AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Lovely lie [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
▬▬▬▬▬▬▬
Marie-Jeanne Champs

Messages : 24
Date d'inscription : 28/12/2012
Age : 24


Lovely lie [libre] Vide
MessageSujet: Lovely lie [libre]   Lovely lie [libre] Icon_minitimeMar 8 Jan - 19:50

Sauve-nous. Nous, les bon petits rôlistes.
Sa main se posa sur le dos de son ordinateur, touchant du bout des doigts la touche d’allumage. C’est bientôt l’heure, celle d’être quelqu’un d’autre, son cœur bat fort dans sa poitrine. Comme toujours quand l’heure approche. Elle gratta son bracelet de protection nerveusement, pour vérifier qu’il était bien en place. Comme si elle pouvait l’oublier, que oui, avec le bourdonnement qu’elle avait en fond sonore dans sa tête. Ce bourdonnement qui est toujours plus que présent. Son frottement s’accéléra avant qu’elle attrape son portable pour mettre son réveille. Il ne fallait pas qu’elle se perde trop, elle devait tout de même se nourrir. Manger, même si là tout de suite l’idée la dégoute. Deux heures de jeu lui fera du bien. Déguisée d’un chapeau de sorcière et de la robe noire allant avec elle. Là, au milieu du grenier, où elle avait trouvé sa tenue, Marie-Jeanne était fin prête à retrouver son rôle de sorcière niveau 13 qu’elle avait quitté à sa dernière partie de jeu de rôle. Falgana. Elle avait bien sortie sa feuille de personnage ainsi que de progression pour reprendre la partie là où elle l’avait laissé la fois d’avant. Un grand sourire se fit sur ses lèvres et le frottement sur son poignet se stoppa.

C’était l’heure d’allumé tout. Son doigt s’enfonça sur son bouton d’allumage. Le ronflement tout doux de son moyen d’échappatoire lui fit du bien aux oreilles. Les yeux à demi-clos, son monde ne se concentrant que sur le son autour d’elle. Ceux de sa brave machine ronflant, des grincements des planches sous elle quand elle se balance sur sa chaise. Les sons de sa respiration et de son cœur qui bat. Surtout la musique de son ordinateur qui annonce la fin du lancement de son ordinateur. MJ donna un coup de langue sur son palais en ouvrant en grand ses yeux, puis se connecta directement sur skype. Elle écrivit rapidement un bonjour sur la conversation commune en regardant la liste des personnes déjà présente. Cinq sur neuf. Le maître du jeu pas encore présent. C’était toujours lui qui prenait la charge d’être l’hôte de l’audio pour des questions techniques. C’était plus simple et moins prise de tête. Sans lui pas de jeu, pas de jeu pas besoin d’audio sur cette conversation-là. En attendant, elle vérifia ses mails. Rien de bien intéressant, juste des publicités et des chaines. Suite à ça, personne n’était encore arrivé, trop rapide comme activité.

Menteur. Petit menteur viendras-tu ? Viendras-tu jusqu’à moi ? T’incrusteras-tu sous ma peau ? Deviendras-tu le poison que je ne peux me soigner ? … Pff ! C’est n’importe quoi.

Elle avait lu un passage d’un blog. Faute de mieux elle avait décidé de chercher de la lecture, même si ce n’était qu’un ramassis de bêtise. Les menteurs n’étaient certainement pas les princes charmant décris par cette personne. Pour être un menteur il fallait exister déjà. Il fallait être réel avant de pouvoir mentir. Ceux qui ne sont rien ne peuvent mentir. Ne pas exister signifier ne pas pouvoir mentir, car on n’a même pas ce poids-là. Elle entendit le bruit de la porte du grenier qui grinça et l’a fit sursauté. Elle attrapa rapidement un livre de cour en main pour pouvoir le lancer au cas où. C’était pourtant son lieu à cette heure-ci et ce jour-là. Elle prit une grande inspiration et la petite sorcière demanda le plus lentement possible en laissant traîner sa voie.

Menteur ? Père-Noël ? Fou ? Perdu ? Tu es quoi ? Tu es quoi ? ... Crétin certainement ...


[HR : Si vous souhaitez répondre au rp veuillez, s’il vous plait, envoyer un mp avant. Que je puisse vous réserver le rp et/ou voir pour un lien si vous souhaitez que nos perso se connaissent avant ce rp. Merci d’avance.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬▬▬▬▬▬▬
Molly Fitz

Messages : 16
Date d'inscription : 12/01/2013
Age : 27


Lovely lie [libre] Vide
MessageSujet: Re: Lovely lie [libre]   Lovely lie [libre] Icon_minitimeLun 14 Jan - 12:40

Molly était, somme toute, assez prévisible. Elle se levait le matin, allait en cours, allait à la bibliothèque puis retournait dans son dortoir pour quelques heures de sommeil bien mérité. C'était à peu près tout. Les jours où elle ne lisait pas au moins deux livres, elle se sentait irrémédiablement coupable et sa lettre quotidienne à son père était des plus difficiles à écrire. Cher papa, aujourd'hui, j'ai été une ado comme les autres, tu sais, ceux que tu méprises et qui tirent au flanc sans la moindre considération au-delà de leur petite personne. Et ce jour-là, malheureusement, était l'un de ces jours. Elle avait essayé la veille de lire dans trois langages différents, pour entraîner son don, et le résultat s'était bien fait sentir. Elle avait été réveillée tôt ce matin-là par une migraine terrible, et l'impression que ses pensées étaient fragmentées, en ruines dévastées de langages disparates. Impossible de se concentrer sur quoi que ce soit.

Alors, Molly avait erré dans Aisling, profitant de la journée pour visiter l'école qu'elle connaissait si peu, vu le peu de temps qu'elle passait hors de la bibliothèque. Elle fut surprise de se rendre compte que les bâtiments étaient particulièrement intéressants et agréables, ils dégageaient une histoire, un passé qu'il lui semblait avoir déjà perçu sans en être tout à fait consciente. Mais il y avait plus que cela. Les murs même les plus banals, les salles désertes, tout avait un air chaleureux, qui résonnait en elle comme aucun lieu depuis bien longtemps. Elle se rendit compte qu'Aisling, c'était chez elle. Errant d'appartements loués à la va-vite en chambres d'hôtel depuis son plus jeune âge, Molly n'avait jamais eu ce sentiment pour aucun endroit auparavant. C'était nouveau. C'était… agréable, et en même temps, elle ne pouvait s'empêcher de penser que son père désapprouverait ce sentimentalisme. Ces pensées l'accompagnaient alors qu'elle marchait toujours, avançant dans les coins les plus reculés de l'école, cherchant à chasser le goût amer de la culpabilité qui s'accrochait toujours ses pas. Et cette migraine qui n'en finissait pas.

Finalement, elle ouvrit une porte qui grinça en pivotant sur ses gonds, et entra dans une pièce poussiéreuse, encombrée d'objets en tous genre, certains brisés, d'autres visiblement juste mis là parce qu'on n'en voulait plus, sans autre raison. Tous ces objets accumulés là, abandonnés, tant d'objets, c'était comme si tout ce qu'elle avait laissé derrière elle dans ses voyages s'était retrouvé là. Elle qui n'avait jamais rien possédé, à part des livres, pour plus d'une semaine, se sentait tout à coup dans ce grenier rempli de choses laissées pour compte comme un enfant le jour de Noël. Enfin. La sensation dura à peu près cinq secondes. Ensuite, tout se gâta. Elle n'était pas seule.

Occultée d'abord par un vieux bureau renversé, l'autre apparu bien vite, un livre dans sa main comme un projectile en devenir, l'air indubitablement hostile. Bien. Molly n'était pas des plus extatiques non plus d'avoir de la compagnie. C'était une fille un peu plus jeune qu'elle, qu'elle ne se souvenait pas avoir déjà vue, donc probablement pas une psy. Et puis, la fille parla, et Molly put ajouter "antipathique" à sa description. Ce n'était vraiment, vraiment pas le jour de la traiter de crétine, ce jour où elle sentait le regard désapprobateur de son père sur le moindre de ses gestes. Mais son estime d'elle-même n'allait pas jusqu'à accepter l'insulte "crétine". Même si ce n'était pas un de ses grands jours, elle était consciente d'en avoir plus dans le cerveau qu'une bonne partie des élèves d'Aisling. Et, très probablement, son interlocutrice comprise. Surtout qu'elle remarqua, tout à coup, qu'elle était habillée en… sorcière ? Ce n'était pas halloween pourtant, elle en était à peu près sûre.

"Crétine certainement pas, pas perdue non plus et certainement pas plus folle qu'une fille qui s'habille en sorcière." Répondit-elle froidement. "Surtout si tu es du genre à jeter les livres à la tête des gens au lieu de les lire. Tu devrais essayer un jour, tu découvrirais peut-être quelque chose."

Bon. Molly n'avait pas l'habitude d'être si mordante quand elle parlait aux gens, mais il fallait croire que ce n'était pas son jour. C'était bête, bien sûr. La chose intelligente à faire aurait été de ne rien répondre et de repartir, mais un instinct puéril lui soufflait de ne pas laisser ce plaisir à son interlocutrice. Et puis, elle voulait rester dans le grenier, elle aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬▬▬▬▬▬▬
Marie-Jeanne Champs

Messages : 24
Date d'inscription : 28/12/2012
Age : 24


Lovely lie [libre] Vide
MessageSujet: Re: Lovely lie [libre]   Lovely lie [libre] Icon_minitimeLun 4 Fév - 11:14

Marie-Jeanne n’était pas d’un naturel social avec les personnes qui ne faisaient pas partie de son monde. Elle était très sélective sur les personnes qui avaient le droit de faire partie de ce dernier. C’est parfois, souvent, complétement injustifié la façon qu’elle faisait entrer quelqu’un ou l’autre. La bêtise de l’âge peut-être. Quoi qu’il en soit la brunette qui était entrée dans le grenier venait d’être placer sans qu’elle est encore dit un mot dans la catégorie des insignifiants. Ceux qui entraient dans son espace vitale sans son accord. Une fois qu’elle eut ouvert la bouche ce fut pire. Certes avec ses questions elle n’avait pas été aimable elle-même, surtout avec la fin de sa dernière phrase, mais ça ne signifiait pas que faire traiter de folle était permis. Se déguiser ne voulait pas dire que son esprit été dérangé. Tout son corps fit un mouvement en avant dans le stupide espoir de faire fuir l’intruse. Avec sa morphologie s’en était presque amusant. Sa main encore plus crispé autour de son livre, sa langue claqua sur son palais avant de presque lui cracher à la figure les phrases suivantes.

Folle ? Tu penses que je suis folle parce que je souhaite mettre des vêtements différents ? Toutes mes excuses, je ne savais pas que la santé mentale d’une personne dépendait de ce qu’elle portait sur le moment. Pour toi les acteurs de film ou de théâtre voir même les mannequins sont fou ? Quel monde triste…

Blasé, son ton était tout ce qu’il y avait de plus blasé. Il n’y avait pas besoin de s’énerver sur un insecte, cela ne pouvait que donner des maux de tête, voir mal à la gorge. Cette autre élève n’était qu’un vulgaire insecte à ses yeux. Comme chacun de ses congénères, elle l’écraserait d’un revers de la main bien placer. Le souci qu’il y avait là était la taille du nuisible, cette dernière ne permettait pas de l’écraser du bout des doigts. MJ y mettra les moyens possibles pour qu’il ne reste de cette intruse. Il faudra qu’elle ne soit plus dans son espace vital, que la fille poison puisse jouer devant son écran à sa vie fictive. Cette vie qu’elle aime vivre, loin des ennuis actuels, loin des autres.

Tu penses sérieusement ne pas être une crétine ? Pourtant ta réponse prouve que tu l’es encore plus. Chacun d’entre nous est un parfait crétin de base. Nos actes ou mots peuvent camoufler ça pendant un temps, mais jamais complétement. A moins que tu ne sois dieu. Dans ce cas je te cracherais dessus pour ton incompétence.

Pas besoin de crier, être une connasse suffit parfois. Elle souhaitait que ça soit suffisant. Elle regarda rapidement son ordinateur et fut soulagé de voir que personne en plus n’était encore arrivé encore. Ses yeux repartirent sur son interlocutrice et sa main gauche se mit instinctivement à gratter son bracelet. Un espoir de voir cette femme fuir la queue entre les jambes face à la possibilité d’avoir peur d’un pouvoir dit dangereux gonfla dans le fond de ses entrailles.

Les livres je les lis toujours avant de les utiliser comme projectile. Moi, au moins, j’ai lu beaucoup plus que les contes pour enfant.

Sa langue claqua une dernière fois sur son palais laissant la balle dans la brune pour la relance.


[HRP : les phrases en italique sont en dit en français dans le rp]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬▬▬▬▬▬▬
Molly Fitz

Messages : 16
Date d'inscription : 12/01/2013
Age : 27


Lovely lie [libre] Vide
MessageSujet: Re: Lovely lie [libre]   Lovely lie [libre] Icon_minitimeLun 4 Fév - 21:33

Ah. A peine les mots avaient-ils franchi ses lèvres que Molly regretta l'instinct puéril qui l'avait poussé à répondre de façon si acerbe. Elle soupira en entendant son interlocutrice déclamer une tirade haineuse à son encontre, reprenant ses moindres remarques pour les rendre encore plus dépréciatives qu'elle n'avait voulu les rendre. Comment vous dire. La migraine de Molly ne se fit que plus sentir. Elle songea encore une fois à ce que son père lui disait sur la compagnie des adolescents, et du s'avouer que oui, jusque là, elle n'en voyait vraiment pas l'intérêt. Elle n'avait aucune intention de se lancer dans une dispute stérile portant sur ce qu'elle avait voulu dire, versus ce que l'autre avait comprit, versus ce que l'autre voulait lui faire dire.

Pendant que la sorcière s'amusait à l'insulter, Molly, elle, entra plus avant dans le grenier et observa les objets poussiéreux qui l'entouraient, et qui l'intéressaient bien plus. Elle repéra vite un vieux bureau avec des pieds en bois très travaillé, des sculptures en forme de tête de lion là où ils se rattachaient au haut du meuble. Cela lui rappela le bureau du directeur d'une université dans lequel son père avait enseigné quelques années auparavant, quand elle était encore assez petite pour jouer à la corde à sauter – bien que ce genre de loisirs n'ait jamais été le bienvenu chez les Fitz. Son enfance avait toujours une odeur de whisky, de fumée de cigare et de papier poussiéreux. Elle entendit d'une oreille distraite la jeune fille insinuer qu'elle n'avait jamais rien lu que des contes, et elle ne put s'empêcher de rire. Ce devait être la fatigue, ou l'atmosphère étrange de cette pièce qui avait un drôle d'effet sur elle, mais Molly ne put retenir ses éclats de rire, qui se transformèrent vite en fou rire, qu'elle tentait vainement de réprimer en se tenant les côtes. Alors comme ça elle n'avait lu que des contes ? Elle passait ses journées, ses nuits parfois, dans la bibliothèque d'Aisling, pour y lire tout ce qui lui tombait sous la main. Depuis qu'elle savait lire elle ne s'était jamais arrêté pour faire autre chose, n'avait jamais connu les jeux puérils qui poussait cette fille, cette petite fille, à se déguiser en sorcière, sa vie entière elle l'avait passée à lire, lire et lire encore pour affuter son esprit comme une épée. Et pour quoi ? Se faire traiter de crétine par une gamine qui se croyait à Halloween ? Elle songea à son père, à celui qui l'avait poussée à cette entreprise insurmontable, et lui en voulut presque. Devrait-elle toujours être incomprise et dédaignée par ses pairs ?

Elle finit par se ressaisir, assise par terre, son jean trop large désormais sali par la poussière qui jonchait le sol. Elle s'essuya les yeux, et soupira, levant les yeux au ciel. Elle ne voulait pas se justifier auprès de cette fille, c'était trop se rabaisser. Elle avait remarqué, avant d'éclater de rire, qu'elle essayait de mettre en valeur le bracelet qu'elle avait au poignet. Une tentative d'intimidation ? C'était raté, justement, si elle avait un bracelet c'était pour ne pas être capable de faire du mal aux autres étudiants. Ou, comme elle, pour ne pas souffrir elle-même. Elle montra elle aussi son poignet.

« Si tu voulais m'intimider, c'est raté. Pour les insultes, ça ne marche pas non plus, ça montre juste à quel point tu ne me connais pas. »

Elle se rendit tout à coup compte que sa voix avait une sonorité étrange. La pratique, et le mal de tête habituel, lui apprit qu'elle avait parlé une autre langue. L'autre devait elle aussi avoir employé un autre langage, il n'y avait aucune autre explication, son don ne se déclenchait pas seul. Elle serra son front dans ses mains. Elle n'avait pas pu savoir. Ca devait être une coïncidence, il n'y avait pas d'autre explication. Elle essaya de retrouver le fil de la langue anglaise au milieu de tous ces mots en français qui tempêtaient sous son crâne. Sa maîtrise de son don avait beau s'améliorer, lorsqu'elle n'y était pas préparée, un contact avec une autre langue était irrémédiablement douloureux. Il lui fallait... Quelque chose, écrit en anglais, n'importe quoi. Elle sortit de son gilet en laine grossière la dernière lettre qu'elle avait reçue de son père, encore une lettre tout à fait cordiale qui pourtant avait de quoi la faire se sentir toute petite, comme si rien de ce qu'elle faisait ne serait suffisant pour lui, peu importe les longues heures qu'elle passait à lire dans la bibliothèque. La lettre la rappela encore une fois à la culpabilité qui l'avait amenée au grenier, et ne fit qu'amplifier sa migraine. C'était inutile. Elle ferma les yeux et se résolut à ravaler sa fierté.

« Ca va, tu as gagné. J'ai besoin d'aide... Parle-moi en anglais... S'il te plaît. »

C'était d'autant plus humiliant de devoir demander l'assistance de la méprisante petite fille qu'elle avait suprise au grenier que le français était une des langues qui lui posait en général le moins de problème. Elle savait que c'était juste une faiblesse mentale, que sans la lettre de son père arrivée ce matin-là, sans son repos forcé hors de la bibliothèque, sans même le dédain de l'inconnue à son égard, elle ne serait pas dans cet état. Cet état pitoyable. Une pauvre adolescente paumée assise dans la poussière, le crâne saisi de migraines insupportables.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬▬▬▬▬▬▬
Contenu sponsorisé



Lovely lie [libre] Vide
MessageSujet: Re: Lovely lie [libre]   Lovely lie [libre] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Lovely lie [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: « COLLEGE/LYCEE | RPG. :: « Cinquième étage. :: « Grenier.-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit