AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Weed ▬ too young to understand

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
▬▬▬▬▬▬▬
avatar

Messages : 279
Date d'inscription : 20/03/2010
Age : 25


It's a kind of magic.
Age du personnage : 15
Nationalité: Sino-finnoise, youhou.
Relationship:

MessageSujet: Weed ▬ too young to understand   Dim 3 Fév - 23:40

cette fiche est réservée pour Bonnie, pardon, soyez cools c'est son Bday.


.weed






you know my name

✂ Surnom : Weed, Wex.
✂ Age : 17 ans.
✂ Année : Septième.
✂ Année d'arrivée : Septième, justement.
✂ Classe : Alors là c'est bien bon courage il peut être partout amusez vous. (mais j'aime bien avoir un arc-en-ciel) (hein)
________
fonk me
(don)

got a burning bad blood running through his veins


▬ Donnez moi une bonne raison pour que nous vous gardions parmi nous, mon garçon.

Parfois, certains mots font légèrement tâche dans une phrase. On sentirait presque qu'ils ont été ajoutés à la fin de cette dernière comme pour la rattraper un petit peu, mais que très honnêtement, ça ne marche pas. Il aurait mieux fait de ponctuer par « petit con » que le ton aurait été plus naturel. Mais le directeur est maître de lui-même, comme toujours, et même s'il en crève d'envie et que j'ai relativement dépassé les bornes récemment, il ne s'abaissera pas à me donner raison pour le coup en appelant un chat un chat. C'est à moi de lui prouver qu'il a tort, pour le coup. Que je ne suis pas le petit con que je lis dans ses yeux. Personnellement, je sais que c'est vrai ; lui transférer l'information, c'est une autre paire de manches.
Je me tiens bien droit sur ma chaise, les mains jointes. La gestuelle compte dans l'entretien.

▬ Je suis intelligent, monsieur.

Il a un léger, très léger sourire et je me dis que ma pensée de tout à l'heure lui effleure l'esprit à son tour. Mon « monsieur » n'était pas non plus très convaincant. Mais la grimace le quitte, il soupire et se replace à son bureau en enlevant ses lunettes lentement, alors je peux juste me dire, merde, shit just got serious.

▬ C'est le cas de tous les élèves de cette école, Wexley. Alors maintenant, dites moi. Après vos récentes frasques et cette plantation de stupéfiants dans votre placard, j'attends de nouveaux arguments.
▬ Pour ma défense, ils faisaient partie de mon projet de biologie.


Aïe, ça ne prend pas.
Je peux vous paraître un peu trop décontracté, l'habituel adolescent dandy et rebelle tout ce qu'il faut de politiquement correct pour plaire à la moyenne, mais tout ceci m'importe. Ou peut-être pas. Pour être franc, je n'arrive pas à faire un choix là-dessus, il serait bien temps que je commence à le faire. Que je sache si oui ou non je veux faire mes preuves et construire un schéma de vie qui se tient, celui dans lequel j'exploiterai mes capacités pour à terme exploiter les gens, ce pour quoi je suis rentré ici dans un premier temps. À côté de ça, l'autre de part de ma conscience, ce fragment branleur et destructeur a tendance à vouloir envoyer valser les papiers de ce bureau et ce boulier dans le coin, puis partir d'ici et laisser n'importe quoi absorber, détruire l'angoisse du temps présent.

▬ Écoutez. Je sais que vous êtes passés par des moments difficiles récemment, mais c'est le cas de chacun d'entre vous ici.
▬ Ne vous inquiétez pas pour ça. Je vous assure que je compte m'en remettre, de toutes façons, je savais qu'elle allait me larguer sous peu-
▬ Je pensais à votre père, Wexley.

Oh. Ah. Mais définis « récemment », mec. L'année dernière n'était pas rose, d'accord. Je préfère ne pas la ressasser, la laisser errer dans le grand vide de mon estomac. J'espère juste que le temps, la force de ma matière grise absorbée à quelque substance contribuera à juste détruire totalement ce que je peux ressentir là-dessus.
Pour l'heure, je me suis fait larguer par ma copine, et c'est un problème qui me suffit. La plupart vous diront qu'appeler cette fille ma petite amie quand elle me laissait lui embrasser la joue dans des grands moment d'amour charitable était un peu poussé, mais qu'est-ce que j'en avais à foutre. De toutes façons, peu importe ce qu'on avait, c'était fini.

Cette réflexion en déclenche soudainement une autre : qu'est-ce qu'il me reste vraiment d'autre ? J'avais des amis, quelque part, dans ma ville, là d'où je viens. Je n'y retourne plus. Je ne sais pas ce qu'est devenu chacun. La dernière conversation que j'ai eu avec ma sœur m'échappe de bout en bout. Où est partie ma vie, et quand est-ce que les choses ont commencé à m'échapper, à disparaître sans que cela ne me dérange même ? Sans que je ne m'en rende compte ? Je me disais absorbé par la travail. Ma présence dans le bureau du directeur aurait tendance à témoigner du contraire.

Mes neurones ont l'air d'éclater une à une, et derrière, le vide. J'ai l'impression que mes doigts calleux, ceux qui se plantent d'habitude dans ma gorge pour forcer mon estomac à recracher tout ce qu'il engloutit, comme un fou, sont venus gratter un coin de ma tête. Pour faire vomir ma mémoire. Maintenant c'est le trou noir.

J'ouvre la bouche mais rien n'en sort. Je devrais lui dire que je suis de ces absorbés par leur dose de travail, de ceux qui suivent une hygiène de vie exemplaire doublée d'une organisation obsessionnelle pour compenser mes frasques nocturnes. Je me drogue, je bois, je ne couche pas ; j'ai ce problème avec les gens, qui est sans doutes un problème avec moi. Je me trouve à chaque fois mille et une excuse, en commençant par attribuer la faute aux autres ; à leur connerie, leur laideur extérieure et intérieure, leur confiance. Je suis devenue pro pour ce qui est d'exploiter le moindre point noir des gens pour ne pas voir la putain de poutre que j'ai dans l’œil, tout pour ignorer ma propre imperfection que je considère même pas. Éternellement, j’appellerai ça de l'honnêteté, quand je n'accepte même pas la première vérité : je ne contrôle plus grand chose.
Je m'éloigne bien de la perfection que j'étais persuadé d'atteindre. Personne ne peut le savoir. Je ne suis pas un junkie. Je ne suis pas boulimique. Je ne suis pas celui que vous croyez.

▬ Je ne suis pas comme ça.

▬ J'ai bien peur que sii, monsieur Johnson. Je ne crois pas que nous puissions vous garder en connaissance de cause.



Schizophrenetica loca niña

✔ Age : 20, urh.
✔ Sexe : ♀
✔ Avatar : Adachi Tohru ▬ Persona 4
✔ Comment avez-vous connu le forum ? AHAHAH.
✔ Pensez-vous demander un parrain/une marraine ? AHAHAH.
✔ Autre chose ? (Une suggestion d'amélioration, un mot de fin ?) Bref.


Dernière édition par Wexley A. Johnson le Dim 17 Fév - 11:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬▬▬▬▬▬▬

avatar

Messages : 120
Date d'inscription : 07/08/2010
Age : 24


It's a kind of magic.
Age du personnage : 18 ans.
Nationalité: sweet home Alabama
Relationship:

MessageSujet: Re: Weed ▬ too young to understand   Sam 16 Fév - 22:22

BONNIE SAUVAGE APPARAÎT

WEED CHÉRI. (CETTE PHRASE SUR TON AVATAR, où est Stone qu'elle le pointe du doigt)

hum hum okay alors moi je le placerai bien en PSY parce que ce serait la classe qui colle le mieux je trouve, genre changement de personnalité ou contrôle de l'attention. Mais si vraiment je voulais l'envoyer en ELEM, je proposerai phytokinésie. (argh j'ai plein de trucs à rattraper par ici, je crains)

(hey, elle est cool l'ex de Weed /sort)

_________________
.
I'm going down to the Dew Drop Inn see if I can drink enough. There ain't much to country living. Sweat, piss, jizz and blood. Sweet home Alabama play that dead band's song. Turn those speakers up full blast play it all night long.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Weed ▬ too young to understand

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: « CAP OU PAS CAP ? :: « Que la partie commence.-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit