AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 today i break my promises • lucis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
▬▬▬▬▬▬▬

avatar

Messages : 73
Date d'inscription : 16/10/2011
Age : 24


MessageSujet: today i break my promises • lucis   Mer 5 Déc - 23:11

TODAY I BREAK MY PROMISES
TO STAY OUT OF THE EMPTINESS
TODAY LET'S MAKE OUR PROMISES
FOR TOMORROW
____________________________________________

______Tu ne connaissais que le goût de ces drames perdus au bord des lèvres, dans les excuses absurdes et vos vies faites de cendres que vous aimiez éparpiller dans l'air de la nuit, comme sur une cigarette. Tu ne connaissais que son regard et son sourire, que tu n'as jamais compris. Tu ne connaissais que la sensation de la neige sur tes mains et les hésitations qui enterraient le reste de toi, les je t'aime ornés de dorure sans valeur, ô combien tu as pu l'entendre, combien ils mentaient dans leur souffle, comme on respire. Tu ne connaissais que les mots pour caractériser la beauté indécente dont tu le qualifiais volontiers, sans réaliser, sans comprendre, presque comme une malédiction, comme on goûte à l'interdit, à l'impossible, l'inacceptable. Non, tu ne savais rien de ces choses-là, tu l'avais lu dans les livres, tu l'avais parfois répété sans le penser, mais là, c'était pas pareil, c'était nouveau. Tes mains étaient faites pour prier, ta bouche pour murmurer des louanges, et voilà que tu encensais son nom, pendant que tes doigts se perdaient dans ses cheveux, tes lèvres frôlant le creux de son cou, dans le crépuscule, dans les soupirs, dans l'inavoué de l'exquis. A travers les rideaux tirés, on pouvait voir cette lueur propre à la tombée du jour, lorsque le soir commençait à tirer son manteau sur vos corps enlacés. Ton visage se pencha vers le sien. C’était la première fois que tu l’embrassais ainsi.

______Tu les revois te mettre en garde, contre l’amour, le désir, dans un interdit, dans les mots qu’ils t’ont dit. Tu aurais presque pu éprouver de la culpabilité, à le serrer contre toi de la sorte, à ressentir cette chaleur étrange du plus profond de toi-même en sentant son corps dans tes bras, tu ne saurais l’expliquer, car tu ne l’avais jamais expérimenté, tu l’avais lu seulement dans les bouquins que tu parcourais dans la nuit, sans jamais t’autoriser à l’imaginer, même dans tes rêves les plus fous. Et voilà qu’en cet instant tes valeurs les plus profondes, les barrières qui te retenaient s’envolaient en fumée contre sa bouche, les principes ancrés en toi dispersés au fil des baisers, sans que plus rien autour de toi n'aie n'importance. C'était pécher, selon eux, commettre un crime abominable, dont tu n'avais aucune envie de te repentir lorsque tes lèvres bravaient ce qui était défendu. C'était son nom que dans un soupir tu portais en prière.
______Au fond, tu te damnerais presque pour lui.

______C'était ta lumière à toi, qui t'éclairait pendant la nuit, quand les ténèbres étaient trop présents et que leurs mains crochues t'attirait contre elles. Tu repris ton souffle contre son cou. Ton coeur était sur le point d'exploser entre tes doigts, t'es une bombe à retardement.


    ─ Tu voulais que je te raconte une histoire ?



______Il était une fois ces deux êtres égarés, se cherchant sans se trouver, à tâtons contre le reste du monde. Il était une fois eux quand ce n'était pas vous, aux belles paroles s'offrant en murmures hésitants dans le creux de son oreille. Une histoire un peu banale, mais exquise, un peu comme un de ces romans d'apprentissage aux grands noms, où Lysander n'était rien de plus qu'un héros qui ouvrait davantage les yeux chaque jour, sur lui, sur toi, sur tout. Au contact de sa peau sous tes doigts, ou son regard qui faisait battre ton coeur trop fort.
______Tu étais perdu.
______Tirer une révérence au fond de toi même, les rideaux qui se ferment sur ton être, te laissant seul avec ce que tu avais toujours refusé, ignoré. Tes doigts se resserrent sur les cheveux tombant sur la nuque de Lucis, te laissant aller à un baiser un peu plus fort que ce que tu ne le pensais. Tu te surprends à faire remonter ta main le long de sa cuisse. Tu sombrais un peu plus à chaque instant. C'en n'était pas moins délicieux.


    ─ Elle devrait te plaire, je pense.



______Puis il vint perdre son visage dans son cou. L'attirant plus fort contre lui, il savait pertinemment qu'il ne s'agissait que d'une question de temps, alors qu'il embrassait sa peau, avant qu'il ne se laisse totalement aller. Si son regard était teinté de cette douceur qui n'appartenait qu'aux plus beaux, il y avait ce quelque chose d'inexplicable, presque magique, lorsque il sentait les doigts de Lucis contre lui. Ou tout simplement lorsque il était avec lui. Lorsque involontairement ils se frôlaient, lorsque les regards se faisaient plus constants, lorsque il le croisait dans un couloir, lorsque il s'agissait de Lucis, juste Lucis, et rien d'autre ne comptait davantage que lui.
______Parce que aux yeux de Lysander il n'y avait que Lucis.



    ─ Mais je n'ai pas été le seul à l'écrire.



______Et sur ces mots il l'embrassa une nouvelle fois.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬▬▬▬▬▬▬

avatar

Messages : 19
Date d'inscription : 27/04/2012
Age : 25


MessageSujet: Re: today i break my promises • lucis   Lun 31 Mar - 0:16


    Cette nuit à côté de toi c'était comme du lait,
    Comme du coton qui m'a enveloppé de nulle part,
    Si on me l'avait dit j'y aurais pas cru.


    C’était un hurlement pétrifié, un murmure d’oreiller.C’était le sublime d’une étreinte dans sa sincérité la plus maladroite, le fragile de deux êtres qui se reconnaissent dans leur perdition croquée aux bords des lèvres, en un baiser que seuls ceux qui connaissent le silence des soirs d’ébène sauraient reconnaître. C’était la douceur d’un cri d’extase, la violence d’une caresse à demi-doigts.
    Et ça mon petit, ça, ça ne s’explique pas.

    Est-ce qu’ils étaient beaux ainsi à s’aimer un peu bête, un peu plus obsolète ? Un peu plus perdus surtout, accrochés aux navires échoués de leurs chairs usées par l’ignorance ou la souillure à répétition ? Mais que faisait-il surtout, lui, la pureté d’ébène, le vide tranquille d’un corps qui n’a rien à se reprocher, si ce n’était de pas savoir, avec lui, lui, cet être lancinant, lacéré, qui n’avait d’ange que la chute ? Peut-être était-ce pour les étoiles qu’il cueillait d’une larme au creux de son regard. Peut-être étaient-ils les seuls à avoir amèrement, sincèrement, voulus l’un de l’autre.

    Alors ce soir, maintenant comme un autre, à travers ses voyages déchirés, extatiques, où la douceur des draps raidis par les caresses n’en cachait jamais les griffures, il ne sait pas vraiment ce qu’il fait là. Et au fond cela importe peu.Car ce soir, oh ce soir, ses mains ont les murmures des anges déchus.Alors ce soir tu respires ses mots, tu écoutes son odeur, tandis que tes mains tâtonnent son visage, ses cheveux, ses paupières, ses lèvres, sa peau, en un éternel questionnement. Dis … tu existes ? Alors tandis que sa voix résonne, c’est l’enfant qui toi qui meurt un peu. Ce gamin déchu, abandonné, que tu assassines à travers chacune de tes escapades pour le ranimer au bord de leurs lèvres, juste pour deux ou trois battements, ce gamin écrasé, mutilé entre les hanches et les os qui s’entrechoquent, celui qui ne voit que les baisers, que la tendresse lorsque les peaux se déchirent, comme pour oublier, comme pour exister …
    Mais lorsque ton Lucifer t’embrasse c’est l’Ange en toi qui se réveille.

    Alors lorsque son souffle vient se poser dans son cou c’est tous les mots qui ses lèvres ne peuvent prononcer qu’il dépose à ses pieds. Parce qu’avec lui tout paraissait plus réel. Comme si dans la crasse de ses baisers tout en sortait … purifié.

    Et poussant un soupir tu viens te serrer plus fort contre lui, retenant les battements de ton cœur qui résonnent dans ta poitrine, pas trop vite, pas trop vite cette fois c’est … différent. Comme quelque chose qui se réveille, comme une sensation nouvelle qui vient combler les vides et masquer ses échappées-belles lorsque ses yeux se lèvent vers le ciel à la recherche de son éternel réconfort. Et dans l’obscurité de leur histoire, ses baisers ont un goût de crépuscule.

    -C’est beau …

    Ses lèvres se détachent des siennes un goût de sel à bord de souffle.

    -Racontes moi-en encore …

    Alors tant pis pour la colère de la dame, tant pis pour la fin inéluctable qu’est l’existence des damnés, tant pis pour les beaux rêves de chair flétrie dans lesquels il s’est bien trop précipités. Tant pis pour les lendemains qu’il connait trop bien, tant pis pour leurs silences, tant pis pour les pages inachevées, car dans les regards de Lysander c’est un peu de sa réalité qui ressurgit, un peu de cet être qui se cache derrière ses mots, sa maladie, ses draps souillés et ses caprices afin de lui tendre les bras en une dernière supplique. Peut être derrière cette main qui s’accroche à sa nuque est-ce un peu de lui qui murmures, je suis là, je suis là, ne me perds pas. J’ai trop croqué tes regards pour que tu disparaisses. Peut-être ce soir l’va-t-il enfin trouvé, son abstinence rêvée, son sauveur aux mains de plumes qui par ses mots caressants saura refermer les fissures laissées par les caresses de plomb.

    -… puis écris moi tout entier.

    Peut-être ce soir, juste ce soir aurait-il le courage d’affronter ses silences.

    Cette nuit à côté de toi c'était comme une lueur dans les profondeurs,
    J'me suis enfin senti reprendre des couleurs,
    Si on me l'avait dit j'y aurait pas cru.
    Alors j'me repasse le film en continu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

today i break my promises • lucis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: « CAMPUS. :: « Dortoirs. :: « Boys don't cry. :: « Lysander.-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit