AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Il a fallu que je tombe sur toi. [ PV Drathir ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
▬▬▬▬▬▬▬

avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 25


It's a kind of magic.
Age du personnage : 18 ans
Nationalité: Française
Relationship:

MessageSujet: Il a fallu que je tombe sur toi. [ PV Drathir ]   Jeu 20 Sep - 17:15

"Il a fallu que je tombe sur toi - Le choc des Titans."


Journal de merde à qui je dois écrire, merci la psy,

Me voilà donc arrivé à Aisling. Que c'est moche comparé à Aurore, cette si belle école de France qui me manque tant. Ou pas. Je me sens tellement mieux ici qu'en France finalement. Il y fait quasiment le même climat, et les français, comme tous les élèves d'Aurore sont justes bon à claquer. M'enfin cette nouvelle école ne m'apportait que du bon, et en particulier, le dernier mot que m'avais dit ma mère avant de partir qui était que je restais malgré tout son fils, et que je n'avais pas de soucis à me faire pour l'argent. Ahah, que c'est facile d'utiliser les gens. Même renvoyer d'une école, j'étais direct inscrit dans une autre, avec tout ce que je voulais, qui se résumait à une chambre individuelle (requête vite acceptée grâce aux relations de ma mère), à l'achat de 2 ordinateurs, j'allais pouvoir m'amuser un peu plutôt que de bosser, et bien sur, le dernier point, le plus important, une nouvelle classe, une nouvelle école entière, avec qui j'allais prendre grand plaisir à m'amuser.


Ca fait déjà deux semaines que je suis rentré dans Aisling avec mes affaires et que je me suis installé dans cette misérable chambre comparée à celles qu'offraient Aurore... Mais ce n'est pas grave, je ferais avec. Le plus dura été d'organisé la chambre, avec un grand bureau d'angle, mes deux ordinateurs, deux écrans, deux tours... Ca prends de la place. D'autant plus que je suis quelqu'un de très bordélique, notamment avec tous mes vêtements et les petits cubes en métaux que j'adore façonner qui traînent partout. Il fallait être minutieux et astucieux pour pouvoir rentrer dans ma chambre et atteindre mon bureau ou mon lit sans tomber sur quelque chose qui pourrait vous exploser le pied. Mis à part ma chambre sinon, je n'avais pas été très loin, à part en cours de temps en temps, quand l'envie me prenait. J'allais surtout dans mes cours pour mieux contrôler mon don. J'ai vraiment envie de le maîtriser à la perfection, et l'entrainement personnel ne m'avance plus à rien. Je suis donc mes cours d'apprentissage, les cours théoriques, mais rarement plus, préférant passer le temps sur mes pcs, mes jeux en tout genre, et apprendre une toute autre sorte de chose, le piratage bien sur. Le petit incident d'Aurore ne m'avait nullement refroidit, bien au contraire. Je me suis dit qu'il fallait que je m'améliore encore plus et que cette fois çi je ne me ferais pas attraper ! Sauf que pour que je me mettes bien à bosser aujourd'hui, faudrait ptet que je me remplisse le ventre, ça doit bien faire 2 jours que je n'avais quasiment pas manger, juste grignoter des vieilles cochonneries qui traînaient par là. Heureusement que je ne suis pas le genre de gros morfale qui a besoin de manger au moins toutes les 3heures, ou 3-4 fois par jour. Je peux me contenter d'une pomme pour la journée, ça m'ira. Sauf si je dois vraiment utiliser mon don. Mais alors là, je préfère largement me gaver d'une bonne part de fraisier avec de la chantilly.

Je me suis donc motivé, mis mon bonnet fétiche sur ma tête, mon portefeuille relié par une petite chaînette en fer faites de smileyscubes. Si avec ça personne sait que c'est moi qui pose ou colle des cubes similaires partout, je ne comprends pas. Remarque, il ne faut pas trop que je m'attende à quoi que ce soit avec la population d'Aisling. Bref, je sors de ma chambre en prenant bien soin d'éteindre mes écrans après avoir mis des mots de passe sur mes pcs, et je ferme bien comme il faut ma chambre. Je pose ensuite ma main sur ma porte et me concentre légèrement.... Voilà. La sécurité de la porte est mise aussi. Des barres de fer que j'ai trouvé près des sous-sols quand je m'y suis aventuré en visitant un peu les lieux. Mais ce n'est pas la question, et mon ventre me le rappelait. J'espère que je peux prendre à emporter dans l'un de ses bars/restaurant. Sinon je trouverais bien un pigeon avec qui partager mon repas, et qui sait, il me le paiera ptet. Je descends les escaliers, tranquillement, et je remarque qu'il y a vraiment des spécimens dans cette école, physiquement parlant. Il faudrait que je prennes le temps de bien les étudier, et de bien rigoler surtout. Je profite quand même d'observer tout ça tout en me rendant sur le campus. Le campus le soir.... Les gens, qui sortent ensemble, entre amis... Quelle perte de temps. Si seulement ils savaient que l'amitié ne vaut rien, que tout le monde est faux avec soi même et les autres... Ils me font de la peine. Et merde ! Voilà que perdu dans mes pensées, j'en ai oublier de m'arrêter à ce restau' où je vais tout le temps. Mais pourquoi je l'ai pas repéré avant ? J'étais pourtant sur d'y avoir laissé un de mes smileys cube... Quelqu'un me l'aurait volé ? Si je croise la personne qui me l'a décroché d'à côté l'enseigne, je vais bien m'occuper de lui. Je m'avance donc pour regarder à travers la fenêtre, pour essayer de voir si la personne est à l'intérieur. Et bingo. Je crois que c'est mon jour de chance. Une blonde, plutôt pas dégueulasse qui jouait avec tout en mangeant. Je vais aller récupérer ça vite fait bien fait. J'entre donc, salut le serveur à l'entrée qui me demande si je suis tout seul. Je lui répond aimablement que non, je suis avec la jeune femme là bas. Et que j'aimerais commander. Sans plus attendre, je passe à côté du serveur qui me laisse passer, et m’assoit en face de la blonde.

« Salut. Je m'assoit là hein. Je crois que tu as un truc qui m'appartient, et j'aimerais bien le récupérer. »

Je pose alors mes coudes sur la table, croise mes mains et pose mon menton dessus. Au moins les bases étaient fixées.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬▬▬▬▬▬▬
avatar

Messages : 21
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 22


It's a kind of magic.
Age du personnage : 17 ans
Nationalité: Irlandaise
Relationship:

MessageSujet: Re: Il a fallu que je tombe sur toi. [ PV Drathir ]   Ven 21 Sep - 19:12

    Les gens passent devant, pour avoir un coup d’avance.
    Alors moi jreste à la traîne, pour leur botter les fesses.


    Le matin les gens bossent, ou alors s’adonnent déjà à leurs loisirs. Parce que le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt, parce qu’il ne faut pas perdre une seule minute de sa journée, parce que certaines personnes ne supportent pas de rester inactif plus longtemps que nécessaire. Bon dieu, ils loupent quelque chose. Drathir en effet n’est pas ce genre de personnes. Le matin, si ce n’est pour les cours, ce n’est pas important, on ne peut rien faire et généralement il fait encore froid. Alors donnez-lui une seule bonne raison de quitter son lit ? Aucune. Alors ouais la blonde elle a décidé qu’aujourd’hui elle ne montrerait sa tête qu’aux alentours de midi. Et c’est ce qu’elle a fait. Enfin, disons qu’à midi elle s’est dit qu’il fallait bouger son cul, puis elle a passé dix minutes à s’étirer en tout sens, profitant encore de ses draps bien chaud, pour finalement se lever. Après une bonne douche, la demoiselle enfila un short noir et un débardeur blanc, avant de quitter sa chambre en direction d’un restaurant qui lui permettrait de satisfaire son appétit. Oui, parce qu’une Drathir qui vient de se lever : ça a la dalle.

    S’il y avait un truc de bien dans cette école, c’était probablement l’immensité du domaine, et tout ce qu’on pouvait y trouver. Y en avait pour tous les goûts, toutes les couleurs. Y compris pour la nourriture. Depuis le temps, la jeune femme avait trouvé l’endroit qu’il lui fallait, ça avait des allures de restaurant sans pour autant y proposer les prix parfois hallucinants qu’on peut y trouver d’ordinaire. Mais il y avait quelque chose de nouveau. Oui, ce petit cube qui pendouillait à côté de l’enseigne. Avec des simleys qui semblaient gravés dessus. Amusant. Ce fut sans trop se poser de questions que la donzelle s’en empara, le faisant glisser entre ses doigts afin de l’inspecter sous toutes ses formes. Oui, amusant. Comme personne ne semblait s’y intéresser et qu’il était impossible de retrouver le propriétaire de cette petite chose, elle allait le garder. Tout simplement. Le conservant dans sa main, Drathir pénétra alors dans le bâtiment, prenant place à une table, n’ayant qu’une envie : que le serveur se magne le cul de prendre sa commande, que le cuistot fasse de même pour la préparer, afin qu’elle puisse manger. Vite. Heureusement, ce scénario se déroula à la perfection et bien vite la blonde se retrouva avec le plat sous le nez. Vous savez ce genre de plateau faisant un mélange de charcuterie et de fromage, avec une salade sur le côté pour faire genre « non monsieur je ne mange pas que du gras, même si “le gras c’est la vie“ ». Bah voila, elle avait désormais ça sous les yeux. Et elle entama son repas, le savourant, jusqu’à ce que la porte du restaurant s’ouvre, faisant tinter la cloche à l’entrée et attirant ainsi son attention.

    Elle l’observa, jetant un bref coup d’œil en sa direction. Blondinet qui, comme tous les gars de cette école, devait la dépasser d’une bonne tête. Il aurait pu être insignifiant, s’il ne portait pas également une chaînette à hauteur de son pantalon, des simleys cube y étant accroché. La jeune femme fronça les sourcils et, par instinct, sa main contenant le cube trouvé un peu plus tôt devint poing, cachant ainsi le minuscule objet. Cela était probablement inutile à l’heure actuelle, mais tant pis, autant essayer. Elle baissa donc les yeux, reprenant son repas comme si rien ne s’était passé. Avec du bol, l’intrus irait juste consommer puis partirait et cette chaîne à son jean n’aurait été qu’une coïncidence. Ou alors, manque de pot, il l’avait vu jouer avec son petit cube fétiche et il avait l’intention de le récupérer. Drathir soupira en constatant que sa seconde hypothèse s’avérait véridique. Elle vrilla ses prunelles d’émeraudes sur le jeune homme qui s’avançait désormais dans sa direction. Sans gêne, le concerné prit place face à elle. En toute honnêteté, peu importe le discours qu’il aurait pu lui tenir, le blond en aurait chié pour récupérer son bien. Mais la phrase qu’il lui sortit, à peine installé, était la pire de toute. Déjà, ce petit con était blond, et aux yeux verts. Ayant la désagréable impression que cette ressemblance entre eux deux était une blague de mauvais goût, elle garda tout de même le silence. Tout en se retenant de lui expédier d’office un coup de poing en pleine tête. Parce que en plus monsieur se la jouait arrogant, lui donnant d’office des ordres, dissimulant à peine des menaces. Il voulait son foutu cube, et elle n’avait pas son mot à dire, voila en gros la situation. Drathir posa donc calmement sa fourchette, ramenant dans le même temps son poing serré sur sa jambe. Elle comptait pas le lui rendre aussi facilement, ça c’était clair et net. Plantant son regard dans celui de son interlocuteur, la demoiselle haussa un sourcil et répliqua.


    « Si t’avais commencé par un “bonjour“ et terminé par un “s’il te plait“, ça aurait peut être marché. Mais comme tu préfères prendre cet air supérieur qui m’agace tant, moi j’ai envie de te dire d’aller te faire foutre. »

    Se calant un peu plus dans son siège et croisant les jambes sous la table, toujours en conservant son poing serré sur ses cuisses, son attention se reporta finalement vers le serveur qui s’avançait de nouveau vers eux. Avant qu’il n’arrive, la blonde ajouta tout de même quelques mots, l’ombre d’un sourire faussement charmeur aux lèvres, mais sa voix suintant d’une ironie pure.

    « Mais t’en fais pas beau gosse, je te laisse manger à ma table et je suis sûre qu’on pourra discuter, en personnes civilisées que nous sommes. Et je vais commencer avec cette question bateau : C’est quoi ton ptit nom ?»

    Elle n’avait aucune idée du merdier dans lequel elle venait se de fourrer. Cette spirale infernale dans laquelle elle venait de s’engager. Mais comment aurait-elle pu savoir que la personne qui lui faisait face, outre son arrogance, s’amusait également avec les gens. Il jouait avec eux, les manipulait, pour sa propre satisfaction. C’était un amusement à ces yeux. Peut être serait-elle la prochaine sur la liste, probablement même vu comment elle le provoquait en cet instant. Et elle ferait comme d'habitude :
    Elle montera les crocs, frappera jusqu’à en perdre haleine.
    Toujours en conservant ce sourire qui semble dire “Jvous emmerde.“
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬▬▬▬▬▬▬

avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 25


It's a kind of magic.
Age du personnage : 18 ans
Nationalité: Française
Relationship:

MessageSujet: Re: Il a fallu que je tombe sur toi. [ PV Drathir ]   Mar 2 Oct - 11:25





• ✘ Il a fallut que je tombe sur toi... •



Et merde. Il fallait que je tombe sur une de ses petites pétasses qui se prend pour une dure à cuire, un peu trop sure d’elle et qui serait prête à me rentrer dans le lard si elle le pouvait. C’est le genre de fille que je ne supporte pas, mais qu’il va falloir que je caresse dans le sens du poil si je voulais obtenir la moindre chose venant d’elle. Et la façon dont elle et me regardait et donc elle m’avait parlé, me faisait clairement comprendre que je n’étais pas près de récupérer ce que je voulais. Il allait falloir que je me batte pour le récupérer, et je n’en avais pas tellement envie. Sauf si je mettais en route une de mes batailles préférées, la bataille mentale. J’étais plutôt fort à ce petit jeu là d’ailleurs, alors j’allais peut-être m’amuser avec elle. Je ne me rendis même pas compte que je m’étais mis à sourire devant elle. On se fixait mutuellement du regard, la bataille avait déjà commencé. Et j’dorais ça. J’allais tellement m’amusait que je jouissais intérieurement de ce qui allait se passer. Mais voulant vraiment récupérer mon bien, j’essayais de le contrôler, de le faire revenir faire moi… Malheureusement, l’emprise était trop forte, bien que je vis son bras légèrement bouger de sous la table. Ainsi elle l’avait donc toujours dans la main, et elle le cachait, comme si elle ne l’avait pas.

Je la scrutais toujours, la détaillant de plus en plus. Physiquement, on n’est pas si différents. Blond aux yeux verts. La différence entre nous, c’est qu’elle avait vraiment le visage dur. On pouvait sentir sa confiance, sa détermination dans son regard, qui disait clairement qu’elle ne se laisserait pas faire, peut importe qui se présenterait en face d’elle. Elle pourrait presque faire peur. Cependant, elle n’est pas tombé sur la bonne personne et je récupérerais mon bien coûte que coûte. Je croisais donc les jambes sous la tables et fit comme elle. Je m’adossais bien dans le fond de la banquette, les mains sur la table, la fixant toujours, le sourire aux lèvres.

« Oh. Désolé princesse. Si j’avais su, je t’aurais demandé poliment naturellement. Mais comme tu me laisses manger à ta table, je vais me faire un plaisir de te dire comment je m’appelle. Moi c’est Edwin. Mais je te préviens, je préfère de loin l’action à la discussion »

C’était totalement faux. Mais ma chère interlocutrice avait vraiment l’air d’être une combattante dans l’âme. Donc si je lui disais ce qu’elle voulait entendre, si j’étais la personne qu’elle voulait que je sois, un peu tête dur comme elle, fonçant dans le tas, préférant les actions aux paroles, peut-être que je lui plairais et qu’elle me rendrait mon petit cube sans que j’ai à faire quoi que ce soit. Puis elle restait une femme blonde. Elle doit forcément être facilement manipulable et naïve. Même si c’est une combattante. Si je fais ça discrètement et qu’elle ne s’aperçoit de rien, je m’en sortirais tranquillement. Puis, faisant comme si on se connaissait depuis longtemps, je parlais de tout et de rien :

« Tu me donnes froid à t’habiller comme ça. Tu essayes d’allumer n’importe quel mec comme ça ? Ahah. Et ton petit nom en fait, c’est quoi toi ? Non pas que ça m’importe vraiment mais bon.. Puisque tu veux parler… »

Mais je fus obligé de m’interrompre, le serveur arrivant tout souriant, nous demandant si tout allait bien, et me demandant ce que je désirais. Voulant montrer quel genre d’homme j’étais, ou presque, je me mis en action, regardant le serveur :

« Bonjour ! Oui, tout vas bien. Je vais me commander une salade landaise moi » puis mon regard se posa de nouveau sur la petite blonde « Tu désires autre chose ma chérie ? <3 »

Ahah, j’étais plutôt fier de moi. Et voilà, j’entrais en action. Dévoilant un peu la personne que je suis réellement, sans vraiment le montrer. Elle va croire que je me moque d’elle, que je commence un petit jeu avec elle, mais juste pour la provoquer. Enfin je pense qu’elle va croire ça. Et je l’espère. Car en faite, je commençais petit à petit, et dans quelques heures, je serais dans son crâne. Et elle sera mienne. Que j’aime les gens faibles d’esprits… Je regardais autour de moi. Le monde semblait presque s’être arrêté. Il n’y avait plus qu’elle. Et moi. Un duel. Et je dois juste dire : 1-0 pour moi. La balle est dans son camp.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬▬▬▬▬▬▬
avatar

Messages : 21
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 22


It's a kind of magic.
Age du personnage : 17 ans
Nationalité: Irlandaise
Relationship:

MessageSujet: Re: Il a fallu que je tombe sur toi. [ PV Drathir ]   Mar 2 Oct - 15:47

    Je préfère me dire que je n’ai plus rien à attendre.
    Je préfère haïr plutôt que de dépendre.


    C’était amusant de voir que les gens dans ce restaurant riaient ou se racontaient leurs journées. Tout simplement. Une bonne bouffe entre potes, c’est bien. Et pourtant il y avait la table de nos deux blonds, à part, et l’ambiance n’était pas du tout la même. Le sourire qu’arborait son interlocuteur ne rassurait pas vraiment la demoiselle, il se foutait déjà ouvertement d’elle et la concernée n’osait pas vraiment imaginer ce qu’il pouvait penser d’elle. Probablement du mal, peut-être était-elle déjà classée dans la catégorie des grosses connes, prétentieuses tout juste baisable. Vu les circonstances, ce serait presque flatteur. Quoi qu’il en soit, la jeune femme restait constamment sur ses gardes, c’est nécessaire quand vous avez volé le bien d’un inconnu. Surtout dans cette école remplie de gamins aux dons divers et étranges, voir puissants. Et en parlant de pouvoirs, la blonde dut se retenir de tiquer en sentant son poing fermé avancer légèrement, comme attiré. Resserrant son étau autour du petit cube, la sensation prit fin, mais elle n’en resta pas moins perplexe. Cela aurait-il quelque chose à voir avec le blond qui lui faisait face ? Probablement. Ces morceaux de métaux auraient-ils un rapport avec son don ? Aurait-il un lien avec ces petits cubes, ou juste le métal en lui-même ? Elle n’en savait trop rien, mais tomber sur un pseudo Magnéto ne l’enchantait pas vraiment. Mais peu importe, prenant note de cette étrangeté, elle se promit de faire plus attention à l’individu qui partageait désormais sa table.

    Mais alors qu’elle s’installait plus confortablement sur sa chaise, Drathir avait décidé de jouer un jeu, toujours en us ant de cette ironie qui lui était propre, et demandant au passage quel était le nom du jeune homme. Ce dernier lui répondit rapidement, toujours ce sourire aux lèvres. Edwin. Cela lui rappelait le nom d’un personnage dans un livre, personnage qu’elle aurait volontiers épousé si seulement c’était possible. Le fameux Edwin ajouta alors qu’il n’était pas particulièrement fan des conversations, préférant largement un peu d’action. Le sourire de la demoiselle s’élargit alors, imperceptiblement, alors qu’elle haussait un sourcil. Vraiment ? En toute honnêteté elle avait un peu du mal à y croire, et elle ne se gêna pas pour le lui signaler, moqueuse, ne détournant le regard que le temps de fixer la silhouette – chétive – du blondinet.


    « Oh c’est vrai ? Princesse est surprise. Pardonne moi, mais t’es un peu svelte et fin de la taille, si tu vois ce que je veux dire, j’ai du mal à te voir agir. »

    Après un court instant de silence, elle se décida également à répondre à la provocation de l’étudiant. Elle venait à moitié de se faire traiter de pute ou de grosse chaudasse, mais ça ne la gênait pas vraiment. L’opinion qu’il pouvait avoir d’elle, en même pas deux minutes de temps qui plus est, lui importait peu.

    « Moi c’est Drathir. Après pour la tenue je suis juste pas frileuse, mais si ça te fait de l’effet dis le moi, j’en prendrais note. »

    Ils furent alors interrompu par l’arrivée du serveur qui, un trait soucieux barrant son front, leur demanda si tout se passait bien, avant de se pencher sur la commande d’Edwin. Ce fut d’ailleurs ce dernier qui répondit que tout était parfait, commandant au passage une salade. Ce fut la suite de sa tirade qui fit véritablement sourire la blonde, celle-ci étant agréablement surprise bien qu’elle tentait de ne pas le montrer, préférant conserver son air moqueur. Mais au fond elle devait l’admettre, elle ne s’était pas attendue à ce qu’il fasse semblant devant le serveur. Il n’aurait probablement pas dû s’engager sur ce terrain, Drathir n’avait pas peur de feindre de bons sentiments, bien au contraire il s’agissait d’un jeu qu’elle trouvait amusant. Son sourire se fit alors plus lumineux, son regard brillant désormais d’une lueur qu’on ne lui reconnaissait pas. Parfait prototype de la petite amie satisfaite de voir que son mec se soucie un peu de sa gueule, et qui du coup a l’impression d’être au paradis. Rapprochant un peu sa chaise, sa main contenant le smiley cube glissa alors pour se poster sur la cuisse de son interlocuteur, elle entrouvrit légèrement la main, faisant ainsi sentir le contact de son précieux bien contre le vêtement. Mais repensant à cette étrange sensation de tout à l’heure, elle préféra ne pas trop jouer sur ce terrain et referma bien vite le poing, effleurant délicatement la cuisse du jeune homme elle finit par se reculer pour de bon. Ce qui n’était qu’une provocation avait pourtant mis mal à l’aise le serveur, ce dernier devait probablement penser que les deux jeunes gens s’enverraient en l’air dans son restaurant. Se calant de nouveau sur sa chaise, la blonde daigna alors répondre, vrillant ses prunelles d’émeraudes sur le serveur, non sans un dernier coup d’œil amusé vers Edwin.

    « Oh allez, soyons folle, une mousse au chocolat s’il vous plait, pour finir. Et si t’es gentil mon ange, je partagerais. »

    Adressant un sourire faussement charmeur à son interlocuteur, elle oublia totalement le serveur qui de toute manière s’éloignait déjà. Bon, sa curiosité était attisée, et elle en avait marre de rester là comme une idiote, avec des questions pleins la tête. Plongeant de nouveau son regard dans celui d’Edwin, elle demanda alors, à la fois sérieuse et moqueuse, intriguée et blasée.

    « N’empêche où t’as trouvé ces petits cubes ? Franchement en smiley comme ça, j’aime bien, c’est plutôt stylé. »

    Elle évoquait enfin directement le bien du jeune homme. Les choses sérieuses commençaient vraiment alors.
    Elle se demandait juste comment il allait réagir, de toute manière il n’y avait que deux écoles possibles à ses yeux : Soit il se la joue franc, parce qu’il est sûr de lui et sait pertinemment qu’il sera meilleur qu’elle, par conséquent il ne risque rien et lui dira la vérité. Soit il lui ment, joue, feinte ou détourne la question, par amusement ou par peur peu importe.
    Alors mon petit ange, à ton avis, que dois-tu faire pour me plaire ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬▬▬▬▬▬▬

avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 25


It's a kind of magic.
Age du personnage : 18 ans
Nationalité: Française
Relationship:

MessageSujet: Re: Il a fallu que je tombe sur toi. [ PV Drathir ]   Jeu 11 Oct - 23:47





• ✘ Il a fallut que je tombe sur toi... •



La balle est dans son camp, la balle est dans son camp… C’est vite dit. Elle me l’a très vite renvoyée, et a vite marqué plusieurs points au compteur. Ce petit duel entre nous deux m’intéressait vraiment. C’est la première vraie altercation que j’ai avec quelqu’un depuis que je suis rentré dans cette école et ça me plait. Je ne pense pas qu’elle soit vraiment comme moi, à manipuler les gens, et s’en amuser, mais elle a l’air de juste prendre un petit malin plaisir à me faire chier, rien de plus simple. Ces blondes, toutes des chieuses dans l’âme. Je regardais autour de moi, tout paraissait normal, les gens, les élèves, parlaient entre eux, rigolaient. Tout le monde paraissait normal, à première vue, et n’importe quelle personne qui passerait par là se dirait que c’est un restaurant qu’il y a de plus normal. Mais on y regardant de plus près, on se rend bien vite compte que c’est un monde de fou, et que le paranormal y est omniprésent. Une pomme qui vole entre les mains du voisin de gauche, sans compter un verre qui flotte dans les airs et qui se vide tout seul… Ca me fait rire tout ça, je rigolais des pouvoirs quand j’étais jeune en regardant des films, et voilà que maintenant je me retrouve à la place des acteurs, ayant des pouvoirs à mon tour. Peut-être qu’il y a encore des gens dans cette école qui ne sont que des simples élèves sans pouvoir, ou des surveillants, ou même ces serveurs sans intérêt. Même cette jolie blonde en face de moi n’en avait peut-être pas. Bien que le fait qu’elle ne soit pas si surprise que ça par le fait que le cube bouge tout seul dans sa main me laisse tout de même assez perplexe.

Bref, il ne faut pas que je divague trop. Il faut que je reprenne le dessus. Car pour qui elle se prend là, à croire que je ne peux pas avoir d’altercations physique avec quelqu’un, et que je dois juste passer par la parole ? Je peux être très fort, malgré le fait que « je sois svelte et fin de la taille ». C’est bien la première fois que j’entends ça ! Je me demande de quel abruti elle tient cette phrase… Je me trouve très bien comme je suis, et si elle veut tâter de mes muscles, elle n’a qu’a me le dire, je lui ferais volontiers un peu de rentre dedans, et quelques exercices physiques dont elle se souviendra, cette.. Drathir. Pas commun comme prénom, je ne l’avais encore jamais entendu auparavant. Je ne sais pas de quelle origine ce prénom provient, mais à la limite je m’en fous un peu. En tout cas, cette Drathir me fait du rentre dedans bien comme il faut, faisant des petites allusions comme j’aime. C’est le genre d’allusions bien ironique que l’on dit, tout en sachant très bien que notre interlocuteur va les relever, mais ne va rien dire dessus. Maline celle là. Etrange pour une blonde. Sauf que je ne vais pas rester là sans rien dire. Et si je pouvais repartir chez elle, je ne dirais pas non bien sur. On ne dit jamais non à un coup du soir facile à avoir. C’est toujours ça de gagné. Et je ne comprendrais jamais pourquoi elle a fait ce qu’elle a fait. Je crois qu’elle joue autant que moi à ce petit jeu de couple, c’est amusant. Elle s’est rapprochée de moi pour me caresser la cuisse... Tout en laissant entrevoir qu’elle possédait bien mon cube. J’avais lancé ce petit duel, et elle y prenait totalement part, tout en s’arrangeant une petite caresse sur mon corps. La coquine. D’autant plus qu’elle m’appelle mon ange. J’ai peut être une chance qui sait. Sauf que je ne me laisserais pas manipuler par elle non plus. C’est moi qui manipule. Pas les autres.

Le serveur lui, bête comme un pied, n’a rien compris. En même temps, n’importe qui de l’extérieur aurait pu croire que l’on était un vrai couple. Sauf que ce sourire. Je le connais. Il est si faux mon dieu. Elle aurait pu faire un peu plus d’effort là.


« Tu me fais bien rire. On dirait presque que l’on est ensemble. Cet abruti de serveur n’y a vu que du feu. Et j’espère bien que tu partageras. Un couple partage tout voyons ! »

Ce petit jeu avait l’air d’avoir assez duré pour elle, car elle redevint sérieuse d’un coup, s’intéressant tout de suite à mes cubes. Elle avait donc bel et bien le mien, le prouvant une seconde fois. Mais elle avait l’air de vraiment s’y intéresse, tout en me faisant un petit compliment. Alors je lui souris, et pris ma fourchette et mon couteau, et devant ses yeux, je commençais à modeler un petit cube fait à la va vite. Je me dévoilais peut-être un peu trop en faisant ça, mais ce n’est que mon don après tout, n’importe qui assistant au même cours que moi peut voir quel don j’ai… Si je pouvais l’impressionner avec ça, la faire taire et me la faire, ça irait. J’espère juste qu’elle ne s’accrochera pas. Quoi que ça pourrait être drôle. Je pourrais me servir d’elle, à son insu. Genre sex friend. Une fois le cube fini, je lui tendis gentiment. J’avais fait « graver » une espèce de petit smiley mais ayant pour visage la forme d’un cœur.

« Et voilà, c’est aussi simple que ça. Suffit de demander ma douce. Mon don c’est ça. Ou presque, mais ça c’est le petit côté amusant. Enfin bref, peut-être que tu pourrais me le rendre maintenant non ? Ou tu as encore envie de jouer à ce petit jeu ? Je suis très joueur tu sais. »

Je me rapprochais petit à petit tout en disant ma phrase, décalant un peu ma chaise, glissant mon bras sous la table. Jusqu’à ce que je fonce à moitié sur Drathir pour essayer de lui prendre le bloc des mains mais….




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬▬▬▬▬▬▬
avatar

Messages : 21
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 22


It's a kind of magic.
Age du personnage : 17 ans
Nationalité: Irlandaise
Relationship:

MessageSujet: Re: Il a fallu que je tombe sur toi. [ PV Drathir ]   Sam 20 Oct - 0:12

    Je serais le serpent qui se glisse doucement dans ton lit.
    Mon poison dans tes veines deviendra une drogue.
    Cette drogue qui donnera un sens à ta vie.


    Il se prêtait au jeu, et pas qu’à moitié. Il fallait admettre que le serveur n’avait pas compris qu’il s’agissait d’une mascarade, et les autres personnes présentes dans ce restaurant n’avaient probablement pas compris non plus. Peu importe. La seule chose qui comptait en cet instant, c’était Edwin, d’ailleurs ce dernier se sentirait probablement très important s’il l’apprenait. Il était d’ailleurs loin d’être con, comprenant bien vite que la blonde se contentait de s’amuser. Faut admettre que c’est pas compliqué à deviner, elle arborait toujours ce sourire si faux qu’il vous en donnerait la gerbe et il suffisait de quelques minutes supplémentaires pour comprendre que, aux yeux de la demoiselle, tout n’était qu’un jeu. Elle s’amusait de tout, se jouait de tout, s’énervait pour tout. Et même si l’on pensait vite la cerner, qui pouvait se vanter de vraiment la comprendre ? C’est si facile de signaler que là elle était en train de mentir ou de faire semblant, mais il n’y avait rien de plus. Elle ne tolérait aucune entrave affective. Mais revenons donc au blondinet qui lui faisait face. Apparemment elle le faisait rire, tant mieux pour lui dis donc. Il ne rirait pas longtemps, et comme tous les autres il finirait par avoir envie d’égorger la chieuse qu’elle était. La seule question qu’elle se posait, c’était de savoir combien de temps il parviendrait à tenir, à lui faire face, à la supporter. Combien de temps passerait-il à jouer un rôle, sans jamais s’en détourner.

    Ayant conscience qu’elle avait passé son temps à observer la vitre du restaurant, perdue dans ces pensées, Edwin fut de nouveau le fruit de son attention. Ce ne fut qu’à ce moment précis que Drathir daigna prendre la parole, plus sérieuse, s’intéressant au bien de son interlocuteur. Ce dernier se contenta d’un sourire en guise de réponse tout en s’emparant de ses couverts. Et sous le regard impassible de la blonde, il usa de son don pour fabriquer un autre de ces petits cubes. Ainsi elle avait vu juste, il exerçait bien un contrôle sur le métal, le modelant selon sa volonté et probablement pouvait-il l’attirer vers lui, ce qui expliquerait cette sensation que, un peu plus tôt, le cube lui échappait des mains. Bordel. Elémentaire à la con. Il était probablement aussi prétentieux que les autres. Hum, ou peut être étais ce plus compliqué que ça. En effet, une fois son œuvre achevée, Edwin lui tendit alors le cube métallique, sur lequel était gravé une sorte de simley en forme de cœur. Toujours en tentant de conserver cet air inexpressif, la demoiselle tendit la main et s’empara du présent. En l’observant de plus près, elle ne put s’empêcher d’esquisser un sourire amusé. Ce sourire s’accentua quand le blond reprit la parole, l’appelant “ma douce“. C’était tellement faux, mais ça la faisait rire de savoir que dans d’autres circonstances, elle aurait trouvé ça mignon, plaisant. Intéressant. Mais là, elle ne pouvait tout simplement pas y croire.

    Et elle le put encore moins quand Edwin poursuivit son discours. Il venait tout juste de lui dire qu’elle devrait peut être lui rendre son bien, et la voila déjà qui se méfiait. Instinctivement elle se raidit. Shaldon se serait probablement amusé à lui signaler qu’elle ressemblait à un chat qui, à l’idée qu’on puisse l’attraper, se prépare déjà à esquiver. Et on était vraiment pas loin de la vérité. Le simple fait que le blondinet évoque de nouveau sa propriété avait été un déclic. Il ne fallait pas qu’elle oublie pourquoi il était là, quel était son vrai but. Ce fut pour cela qu’elle prit note du léger décalage de la chaise de son interlocuteur. Pour cela que son poing se referma avec force autour du cube volé, tandis que son autre main abandonnait celui en forme de cœur sur la table. Pour cela que quand le contrôleur de métaux qui lui faisait face lui sauta à moitié dessus, elle l’esquiva. Il avait usé de son don, c’était désormais au tour de la demoiselle. Ses reflexes n’étaient pas meilleurs que ceux des autres, cependant son agilité l’était. Ce fut donc avec une aisance remarquable que la demoiselle s’empara de la main baladeuse de son partenaire afin de la tirer de dessous la table, avant de s’enrouler autour à la manière d’une danseuse, se retrouvant ainsi contre Edwin. Une poignée de secondes avait suffit pour qu’elle se retrouve ainsi sur les genoux du blondinet, elle enserrait toujours sa main, posant cette dernière à hauteur de sa taille, renforçant l’image de couple qu’on pouvait avoir d’eux. Elle passa son bras libre autour du cou d’Edwin, le poing toujours fermé dans lequel on pouvait deviner la présence du cube tant désiré. Un sourire narquois aux lèvres, la demoiselle s’approcha de l’oreille de son interlocuteur, lui soufflant ainsi quelques mots.


    « Je ne te le rendrais pas. Parce que je suis ce genre de personne qui ne sait jamais où elle met les pieds mais qui continue d’avancer malgré tout. Je te connais pas, je ne sais pas de quoi t’es capable mais je m’en fous. Je veux juste te voir me courir après pour récupérer ton bien, ça flatterait mon égo. Tu viens de trouver ta partenaire de jeu mon cher Edwin, mais peut être pas pour les raisons auxquelles tu t’attendais. »

    Malgré son sourire narquois, malgré ce ton moqueur, l’on se rend compte qu’elle est sérieuse. Dans le fond elle vient même de se livrer, un peu, de se confier. Le fait qu’elle avoue être une chieuse fière et un peu cinglée peut paraître insignifiant, à l’image d’un indice inutile. Mais en vérité elle venait de lui donner les armes, à lui de voir ce qu’il en ferait. En plus elle venait de dévoiler son don, même s’il n’avait peut être pas compris, ils étaient quitte de ce côté-là. Lentement, Drathir recula sa tête, tout en conservant sa position initiale. Ce fut à ce moment précis que le serveur revint vers eux, avec le plat commandé par le jeune homme et son dessert. Il hésita, et finit par déposer les commandes. Le remerciant du bout des lèvres, retrouvant ce sourire plaisant qui ne lui ressemblait pas des masses, son attention se porta sur la mousse au chocolat qui l’attendait. Elle avait sortit son discours, était confortablement installé, et pouvait désormais attaquer son dessert. Formidable. Retirant son bras qui s’était logé autour du cou de son interlocuteur, elle s’empara de son bien et en prit une cuillère, se léchant presque les babines. Très élégant certes, mais bordel c’était une mousse au chocolat. Elle vendrait sa mère juste pour en avoir encore. Après avoir savouré la première bouchée, la blonde planta ses yeux d’émeraudes dans ceux de même couleur d’Edwin. Retrouvant son sourire provocateur elle lui exhiba sa cuillère de nouveau remplie.

    « T’en veux mon ange ? Ah et pitié, si tu veux me faire un sale coup pour récupérer ton cube, attend au moins que je finisse ça. Sinon je t’explose la tête contre ta salade landaise, chéri. »

    Oui, ça aussi ça avait le mérite d’être clair. On ne touche pas à sa mousse, elle était déjà bien gentille de partager, alors hors de question qu’on lui pourrisse la fin de son repas. Après s’il voulait il pourrait la violer, la brutaliser, la menacer avec tous les couteaux du restaurant via son don, peu importe. Elle crèverait heureuse, après en avoir fait voir de toutes les couleurs à son pseudo Magnéto, évidemment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬▬▬▬▬▬▬

avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 25


It's a kind of magic.
Age du personnage : 18 ans
Nationalité: Française
Relationship:

MessageSujet: Re: Il a fallu que je tombe sur toi. [ PV Drathir ]   Mar 4 Déc - 11:04





• ✘ Il a fallut que je tombe sur toi... •



Il fallait que je récupère mon cube. Je n’en avais nullement besoin, certes, mais c’était plus par fierté personnelle que je voulais le récupérer. Et il a fallut que je tombe sur elle, ce genre de femme qui ne se laissait pas faire, qui prenait la tête dès la première minute où on lui adressait la parole. Et j’avais essayé de le récupérer, mais cette femme n’est pas normale. Elle est comme moi. Elle possède un don, et ça se voit. Personne n’aurait pu faire ce qu’elle a fait, pas même moi, pas même la plus douée des gymnastes. Cette aisance dans ses mouvements, c’était plus inhumain qu’autre chose. Mais ça restait plutôt sympa comme don. Et utilisable à des fins… plutôt amusant. Quand je dis qu’elle va finir dans mon lit, je ne plaisante pas.
Elle s’était donc emparée de ma main, l’a tiré de sous la table et s’est vite retrouvée sur moi. Mon premier reflexe a été de placer ma deuxième mains sur son bas dos, suivant le mouvement de l’autre main, qu’elle « contrôlait ». Toute cette action se déroulait en plein milieu d’un restaurant, et en regardant légèrement autour de moi, je pu apercevoir que ce n’était pas passé inaperçu pour certaines personnes malheureusement. Certains regards étaient braqués sur nous, plus amusés qu’autre chose. Si on pouvait détendre certaines personnes, c’était déjà ça de gagné. Puis je senti, autour de mon cou, son bras, puis son poing. Elle jouait vraiment avec moi. Elle collait son poing fermé avec son cube à l’intérieur contre mon cou, mon dos. Elle le faisait sentir. Elle me l’aurait montré sous les yeux le poing ouvert que ça aurait été la même chose. Sauf qu’elle savait que si elle faisait ça, je le reprendrais sur le champ. Et comme elle venait de me le dire dans le creux de mon oreille (chose que je trouve tellement sensuelle que je lui aurait fait l’amour sur la table du restaurant), je n’étais pas près de retrouver mon bien. Si elle pensait que je laisserais passer ça, comme ça, comme une lettre à la poste Elle se trompait

« Ton ego ma belle ? Je vais tellement le flatter, comme personne ne l’a jamais fait, que tu t’en lasseras vite. Je ne lâcherais pas l’affaire, et tu vas rester ma partenaire de jeux pendant un bout de temps. Et j’obtiendrais ce que je voudrais. Même si je dois te passer sur le corps… »

Ainsi donc elle voulait que je lui cours après. Je n’allais pas courir très longtemps. Ce cube sera très vite revenu en ma possession. Mais je fus très vite sorti de mes pensées par l’arrivée du serveur, qui se bloqua légèrement en nous voyant positionnées comme ça. J’ai même cru qu’il allait repartir sans déposer nos plats. Alors je l’aidais un peu:

« « Bah quoi coco ? T’as jamais vu de retrouvailles amoureuses d’un couple ? Allez, dépose ça et dégage. Laisse-nous. » »

Il s’exécuta, et reparti sur le champ. Drathir l’avait quand même remercié. Quel faible. Cependant, j’éprouvais une sensation bizarre. Etrangement je me sentais bien avec elle sur mes genoux, comme si c’était une chose habituelle. J’avais toujours mes mains dans son dos, et j’avais presque envie de serrer mes bras autour d’elle pour l’embrasser. Enfin ça, je crois que j’en ai envie dès qu’il y a une fille près de moi mais bon… Elle jouait encore et toujours, et se servit de sa mousse au chocolat, lui en proposant par la même occasion. Ainsi donc c’étai tune gourmande, et son petit plaisir de manger cette mousse ne devait pas être interrompue. Il ne fallait pas en dire plus pour Edwin. Et cette fille n’a pas tellement réfléchit, en exhibant cette cuillère devant son nez. Car elle finit directement dans la bouche du jeune homme. Merci le don. Et il recommença une deuxième fois, et lui ria au nez.

« Très bonne ta mousse mon amour. Je t’en remercie. »

Puis il en prit une troisième cuillère, les mains toujours derrière le dos de la jeune femme, puis racla le bol, et la fit voler autour de la jeune femme, rempli de mousse au chocolat

« Viens la chercher si tu la veux ta mousse. Mais il va falloir être gentille, et mon rendre mon bien, si tu veux pouvoir manger. J’ai comme l’impression que tu en as bien envie non ?»

Puis, contrôlant toujours sa cuillère, qui tournait autour de deux jeunes, il se leva, portant Drathir, et la plaqua contre le mur, attirant encore plus les regards des clients du restaurant, entrainant aussi une chute d’un plateau de boissons qu’emportait le fameux serveur.

« Ecoute moi bien ma belle, je ne suis pas un de ses rigolos avec qui tu aimes jouer habituellement. Je ne suis pas faible, et rassure toi, j’ai ce qu’il faut dans le pantalon pour te tenir tête, donc si tu ne veux pas qu’on en finisses totalement au main, tu vas me rendre tout de suite mon bien »

Leurs visages étaient très proches, leurs souffles se mélangeait. On aurait dit une scène d’amour d’acteur de cinéma… C’était bien fait, mais c’était faux pour ceux qui y regardaient de plus près. Il y avait plus de la haine ou de l’amusement dans leurs yeux plutôt que de l’amour.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬▬▬▬▬▬▬
avatar

Messages : 21
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 22


It's a kind of magic.
Age du personnage : 17 ans
Nationalité: Irlandaise
Relationship:

MessageSujet: Re: Il a fallu que je tombe sur toi. [ PV Drathir ]   Mar 4 Déc - 15:23

    Je te promets des blessures, du mépris à en vomir.
    Des baisers au goût de sang, de la haine à n’en plus finir.


    C’était tellement amusant de se jouer des gens qui nous attirent. En soi elle ne prenait pas de plaisir particulier à piétiner les sentiments des autres, mais dans ce cas précis elle ne risquait rien. Car sentiments il n’y avait pas. Ou tout du moins ni amour, ni sympathie. Peut-être un certain respect, et encore il était trop tôt pour oser le prétendre. Leurs paroles étaient du poison, leurs gestes des mensonges. Il le lui prouva en glissant ses mains dans le dos de la demoiselle. Celle-ci ne trouva rien à y redire, le contact n’était pas désagréable, et il aurait été juste trop stupide de sa part de se mettre à brailler. Après tout elle était toute aussi provocante que lui. Quoi qu’il en soit, leur petit jeu attirait les regards, mais elle ne s’en soucia pas. Ceux qui n’avaient rien d’autre à faire que d’observer la scène devaient avoir une vie bien malheureuse, car il fallait vraiment avoir touché le fond pour envier nos deux imbéciles. Mais peu importe, Drathir les ignora donc, poussant le vice en venant murmurer quelques mots à l’oreille de son compagnon. Celui-ci ne tarda pas à réagir, l’appelant « ma belle » ce qui la fit légèrement sourire. Evidemment il lui annonçait déjà la couleur : Il récupérerait son bien, même si pour cela il devait lui passer sur le corps. Vraiment ? Les prunelles d’émeraudes de la blonde se mirent à étinceler d’une lueur malicieuse. Drathir s’apprêtait à sauter sur l’occasion mais le serveur arriva à ce moment-là. Elle fut légèrement surprise par le ton autoritaire et la brutalité employée par Edwin. Dégage ? Vraiment ? Et bah, il était tout de suite moins aimable qu’au début. Comme quoi, dans son cas, il ne fallait vraiment pas se fier à ce qu’il pouvait dire ou montrer. Ce serait toujours faux. Peu importe, un sourire narquois aux lèvres, ces dernières vinrent de nouveau se poster contre l’oreille de son interlocuteur.

    « Voyons chéri, laisse le tranquille. Si on reparlait plutôt de ce que tu disais, hum… Me passer sur le corps, c’est ça ? »

    Dans le même temps, la main qu’elle avait passé autour du cou glissa sur sa nuque, à la base de ses cheveux, caressant machinalement quelques mèches. Mais peu importe, il fallait plutôt se soucier de cette magnifique mousse au chocolat qu’on venait de lui apporter. Comme une idiote, il fallait l’admettre, elle en proposa au jeune homme, poursuivant ce jeu de faux couple. Sans prendre en note le fait que cela ne semblait plus beaucoup l’amuser, il suffisait de voir le ton qu’il prenait désormais et ce malgré les fausses gentillesses qu’il pouvait dire. Comme en cet instant où, usant de son don, il s’appropria la cuillère et dévora son contenu. Il recommença plusieurs fois, sous le regard mi-glacial mi-courroucé de la jeune femme. Il se prenait pour qui, ce salopard, à lui piquer ainsi son dessert ? Et en plus il osait se moquer d’elle. Dans une piètre tentative, la blonde tenta de récupérer le contrôle de la cuillère, mais le don restait plus fort. Elle tenta alors de pousser dessus pour la lui enfoncer dans la gorge tandis qu’il mangeait, sans plus de résultats. Sale fils de random.

    Mais il ne poursuivit pas son petit jeu très longtemps. En effet Edwin s’empara d’une troisième cuillère mais plutôt que de l’avaler goulument, il suspendit le couvert dans les airs, la mousse dessus. En une ultime provocation, qui s’avérait également être un odieux chantage, il lui proposa de finir son dessert en échange du petit cube qu’elle avait volé. Bordel, il avait un égo et une fierté encore plus important qu’elle. Tout ça pour un morceau de métal qu’il pouvait créer à volonté de toute manière. Enfin, dans un sens il lui en avait fabriqué un mais la blonde ne parvenait pas à s’en contenter non plus. Ils étaient tous les deux trop cons, c’est aussi simple que ça. Quoi qu’il en soit Drathir leva les yeux en direction de la cuillère, en toute honnêteté elle s’apprêtait à la dévorer le plus rapidement possible, mais elle n’en eut pas le temps. Edwin la tenait déjà dans ses bras et, sans la moindre douceur, la plaqua contre le mur. Narquoise, elle lâcha dans un souffle :


    « Graou. »

    Il n’y avait pas besoin de plus. Elle ignora le serveur qui chutait en même temps que son plateau chargé de boissons. Elle ignora le regard choqué, voir outré, des personnes présentes dans le restaurant. Elle n’avait d’yeux que pour lui, écoutant les menaces qu’il proférait à son égard. Elle ne le lâchait pas du regard. Ce n’était pas vraiment compliqué en soi vu leur proximité actuelle. Elle avait la sensation que l’air était chargé en électricité, que la pièce était en feu. Mais il ne s’agissait que d’elle, de son impression, de la présence d’Edwin. C’est fou, il suffisait de si peu pour que votre corps réagisse de lui-même. Mais Drathir contrôlait son corps, contrôlait sa vie, tentait de contrôler chacune de ses émotions. Et elle y parvint. Ce fut donc parce qu’elle le désirait que ses mains glissèrent le long de la nuque du jeune homme, caressant chaque parcelle de son cou, descendant le long de son torse bien qu’elle restait par-dessus les vêtements. Ce fut donc parce qu’elle le désirait que ses lèvres s’emparèrent de celles de son compagnon, dans un mélange de douceur et de fougue. Un mélange d’envie, et de colère refoulée. Colère qu’elle ne masqua pas bien longtemps. Lorsque leurs bouches se quittèrent, elle souffla alors d’une voix tellement doucereuse, tellement fausse. Tellement retenue.

    « Je t’avais dit d’attendre Edwin…. »

    Attendre qu’elle savoure son dessert avant de tenter quoi que ce soit contre elle. Attendre juste quelques minutes. Il ne l’avait pas fait. Alors à peine eut-elle finit de susurrer ces quelques mots que ses mains, qu’elle avait ramené à hauteur du col de sa chemise s’emparèrent avec force de ce même col alors qu’elle faisait brutalement tomber son interlocuteur en arrière. L’allongeant sans la moindre douceur sur la table, la belle fit de sorte que la tête d’Edwin – tout du moins l’arrière donc - se retrouve dans la salade qu’il avait commandé. Ne s’agissait-il pas la menace qu’elle avait proféré si jamais il avait le malheur de toucher à sa mousse ? Quoi qu’il en soit la jeune femme se retrouva à califourchon sur le jeune homme, le regard brillant d’une colère sans équivoque. Elle frappa du poing, deux fois, contre le ventre de son adversaire. Non elle ne toucherait pas au visage, elle ne voulait pas abimer une si belle gueule. Et elle se doutait qu’Edwin n’était pas du genre à se montrer aimable ou même tolérant avec les demoiselles. Elle venait de le frapper, et s’attendait déjà à un juste retour des choses. Mais elle s’en foutait. Tout comme elle se moquait des cris effrayés qu’elle avait provoqué en agissant de la sorte. Tout comme elle se moquait du serveur qui passait désormais un coup de fil. Les flics ? Peut être. Il fallait admettre que notre duo venait largement de dépasser les bornes. Elle restait là, à califourchon sur celui qu’elle venait de cogner à deux reprises. C’est fou l’effet qu’il lui faisait mine de rien.

    Ah, je vous avais pas dit que quand elle avait 6 ans, Drathir avait mordu jusqu’au sang un gamin qui lui avait piqué son biscuit ?
    Elle n’aime pas grand-chose dans la vie, alors hors de question de lui voler ce peu de choses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬▬▬▬▬▬▬

avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 25


It's a kind of magic.
Age du personnage : 18 ans
Nationalité: Française
Relationship:

MessageSujet: Re: Il a fallu que je tombe sur toi. [ PV Drathir ]   Mer 5 Déc - 22:46





• ✘ Il a fallut que je tombe sur toi... •



Ce petit jeu avait assez duré. Faire semblant, chercher la petite bête, essayer de la pousser à bout, c’est bon. On stop tout ça. On passe à l’action et on ne se laisse pas faire. Enfin. C’est ce que je m’étais dit avant qu’elle passe à l’action avant moi…

Elle me cherchait encore et toujours. Ce petit cri qu’elle avait poussé quand je l’avais plaqué contre le mur, provoquait en moi deux sentiments qui se mélangeaient. Le désir. Et le dégout. Je sais, ce ne sont pas des sentiments qui vont souvent ensemble, mais c’est légèrement ce que je ressentais avec Drathir. M’enfin, il fallait que je me contrôle un minimum quand même. Car il fallait que je continue de contrôler mon don, sinon j’allais me retrouver avec une cuillère au fond de la gorge. Cette fille est folle. Cependant elle essayait de m’aguicher celle-là. Elle s’amusant, encore et toujours elle aussi. Elle me caressait, la nuque, les cheveux. Je ne peux pas le cacher, ça ne me déplaisait pas. Enfin, je ne peux pas le cacher. A elle si. C’est tellement facile pour moi de garder mon air sur de moi, que rien ne peut ébranler. Le seul petit hic, et que je ne contrôle pas forcément, c’est ce qui se trouve un peu plus bas, dans le pantalon. Tant qu’elle n’y glissera pas une main dedans, elle ne verrait rien, et je ne pense pas qu’elle en arrivera jusque-là, bien que les mains de la jeune blonde se trouvaient déjà sur mon torse, par-dessus mes vêtements. Peut-être voulait-elle plus aussi, sans forcément le montrer. En fait, en y regardant de plus près, je pense que elle et moi ne devons pas être très différent l’un et l’autre : on aime bien s’amuser avec les gens, on aime bien faire semblant, et ne rien montrer de nous-même. Enfin je trouverais quelqu’un comme moi avec qui je pourrais vraiment m’amuser ? Je ne dirais vraiment pas non, et je pourrais jouer à ce jeu encore très longtemps s’il le fallait.

Malheureusement pour elle, elle a choisi un chemin du jeu qui me déplaisait assez fortement. Celui de la violence. Et ça, je n’aime pas tellement. Surtout que je n’eus même eu le temps de réagir, l’action s’est déroulé tellement vite, que je me revois à peine partir en arrière et atterrir sur la table, ma chevelure dans ma salade. Moi qui venais de faire un shampoing… Juste avant ça. Elle… Elle m’avait embrassé non ? Elle jouait donc le jeu jusqu’au bout. J’aime ça quand même. Mais ce baiser était tellement faux. On aurait plus dit un baiser qui voulait me dire de me la fermer plutôt qu’autre chose. Le calme avant la tempête comme on dit. Et quelle tempête. En deux temps trois mouvements, elle se retrouva en plus de ça, sur moi, et me donna très clairement deux sacrés coup de poing dans le ventre. Okay, j’ai des abdos. Mais putain. Elle frappe fort cette sauvage, et je l’ai senti passé. Mais il ne fallait vraiment pas que je lui montre. Que je prenne sur moi. Elle serait trop contente si elle me voyait souffrir ne serait-ce qu’un tout petit peu. Mais maintenant ça allait être à mon tour, et ça n’allait pas être la même chose. Du sang allait couler, ça je le garantie. Tant pis si je faisais ça devant tous ces petits cons qui nous regardaient. J’avais envie de leur crever les yeux à tous. Oh mais… Crever les yeux. Mais bien sûr. Je savais déjà ce que j’allais faire pour me venger, je me mis donc à regarder Drathir dans les yeux tandis qu’elle était encore sur moi, et je me mis à lui sourire largement. Ca allait la faire réfléchir et bouillonner de l’intérieur je pense ! Dieu que je m’aime.


« Tu n’aurais jamais dû faire ça. Jamais… »

Je détournais deux minutes la tête pour suivre le regard de Drathir. Elle regardait le serveur qui était en train de prendre son téléphone. Bizarrement, un brot en métal qui trainait par là pour remplir et servir l’eau lui arriva sur la tête, et l’étourdit sur le coup. Hop. On n’aura pas de problème de ce côté-là. Puis mes yeux revinrent sur Drathir.

« Tu m’excuses au préalable des blessures que tu vas avoir ma blondasse chérie. »

A ces mots, alors qu’elle était encore à califourchon sur moi et qu’elle me tenait pas le col, je vis sur le côté ce que je cherchais depuis toute à l’heure. Une jolie petite fourchette, qui par la force de ma pensée s’éloigna un petit peu… Et… Au maximum de la vitesse que je pouvais la projeter, elle vint se planter directement dans la main de Drathir. Reflexe humain, les nerfs et les muscles se relâchent, donc le cube se libère de la main de Drathir, et le col par la même occasion. Je fis le plus vite possible. Récupérer mon propre cube et l’envoyer un peu plus loin, puis, de mes mains, balancer Drathir sur le côté, contre les chaises de notre table, qui s’étala dans un bruit quelque peu fracassant. Il va y avoir des dégâts c’est moi qui vous le dit. Surtout qu’elle allait répliquer de façon très agile. Alors il allait faire vite. Et c’est ce que je fis. Je me relevais, me dirigeant vers la sortie, le temps qu’elle retrouve un peu ses esprits, emportant avec moi quelques couverts et mon cube qui tournaient autour de moi. Je l’attendais dehors. J’attendais la venue de mon adversaire. On avait passé l’étape supérieur. Et ça allait devenir vraiment amusant maintenant.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬▬▬▬▬▬▬
avatar

Messages : 21
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 22


It's a kind of magic.
Age du personnage : 17 ans
Nationalité: Irlandaise
Relationship:

MessageSujet: Re: Il a fallu que je tombe sur toi. [ PV Drathir ]   Lun 10 Déc - 20:05

    J’ai ma fierté, mais je ne suis pas stupide, je n’hésiterais pas à me barrer.
    Mais ne va pas croire que j’oublie, je reviendrais toujours pour t’emmerder.


    Elle ne s’était pas attendue à de la douceur, ni même à de la compassion, de la pitié. Ce n’était pas un baiser qui lui ferait oublier les deux coups qu’elle lui avait porté. Il ne lui pardonnerait pas cet affront. Elle s’en doutait, elle le savait. Cependant elle était loin d’imaginer jusqu’où il serait capable d’aller. A peine la blonde avait-elle frappé que les menaces d’Edwin lui parvenaient déjà aux oreilles. Elle n’aurait jamais dû faire ça. Elle fut cependant surprise de voir un broc rempli d’eau s’écraser contre le crâne du serveur qui passait un coup de fil. Il voulait à ce point être tranquille ? A ce point se venger ? Mais en se posant toutes ces questions idiotes, la blonde ne vit pas venir la suite. Elle n’entendit que cette insulte « blondasse », ce qui changeait de tous les mots faussement affectif qu’il avait pût employer jusque-là. Blondasse, vraiment ? Malgré le chérie qui suivit, elle savait qu’elle prendrait cher. Elle ne le comprit qu’en sentant une fourchette se planter violemment dans sa main. Drathir ravala le cri de douleur qu’elle aurait voulu lâcher, le transformant en un grondement retenu, se mordant la lèvre jusqu’au sang pour ne pas laisser ce cri s’échapper, pour ne pas dévoiler cette faiblesse. Le batard. Saloperie d’élémentaire, avec son don à la con. Quoi qu’il en soit, elle le lâcha sur le coup et il ne se gêna pas pour en profiter.

    Alors que toute son attention était focalisée sur sa main ensanglantée, Edwin abusa un peu plus de sa position dominante, choppant la demoiselle par ses vêtements pour mieux l’expédier sur le côté. Nouveau grondement quand son dos heurte brutalement la chaise qu’elle avait occupé un peu plus tôt, cette dernière se brisa dans un bruit sinistre. La blonde aurait pu rester là, immobile, à gémir en parfaite victime. Mais il en était hors de question. Sa fierté s’ajoutant à l’adrénaline du moment, elle se redressa avec cette souplesse que lui octroyait son don. Il lui avait repris le cube, venait de s’élancer en courant vers la sortie avec ce morceau de métal, mais pas que. Une flopée de couverts volaient autour de lui désormais. Il fallut deux secondes à Drathir pour prendre une décision. Une seconde pour analyser la situation, découvrir ces couteaux et ces fourchettes, comprendre qu’Edwin n’hésiterait pas à la blesser de nouveau avec, constater qu’une fois dehors elle ne pourrait pas se protéger de ces attaques et ce malgré sa propre agilité. Il lui fallut une seconde de plus pour enfouir son égo brisé, pour le cacher sous une couche de lucidité, cette même lucidité qui la poussa à s’élancer à son tour. Mais non pas en direction de l’entrée où l’attendait Edwin, mais en direction des cuisines et des portes de sortie qui se trouvaient non loin. Le regard brillant de haine, la blonde venait de prendre la fuite. Cela ne lui plaisait pas, loin de là, mais elle savait qu’elle ne pouvait pas remporter cette bataille là. Elementaire à la con, saloperie de don.

    Elle abandonna donc Edwin. Elle abandonna les personnes encore choquées du restaurant.
    L’espace que nos deux énergumènes avaient occupé était désormais en lambeaux. La table à moitié pliée en deux sous la force des impacts, sa chaise brisée sous le poids de sa chute. Et le cube que lui avait fabriqué Edwin, ce métal en forme de cœur qui se retrouvait tâché par le sang de Drathir. Comme témoin de cet épisode, comme pour marquer le lieu du carnage.
    Et alors que sa main saignait encore, alors qu’elle fuyait ; Son cœur battait à n’en plus finir, comme pour graver ces quelques mots qui sonnaient comme la pire des hontes : Elle avait perdu.


Suite ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬▬▬▬▬▬▬
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Il a fallu que je tombe sur toi. [ PV Drathir ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Il a fallu que je tombe sur toi. [ PV Drathir ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: « CAMPUS. :: « Restaurants.-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit