais involontairement disparaitre de ton esprit au profit de ton estomac, ce qui aurait aussi put être de la fatigue ou encore de l’endroit ou tu as bien pus perdre ce foutu carnet.


    ‘Ça s’en va et ça revient’ l’esprit de la rouquine danse et se mouvoit d’une tel manière qu’elle pense à tout et à rien a la fois. Même les besoins naturels disparaissent parfois. Elle pourrait oublier de manger comme l’on oublie son parapluie, ne pas allez au toilette pendant deux jours comme on rend un devoir en retard, elle ne dormirait pas pendant une ou deux nuit comme l’on va passer un ou deux jours chez un ami, Mais le besoin de sexe, lui, lui restera toujours à l’esprit puisqu’il est le seul que Charlie n’ai toujours pas eu le plaisir de goûter.

    Tu te relèves et frotte ton pantalon, t’approche une dernière fois de la rambarde pour admirer l’horizon avant de regagner ta chambre et tu entends un bruit derrière toi. Ton Coeur s’emballe. Un prof? Un élève? Haraldson? Doucement tu te retournes. Et aperçoit alors un jeune.. homme sans doute, aux cheveux blancs que la lune faisait miroiter sous ses rayons. Ton corps s’apaise. Il n’est pas la pour autre chose que du calme.

    "Euhm je. Euh. A qui ai-je l’honneur ?"

    .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬▬▬▬▬▬▬
avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 28/12/2012
Age : 20


MessageSujet: Re: Noël au balcon, enrhumé comme un con ¤ Garry   Mer 2 Jan - 3:09


“ Je suis la plaie et le couteau. ”


Aisling, c'est grand. Ça, c'est un fait indéniable. Au milieu de ses grands couloirs, il avance. Plutôt calme, malgré ce que l'ont dit sur sa classe, le phy s'égare avec nonchalance. Il n'arrive pas à se concentrer sur ses devoirs, ni sur la coutellerie. La faute de MJ, encore ! À force de lui balancer des livres sur la figure, il a probablement des séquelles. Les mains dans les poches, Gale se dit qu'il serait plus raisonnable de retourner dans sa chambre. Quoi de mieux que son lit pour.. Se tourner, retourner, râler contre l'insomnie, et compter les moutons. Oui, l'albinos n'arrive pas à dormir malgré le fait qu'il soit en gros manque de sommeil. Les heures passées à peaufiner sa dernière oeuvre - un batardeau dont il était assez fier, avec une lame de premier ordre et un manche en chêne doré aux incrustations de.. Bref. - et avaient considérablement puisées dans ses réserves d'énergie.

Et pourtant, il est là, à déambuler les mains dans les poches et avec une expression maussade. Ne ps dormir de fatigue, c'est tellement lamentable ! L'adolescent bougonne de temps à autre sur la perte de temps qu'il est en train de faire, sans pour autant se résigner à faire demi tour. Se résigner avant d'avoir atteint un horaire raisonnable ? JAMAIS ! Il n'ira se coucher qu'aux alentours de 2 heures, puisque c'est ainsi ! Voir une nuit blanche ! .. En parlant de blanche, sa peau couleur cadavre aura surement de jolies teintes violacées avec les cernes qu'il va se taper. Ah, Gary ! Toujours élégant, n'est-ce pas ? Bah, de toute façon, ce n'est pas comme s'il allait vouloir séduire qui que ce soit. À part ses couteaux, peut être, mais ce serait une relation à sens unique. Et comme dirait Clémentine : "il serait sur le fil du rasoir". Celle-là, à faire ses jeux de mots.. Tsh.

Au gré des corridors et des allées, Gale finit par tomber sur une porte menant vraisemblablement à l'extérieur. À cette hauteur ? Un balcon ou quelque chose dans le genre, probablement.. Mais pourquoi pas ? Prendre l'air pourrait lui faire du bien, lui qui a beaucoup inhalé les produits de son ateliers. Alors avec un léger soupire, l'albinos pose sa main d'albâtre sur la poignée et ouvre le passage. Il s'attendait à.. À rien, en fait. Une petite balustrade moche et terne. Une immense terrasse digne d'un palace, peut être. Ou encore autre chose, difficile à dire. En tout cas, il savait juste que ce serait un endroit en plein air, où il serait tranquille. . . . Ou pas.

Une autre personne avait eu la même idée de pousser cette porte. Celle-là, précisément, et nulle autre. Damn, voilà qui est inattendu. La nuit est belle, ceci-dit, et un petit vent rafraîchi le jeune homme qui en profite. Qui dit personne dit société. Sociable. Soit sociable. Un léger sourire apparaît alors qu'il s'avance, les mains toujours dans ses poches. Devant lui, une jeune fille. Des yeux de biche, des seins, une taille fine.. Une fille quoi. Inconnue au bataillon, celle-là. Il ne sait vraiment pas à qui il a affaire. Tranquillement, l'albinos s'avance en gardant son air avenant et tranquille.

- Bonsoir. D'ordinaire, on se présente avant de demander le nom de quelqu'un. Je m'appelle Gale.. Mais tu peux m'appeler Harry ou Gary, ça marche aussi. Et toi ?

Avec un sourire en coin, Gary s'avance jusqu'à la balustrade et s'y accoude quelques instants avant de se tourner vers la jeune fille. On se croirait dans un vieux film à l'eau de rose.. Amusant. Ou pas.

- Dis moi. Un garçon qui arrive sur un balcon, où il y a une fille, et en plus par une belle nuit.. C'est pas un vieux cliché vu et re-revu ? Oh God. Ça existe vraiment, ce genre de situation ?

MJ et lui se sont pourtant déjà retrouvés le soir.. Oui mais Gary ne considère pas MJ comme une fille. Et Clementine.. Hmm. Même combat. Cette fille a une camera à la place du cerveau, de toute façon.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬▬▬▬▬▬▬

avatar

Messages : 368
Date d'inscription : 09/03/2012
Age : 23


It's a kind of magic.
Age du personnage :
Nationalité:
Relationship:

MessageSujet: Re: Noël au balcon, enrhumé comme un con ¤ Garry   Lun 10 Juin - 2:10

parcequejetecoeuretquejesuisdésolée:
 


    .


    Face à lui, et derrière la rembarde puis le vide. La petite rousse était coincée. Prise au piège. Et finalement c'était mieux comme ça. Ca allait l'obliger à parler un peu à quelqu'un de nouveau. Et à la sortir de sa torpeur. Elle se dit que ce gamin là avait l'air plutôt direct, et franc du collier, pour la rembarrer ainsi tout en répondant trop poliement à sa question. Elle avait appris que l'on pouvait croiser des type en tout genre dans cette foutue école. Mais elle n'avait pas pour autant appris à se méfier.

    "- Ah euh. Harry.Garry. Gale. Garry , Garry c'est bien! Moi c'est Charlie, et, et on m'apelle aussi Gigi, pour mon deuxième prénom, Gina. Mais bon en général c'est quand même plutôt Charlie, moi ça m'est égal je crois et....

    et tu te rends compte qu'une fois encore tu t'emballes. Serais-ce la timidité qui ferais de toi un moulin à parole? Tu t'arrêtes dans ton trop passionné monologue pour en revenire à des présentations plus... strictes. Mais avant que tu n'es eu le temps de dire quoi que ce soit, ce cher Garry avait déjà ouvert la bouche.

    Tu souris à sa réplique. Maintenant tout les deux face aux étoiles, carressés par la brise hivernale. Tu tournes alors ta rousse frimousse vers la droite pour tomber sur Monsieur G. et te rend alors compte de ses rouges pupilles, fixées sur toi, entourées de cheveux blanc, dansant autour de son visage. Le vent portait alors son odeur corporelle à tes narines, ce qui était loin de te déplaire.

    - Il faut croire que oui, avoue, on est pitoyable... Pourquoi t'es là toi? Insomnie? Colloc qui ronfle?


    Tout en gardant ton petit sourire en coin emplie d'autant de franchise que de naïvetée tu te poses une moultitude de question sur ce cher Garry. Que, comme d'habitude, tu taieras. Mais tu te laisses un post-it mental en te disant de lui demander son pouvoir, puisque, c'est évidemment ce qui t'intrigue le plus chez les Aisliguiens.


    La PHY avais toujours aussi froid et, dans un moment d'inattention, laissa échapper un claquement de dents puis éclate de rire laissant sortir de sa bouche un nuage de fumée de condensation.

    - Et pour tomber un peu plus dans le cliché, je meurt de froid. Mais non, je ne veux pas rentrer, je suis beaucoup trop bien ici."



    .

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬▬▬▬▬▬▬
avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 28/12/2012
Age : 20


MessageSujet: Re: Noël au balcon, enrhumé comme un con ¤ Garry   Lun 10 Juin - 21:46


“ être intelligent, c'est faire ce que l'on attend de vous.. ”


La fille murmure les noms et sobriquets de l'albinos, comme pour y faire son marché et choisir ce qui lui va le mieux. C'est ça, la vie : plus personne ne prend le premier truc qui vient. Il faut choisir, comparer, pour que la décision soit la mieux possible. Même interpeller quelqu'un, ça devient un acte de consommation. Quel monde de merde. Gale ferme un peu les yeux et sourit discrètement en sentant la brise. En bon seigneur de la nuit -comme toute personne dark qui se respecte- il apprécie cette ambiance feutrée et sauvage à la fois. Le vent qui lui glace le visage avec délice, et à part le babillage de la fille tout est calme. Mais pas tout à faire assez malgré tout pour Gale. Le silence, le vrai silence, il en rêverait. Mais en même temps, il paraît qu'il se délecte trop de la solitude. C'est l'oncle Sam qui le dit. Et l'oncle Sam a surement raison. Il a souvent raison.

Gigi. Il a pas rêvé, elle a bien dit qu'on l'appelait aussi Gigi ? Oh, Rumikub. Ça vaut presque Gale, ça. Gigi. C'est assez unique et.. Burk. Il aime pas. Charlie, c'est mieux. Mais bizarre, il trouve que ça ne lui va pas. Elle a des airs de tite princesse niaise et.. Gentille. Charlie, c'est dynamique, un peu garçon manqué, un peu trop vivant. Fleur bleue, elle doit l'être surement un peu aussi. Après tout, c'est une vraie fille, pas comme les deux choses à cheveux long avec lesquelles Gary tourne. Chut, arrête, mon grand. Sociable, pense sociable. D'autant qu'elle te pose des questions, avec un.. Joli sourire. Il veut bien lui accorder ça. Même si ça la rend un peu plus niaise de tête. Et puis elle marque un point : oui, ils sont pitoyables. Totalement. Finalement, elle est peut-être un peu moins niaise que ce qu'il avait pensé.

- Le colloc' qui ronfle, j'aurais bien aimé. Un oreiller sur la tronche, et il l'aurait fermé. Là, c'est plutôt des insomnies de sommeil. Chelou mais vrai : je suis tellement crevé que j'arrive plus à dormir. Pitoyable, combo. Et toi ? À part jouer la diva princesse dans la caillante, tu fais quoi ici ?

Bien emmitouflé dans son sweat, les mains toujours dans les poches, il regarde la viking. Tarée, c'est un coup à choper la mort. Un bref instant, l'albinos hoche de la tête. Tarée, mais qui a du cran, ou au moins une forme de courage pour faire ça malgré la bise glaciale. .. Et elle dit qu'elle a froid. Mais quelle boulette, cette fille. Ouais, une fille quoi. Gale étouffe un léger rire : elle l'amuse. Un peu, juste un peu. Quelque part, la voix de son Oncle Sam résonne dans sa tête. "Avec les filles, il faut être encore plus sympa. D'une, parce que comme ça t'auras la paix. De deux, parce que la galanterie c'est pas pour les chiens et que t'as intérêt à leur prouver que tu connais pour leur clouer le bec de temps en temps." Oui tonton.. Sociablement galant. Allons-y, donc.

- Oh, on peut aller plus loin encore dans le bon vieux stéréotype, tu sais. Autant faire les choses correctement. Mais t'es pas un peu maso, pour aimer être congelée sur place ?

Avec un sourire royal en coin, il lui tend sa veste. Tonton a fait un bon dressage, Gale agit en gentilhomme..Même s'il ne parle pas comme un gentilhomme. Et ne sourit pas comme un gentilhomme. Et ne se tient pas comme un gentilhomme. Mais le fait est là : il lui tend sa veste. Comme quoi, les anciennes valeurs ne sont pas totalement mortes. De sa main libre toujours au chaud dans la poche, il triture son couteau fétiche par habitude. On ne se refait pas.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬▬▬▬▬▬▬

avatar

Messages : 368
Date d'inscription : 09/03/2012
Age : 23


It's a kind of magic.
Age du personnage :
Nationalité:
Relationship:

MessageSujet: Re: Noël au balcon, enrhumé comme un con ¤ Garry   Lun 15 Juil - 19:57



    .



    Il avait été maladroit le Gale. Il a fait ce qu'il ne fallait pas. Tu te braques. trop facilement. Tu te vexe. trop aisément.


    Et, dans son volt-face, la rouquine avait perdue son sourire. Et si il y avait bien quelque chose qu'elle détestait plus que tout, c'était qu'on la traite, elle, de Diva. Elle avait su être courageuse, su être le plus juste possible, su être elle, et sans caprice. Elle ne se plaignait jamais, et jamais elle n'avait fait sa "princesse". Mais Gale ne la connaissait pas. Gale ne savait pas.

    la bouche en biais d'un air de dédain, outrée, choquée. Charlie s'exclame:
    << Non? Mais. JE. vazy. Tu as vraiment de la chance que je fatigue. Et que j'soit a moitié congelé. et que tu ne me connaisse pas. Pas encore du moins. [...] Sache simplement, que je suis loin d'être une Diva. et encore moins une princesse. Pour ton informations, oui, je l'ai mal pris. Mais tu es excusé. on va dire que c'était ton Joker, Guy.>>

    C'est comme si de rien n'était qu'il revenait à l'ancienne conversation. Ce qui aurait du encore plus énerver la Rouquine du fait d'être ignoré, étrangement, la calma. Et c'est comme si de rien n'était et sans un mot. Sans un bruit pour couvrir celui du Zéphir, que Gale lui tendit son sweat-shirt.

    Tu te sens un peu perdue. Destabilisée. le mec te vexe, puis devient un vrai gentleman en l'espace d'une seconde. En tant normal ta fierté, un peu trop masculine, t'en aurais empécher. En temps normal, tu aurais refusé. Mais le soleil s'était déjà absenté depuis trop longtemps. Et tu refusais de partir en brisant ainsi l'un de ces moments aussi rare que calme que tu chérissais du haut de ton balcon.

    Tu le regardes, la main tendue, toi, un peu moins crispée de ta peur du vide, tu tiens la rembarde de tes deux mains, et laisse échapper de ta bouche un rire retenu. Avant de te laisser exploser. Décidement, il t'aura faite rire ce Garry. Finalement, tu te décidais à ne plus le ranger dans aucune case. Et à n'attendre rien de lui. Puisqu'il te paraissait trop atypique pour correspondre à ces préjugés de clichés dans lesquels tu t'obstinais à trier les gens.
    La voix toujours amusée, le sourire enfantin et les yeux rieurs elle le regardait d'un petit air de défit qui n'avait aucun sens en enfilant son pull.

    << Mm. M'ouais. Merci.>>

    Ce 'merci' lui arrachait la gueule. En lui faisant ingurgiter sa fierté. Et tassait son égo dans les tréfonds de ses tripes.

    << Et non. j'suis pas 'Maso' comme tu dis. J'aime simplement être là tu sais. Et si jamais je retournais à ma chambre chercher un pull... je. j'ai l'impression que je raterais sans doute quelque chose. Je me sent ici... un peu .. je ne sais pas moi. Comme si ton film préféré que tu n'avais pas vu depuis deeees lustreees commençait à la télé et que tu avais faim. EUhm. bon je sais, en comparaison, on a fait mieux. Mais tu vois l'idée quoi. T'as pas Froid toi au moins?>>

    Les mains jointes sur la rembarde, la tête sur celles-ci, elle le regardait en contre plongée. Se tenant comme une enfant, ne cessant de laisser rebondir sa jambe droite.
    .

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬▬▬▬▬▬▬
avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 28/12/2012
Age : 20


MessageSujet: Re: Noël au balcon, enrhumé comme un con ¤ Garry   Mar 16 Juil - 23:47


“ Ce n'est pas un coup de froid qui me tuera. C'est d'avoir vécu.”



Sa façon de parler. Un truc cloche, Gary le sent? On dirait.. Comme un buffle qui s'exprime dans le corps d'une crevette. Comme un wesh-gars qui a pris possession d'une jeune fille. C'est moche. C'est cool. L'albinos aime bien ce décalage, même s'il n'est pas sûr de savoir comment il est censé réagir en face. Son dress.. Éducation n'est pas allée jusque là. Alors commandant, quelle est la stratégie ? Simple : advienne que pourra, restons naturel et.. Sociable. Pensons sociable.

De ce qu'il comprends, il semblerait que la jeune fille soit vexée. Damn. Le mieux, se dit Gale, c'est de faire le mort. No réaction, et peut-être que ça passera. Il va falloir qu'il pèse ses mots.. Ou pas. Il est un saigneur de la nuit, un gars tellement obscur que même un luminou ne brillerait pas assez pour qu'on le voit. Et il faudrait qu'il pèse ses mots pour une fille du jour, une fille tout court ? Que nenni ! .. Pas tout le temps, en tout cas. Méfions)nous. Si ça se trouve, elles est comme MJ et Lemon. Une fausse fille. D'ailleurs, c'est ce qui semble de plus en plus transparaître. Dommage et tant mieux à la fois.

Bref. Si on passe à la suite, la fille finit par prendre le pull. Gale ne comprend pas vraiment pour le coup pourquoi elle semble s'en saisir avec.. Défi ? Wait. Non. Il a dut rêver. ou mal interpréter. Du défi, pourquoi ? À quoi bon ? Y a-t-il un code comportemental qu'il aurait oublié ? pensif, il la regarde enfiler le sweat, et rapidement le froid se fait sentir. Erf. Normal. Il n'est pas né dans un frigo ni sur la banquise. Si encore il avait un don utile.. Mais non. Chienne de vie. Inutile jusqu'au bout.

Le petit merci fait sourire Gale, et intérieurement il s'amuse de la mauvaise grâce à l'accorder. Serait-ce donc une fière bougonne ? Attendrissant, on dirait un chiot qui essaye de prouver que c'est un grand. Gale aime les chiots. Voire les chiens en général. Ce sont ses amis, des être comme lui. Enfin, à certains égard. Patient, il écoute l'explication de la jeune fille. Hm. Oui, il pense pouvoir comprendre. Il trouve ça frustrant, d'ailleurs, quel que soit le choix.

- D'accord. On s'en fiche du standing de la comparaison. Elle marche, c'est l'essentiel. Et oui, je vois ce que tu veux dire. Ça te fais ça tout le temps ?

Petit silence pendant lequel il observe le paysage.. Ou le peu qu'on en voit dans l'obscurité.

- Un peu. Ça va. C'est pas un mal, ça me rappelle ma place. C'est important faut pas oublier ce genre de choses. Enfin, à mon avis. Tu en penses quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬▬▬▬▬▬▬

avatar

Messages : 368
Date d'inscription : 09/03/2012
Age : 23


It's a kind of magic.
Age du personnage :
Nationalité:
Relationship:

MessageSujet: Re: Noël au balcon, enrhumé comme un con ¤ Garry   Mer 17 Juil - 0:54



    .




    Toujours appuyé au dessus du vide qui ne la terrorisait apparemment plus, à moins que ça ne soit la fatigue qui lui provoquait ce voile de brume,Charlie l'écoutait, elle l'écoutait et ne comprennais pas.

    " A ton avis? tu en penses quoi? Je, euh, j'n'ai pas compris. j'nai pas suivis."

    Elle disait ça en fermant les yeux, elle disait ça en perdant ses pieds du sol, Elle disait ça en embrassant morphé, bercée par la réponse de ce cher Gale, toujours en reposant contre la rembarde.

    Tu entends sa réponse mais tu ne la comprends pas. Cela fait bien trop longtemps que tu luttes déjà contre le sommeil sans t'en être foncièrement rendue compte. Et malgré son pull le froid perçait encore tes jambes endolories. Sa voix calme te berce. Tu avais toujours aimé les garçons à la voix reposée, qui touchait ton coeur comme des basses de rêve party. Tu avais l'impression qu'il pouvait t'emmener loin, Tu avais l'impression que Gale était là, tu l'entendait te parler dans ton demi-sommeil, mais ses propos n'avait pour toi aucun sens.

    Gale la voyait comme un garçon manqué et elle l'était, sans aucun doute. Elle avait fait de son côté masculin une défense naturelle, presque imperceptible, qui était dorénavant rentré dans son caractère et la suivait au quotidien. Pourtant, Charlie était loin d'être ce qu'elle paraissait aux yeux de beaucoup. Et pourtant personne ne pouvait sans douter. Et pourtant, inconsciemment, elle allait laisser voir à Gale ce que personne, mis à part peut-être Ann-lys, n'avait jamais eu l'occasion de voir.
    Et sous ces yeux, dans la nuit, sur le balcon, Charlie s'endormie.

    Tu es là, si vulnérable, si paisible, teinté d'un léger sourire. Tu glisses, et, dans  ton sommeil, tu butes. Sans le savoir tu laisses tes jambes et ton trop petit callipyge se heurter contre Gale. Comme une princesse endormie, tu laisses transparaitre un visage serain, à la fois stoïque et  calme... presque heureux.



    .

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬▬▬▬▬▬▬
avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 28/12/2012
Age : 20


MessageSujet: Re: Noël au balcon, enrhumé comme un con ¤ Garry   Ven 19 Juil - 1:54


“ Sleep, sugar, let your dreams flood in
Like waves of sweet fire, you're safe within. ”



Charlie ne semble pas comprendre. Normal. Personne ne comprend, excepté quelques rares élus. Gale est l'un d'entre eux. Il sait. Ce n'est pas de la vanité, ni de la suffisance de le croire, de le savoir comme une évidence. C'est un simple constat. Et au fond, même s'il trouve un peu triste que tant de gens ne sachent pas voir, au moins est-il fier d'y arriver un peu mieux. Maic Charlie est encore un chiot avec des crocs de lait. Un chiot un peu pataud, un peu bougon, mais attendrissant quand on y pense.  Gale aime bien les chiots. Ils ont cette innocence que lui même a perdu trop tôt. Mais ainsi est faite sa destinée.

- Ma place. On n'est rien, rien que des humain, des choses faibles. Les autres êtres vivants, nous, ce qu'on a créé.. C'est misérable par rapport à la nature, à sa force. Et l'homme est l'animal le plus lamentable entre tous. On devrait se simplifier la vie, envoyer valser pas mal de règles idiotes. Et avoir la foi en Rumikub. Ça aide. Il sait les choses. Donc ceux qui y croient savent aussi.


Gale dit ça calmement, toujours en observant le paysage. Il parle un peu pour elle, pas mal pour lui. Essaye de se persuader de tout ça, de trouver les mots justes pour formuler sa pensée et ses émotions tels qu'il les vit. Et mine de rien, ça demande de la concentration. C'est pour ça qu'il sursaute en sentant quelque chose le heurter doucement. Avec un mouvement vif de la tête, il se tourne et.. Bloque. Bug. Oh bon sang de bon Rumikub !

Charlie dort.

Un moment, il reste interdit et l'observe. C'est fascinant, et tellement hypnothique. Elle dort, elle dort pour de vrai. C'est beau, ce genre de chose. Très con et carrément inconscient, mais c'est beau. Quelle folle, de se laisser aller au point de dormir comme ça. Et puis elle pourrait se faire mal, elle pourrait.. Oh. Merde. Et si elle attrape froid ? Et si elle tombe ? Oh non non non. Il fait prendre soin des chiots, il a toujours pris soin des chiots, il ne peut pas laisser cette fille comme ça c'st pas possible il ne peut pas il ne doit pas il ne faut pas et de toute façon ça ne serait pas correct et il doCALME ! Calme, Gale. Réfléchit. Quels sont les règles comportementales que ton oncle Sam te dirait de suivre, dans ce genre de situation ?

Gale n'en sait rien, et c'est bien pour ça qu'il sent une bouffée d'angoisse l'étreindre. Déglutissant, et mal à l'aise, il cale un peu mieux la jeune fille pour être sûr et certain qu'elle ne tombera pas. Bon. Ça, c'est fait. Et maintenant ? Il faudrait l'amener dans sa chambre pour qu'elle puisse dormir. Oui, mais problème. Double. Il ne sait pas où elle dort, et il ne peut pas aller dans le dortoir des filles. Ugh, quelle plaie.

D'un autre côté, il ne peut pas la laisser comme ça toute seule. Ce serait lâche, irresponsable. Pis elle a sa veste. Il va pas la reprendre, elle va crever de froid. Stress. Stress. Que faire ?

Finalement, après une grande inspiration, Gale la prend par les épaules -Contact, y a un contact de trop près ça va pas maisçavapasdutoutmaispourquoiilfaitçailnelaconnaitpasOhRumikub ! - et la cale dans un coin un peu loin, à l'abri du vent. Il n'a pas assez de cran pour partir ou l'emmener au chaud quelque part -et où de toute façon ?. Avec un soupir, l'albinos s'assoit à côté d'elle, épaule contre épaule. Autant pour lui donner un peu de chaleur que pour en recevoir. Les genoux ramené contre lui, les bras autour et les mains entre mollet et cuisse, il musse son visage à l'abri et se jure de rester réveillé le temps qu'il faudra. Le temps qu'elle dormira.

Il faut au fond ce que tout bon chien ferait : il veille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬▬▬▬▬▬▬

avatar

Messages : 368
Date d'inscription : 09/03/2012
Age : 23


It's a kind of magic.
Age du personnage :
Nationalité:
Relationship:

MessageSujet: Re: Noël au balcon, enrhumé comme un con ¤ Garry   Ven 19 Juil - 17:47


Il y a des hommes qui ne dorment jamais


    Il a les yeux usés
    Fatigués les yeux gris,

    .



    Elle s'endors et elle part. Elle s'endors et frémit. La faculté de son sommeil à être de plomb aurait pus en surprendre plus d'un.  Pourtant, Gale continu, Gale explique. L'ironie de la chose reste dans le fait  que la rouquine aurait pus comprendre. Elle aurait pus comprendre la logique de Gale, elle aurait pus l'accepter. Mais Elle avait déjà parcouru trop de chemin au côtés de Morphé.  
    La Phy ne sent pas Gale la déplacer. Elle ne sent pas que l'on veille sur elle. Elle commence, sa nuit. Et , Garry sa  veille.

    Tu dors lourdement et pourtant quelque chose te dérange, tu dors lourdement et le froid te caresse. Tu somnoles et fuis ton sommeil. Tes pupilles sont encore closes mais tu te réveilles. Tu sens ta tête bloquée, coincée, ton corps blotti. Qui? Gale. tu l'avais presque oublié. Tu rouvres doucement les yeux, la rembarde est face à toi.

    En réalisant s'être endormie, la rouquine comprend alors que gale l'a déplacée. Et c'est blottie contre elle. Elle a sans doute l'impression d'avoir dormie des heures, seulement il ne s'agirait que d'une quarantaine de minutes tout au plus. Elle reste, immobile. en articulant d'une voix faible tout en se forçant à y glisser un zest d'humour.

    '' C'est la première fois que je dors avec un garçon tu sais..."

    Elle sourit et ferme les yeux, sans pour autant se rendormir, elle sait qu'elle ne doit pas. Elle lui parle à Garry, elle lui raconte sa vie.

    " Tu es venue ici à quel âge toi? Moi, je suis là depuis le début, et, et pourtant, il y à encore tellement de monde que je ne connait pas tu sais...


    Hors du temps, Les deux adolescents sont là, coincé contre un mur dérobé du balcon. L'un contre l'autre. A discuter. Charlie, elle, attend de voir le jour se lever. Ou que Gale lui dise de rentrer. Elle attend sagement, fidèle mouton, que son chien de garde lui ordonne pour s'exécuter. Elle aurait voulue ne pas être comme ça, elle aurait voulue pouvoir faire ses choix. Mais elle s'excusera par la fatigue, pour cette fois.

    Tu glisses un peu et te remets en place, Ton corps est lourd et tes jambes molles. En luttant contre toi même tu soutiens la tête de Gale appuyé jusqu'à présent contre la tienne avec ta main droite et fais craquer ton cou d'un mouvement circulaire avant de te remettre dans cette position si inconfortablement agréable.


    " C'est fou, j'suis à la fois tellement mal installée et tellement bien callé."


    Se laissa penser la rousse, tout haut.

    .
    A compter les nuées,
    Les moutons d'insomnie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬▬▬▬▬▬▬
avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 28/12/2012
Age : 20


MessageSujet: Re: Noël au balcon, enrhumé comme un con ¤ Garry   Sam 20 Juil - 11:19


“ Dans ta nuit la journée qui vient de finir se reflète.
Tu fais ton p'tit bilan, journée de galère ou jour de fête. ”



Gale attend, stoïque. Il aime ce froid ambiant, ce vent piquant. Au fond, c'est presque rassurant pour lui. Tant qu'il ressent le froid, tant que ses sens perçoivent tout, tant que ses idées restent claires, que sa tête n'est pas lourde.. C'est rassurant pour lui, parce qu'il sait qu'il ne fera pas de crise. L'épilepsie ombre trop sa vie pour qu'il ne cesse tout à fait d'y penser, mais parfois c'est pourtant possible. Assis contre Charlie, l'albinos attend et se laisse aller en rêvassant. Quelle aurait été sa vie sans la maladie ? Sans son albinisme ? Sans l'oncle Sam ? Comment serait-il si ses parents l'avaient gardés avec lui et qu'il n'était pas sous la garde de son tonton ?

La nuit, c'est toujours une ambiance particulière pour lui, un moment de complicité avec le monde. On voit moins son albinisme, on lui demande moins d'effort de sociabilité puisqu'il croise moins de monde.. Et pourtant, c'est peut-être durant ces moment qu'il se sent le plus enclin à être sociable, justement. Comme s'il était protégé, au fond. Si quelque chose de mal se passe, il suffira de faire reset au petit matin. Mais les événements diurnes ont tellement plus de forces qu'ils ne se vivent pas, pour Gary : ils s'imposent à lui. Ça lui donne juste envie de se débattre, de mordre, de lutter. Ce qui est totalement illusoire, le jeune homme le sait pourtant.

Moins d'une heure après s'être assoupie, Gale somnolait doucement avant de se réveiller tout à fait lorsque Charlie émerge aussi. Hn. Appréhension. Va-t-elle l'engueuler de l'avoir déplacé ? Il aimerait bien que non, évidemment. Il voudrait un protocole pour ce genre de situation. Des règles sur la conduite à tenir, savoir comment il doit agir. Mais l'oncle Sam n'est pas là : dommage. Nerveux, Gale attend de voir la réaction de la jeune fille.

Mais non, heureusement, elle ne crie pas, ne se braque pas, ne le fustige pas.Plus étonnant : elle reste calée. Voir pire : elle dit tranquillement un truc embarrassant. Très embarrassant. Dormir avec un garçon ? Hein ? Quoi ? Ça c'est pas dormir avec, si ? Enfin. Euh. Décontenancé, il se racle un peu la gorge et lui jette un petit regard en coin.

- Euh. Tu crois franchement que ça compte, ce genre de situation ? ..

Petit reniflement gêné.

- Nan parce que si ça compte.. C'est une première pour moi aussi.

Gale doucement se détend, même avec cette fille un peu bizarre qui est réveillée. Il écoute la jeune fille parler, et se demande quel âge elle peut avoir. Tiens, ça serait à demander. Un jour. Mais est-ce que ça se fait ? Pas dit. Ceci dit, cette fille ne répond pas vraiment non plus aux standard comportementaux qu'il a pu voir. Il faut improviser, avec elle.

- Je suis là depuis l'année dernière. Moi aussi, je suis loin de connaître tout le monde, mais ça, je crois que c'est un peu plus normal. Mais honnêtement, je m'en fous, de pas connaître tout le monde.

La miss se réajuste, fait craquer son cou, se replace.. Et Gale réalise à ce moment là que c'est aussi la première fois qu'il est installé comme ça contre une fille. Ow. Moment bizarre, et un peu badant et.. Pas désagréable. Mais il s'attendait à quoi ? Sans doute pas à ce que ça se fasse naturellement, sans prise de tête. Et quand Charlie laisse échapper ses impression sur leur installation précaire, il laisse même échapper un petit rire de gorge. Un léger sourire en coin se fait voir, et l'albinos répond tout en regardant vaguement devant lui.

- Ouais, je vois ce que tu veux dire. .. Au fait. T'as pas trop froid ? J'me doute que la veste, c'est pas comme un sac de couchage.

Il devrait lui dire de rentrer, de se mettre au chaud.. Mais pour une fois, il n'a pas envie de suivre ce qu'il suppose être le protocole adapté. Pour une fois, il se sent tranquille, et ça fait du bien. Y avait juste un petit truc qui le gênait.

- Putain. J'ai faim.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬▬▬▬▬▬▬

avatar

Messages : 368
Date d'inscription : 09/03/2012
Age : 23


It's a kind of magic.
Age du personnage :
Nationalité:
Relationship:

MessageSujet: Re: Noël au balcon, enrhumé comme un con ¤ Garry   Mer 16 Avr - 22:24



Tu veux un bonbon?


    Faire l'amour en cachette,
    c'est comme voler des bonbons à l'épicerie.
    .


    C'était sa première fois à lui aussi. C'était leur première fois.Et dans le froid qui jouissait de parcourir son corps elle sentait, ses joues endolories, brûler.
    Il avait… Faim ? Ton cerveau fit son habituel ‘Tilt’ à ouai. A la base. Tu venais là pour manger tranquillou ton paquet de bonbecs non ? Celui que t’avais piquer dans votre réserve, à Ann-Lys et toi. Mais, mais qu’est-ce que t’en avais foutu. Tu étais sortie de la chambre et…
    La rouquine se remémorait les heures précédentes en restant contre l’albinos, la position qui le génait déjà quelque peu était devenue des plus embarrassante. Gêne qu’elle ne ressentait absolument pas. D’un coup elle se leva, décollant son corps de la pierre et disparut dans l’encadrement de la porte pour en ressortir une demi-seconde plus tard.

    - En fait j’venais là pour manger ça mais j’les avait laissé dans les marches quand j’ai refait mon lacet !

    Elle était là debout, souriante. Tendant le paquet de bonbon en forme de nounours colorés comme un trophé. Elle repris sa place, frissonnant au contact de la pierre qui avait eu le temps de redevenir glacé. La rouquine s’acharnait sur le plastique. Les ‘ouverture facile’ ne l’avait jamais été pour elle. Elle porta le paquet à sa bouche essayant tant bien que mal de le déchirer… En vain. On lui proposa de l’aide évidemment. Il était trop bien élevé le petit Gale, il était un bon chien.

    - NON.


    Sec. Calme. Simple. 'Je vais y arriver' se dit-elle, sans doute. Un silence s’installe et l’on n’entend alors plus que les crissements du pauvre petit paquet. Une petite minute d’acharnement passe.

    - Rah. Bon. Ok, ça me saoule. Tiens. J’arrive pas. Achève-le.

    Dépitée, le bras tendu, le visage déjà face aux étoiles. Elle lui parlait sur un ton grave, toujours sans les quitter des yeux.

    - Tu sais, je suis désolée. Elle marquait une pause. Je, j’espère que t’aimes ça. C’est pas mes préférer. J’voulais ceux qui pique mais j’en avais plus. Si tu aimes, j’t’en apporterait. Vaz’y, Mange !

    Le paquet ouvert, tu lui laissais entre les mains. Fixant la ligne noir de l’horizon que formait la forêt. Tu n’y étais jamais allé. Et pour rien au monde tu irais.

    - Et au fait. Dis, c’est quoi ton pouvoir à toi, Garry ?

    Ba, oui, autant reprendre depuis le début, maintenant que ton cycle de sommeil était passé. Autant revenir à LA question intéressante à Aisling. Alors Gale, tu vas me le dire, ton petit secret ?

    .
    C'est délicieux.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬▬▬▬▬▬▬
avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 28/12/2012
Age : 20


MessageSujet: Re: Noël au balcon, enrhumé comme un con ¤ Garry   Mer 23 Avr - 23:05


“ Les coeurs des jolies femmes, comme les bonbons du nouvel an, sont enveloppés d'énigmes. ”



La faim. Il n'aurait pas cru chasser la rousse en disant ça. A moins que ça ne soit le juron ? Les femmes sont tellement compliquées.. Tellement imprévisibles, aussi. Si seulement il y avait un mode d'emploi détaillé et fiable pour les situations qui relèvent du relationnel. La rouquine disparaît, donc, et le chien de garde reste à sa place. Il est trop surpris pour réagir, mais un léger reniflement désappointé lui échappe. Ce qui lui cause une nouvelle surprise, ne s'attendant pas à réagir ainsi. Et comme jamais deux sans trois : Charlie revient, le surprenant à nouveau. C'est trop d'un coup, Gale n'a pas eu le temps de réagir aux situations précédentes et il perçoit vaguement que c'est trop tard pour le faire à présent. Non, mieux vaut agir au présent plutôt que de réagir au passé.

- Des.. Bonbons ?

Est-ce que ce genre d'aliment peut se montrer assez nourrissant ? Gary en doute. Mais le sucre aide, c'est un fait. Vague sourire de circonstance, le chien de garde sait parfois se montrer prudent. Il observe la jeune fille ouvrir le sachet, ou en tout cas essayer. Et comme elle semble peiner..

- Tu veux un coup de patte ?

Non. La réponse est immédiate et ferme, mais pas méchante. Non. Elle se débrouillera toute seule, même si elle a l'air de galérer. Non. Elle est trop fière pour déléguer cette tâche à un autre.. Trop réaliste aussi pour ne pas changer d'avis semble-t-il. En silence, sans faire de commentaire, il réceptionne le paquet de friandise et sort son couteau de sa poche. Un de ses couteaux -une de ses dernières créations avec une lame en acier inoxydable de type drop-point et un manche en ébène travaillé. Un couteau de type buck 112 qui.. Oui. Chut. Un de ses couteaux, quoi. Bref, il le sort, le déplie, et trancher prestement le paquet pour y faire une ouverture.

Ses yeux rubis se penchent au dessus du paquet, curieux. Des couleurs. Plein. Partout. Il a presque le sentiment d'être indécent, à n'arborer que le rouge et le blanc? Les couleurs se battent pour être celle qui cognera le plus fort contre sa rétine malgré l'obscurité. Par réflexe, l'adolescent hume les odeurs. Sucre. Trucs chimiques et alimentaires. Avec précaution, deux doigts de neige viennent kidnapper un ourson vermeil. Forcément, il devait commencer par cette teinte là. Curieux, il compresse sa prise pour en tester la texture, puis il la porte à sa bouche. Nouveau dilemme : croquer ou laisser fondre ?

Charlie réclame son attention, et il tourne la tête en suçotant la sucrerie. La rouquine continue de scruter le ciel de son côté et ne prête pas attention à lui. Il en sourit un peu, de la voir comme ça alors qu'elle lui pose une question personnelle. Curieuse, va.

- Le nom officiel, c'est Insertion corporelle. En gros, je peux squatter le corps des autres, m'incruster dedans mais que avec l'esprit. Mon corps, lui, il s'éclate la face par terre et je dois être de retour dedans pour le faire bouger. C'est moisi, comme don. De un, parce que du coup j'ai des bleus quand je m'en sers. De deux, parce que j'aime pas le principe de squattage de force dans le corps des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬▬▬▬▬▬▬
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Noël au balcon, enrhumé comme un con ¤ Garry   

Revenir en haut Aller en bas
 

Noël au balcon, enrhumé comme un con ¤ Garry

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: « COLLEGE/LYCEE | RPG. :: « Cinquième étage. :: « Balcon.-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com