AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 le sushi, cet animal majestueux. —dick

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
▬▬▬▬▬▬▬

avatar

Messages : 87
Date d'inscription : 08/08/2012
Age : 42


MessageSujet: le sushi, cet animal majestueux. —dick   Mer 19 Déc - 23:40

UNDER THE SEA
Il n'y avait pas trente-six façons de nourrir les bestioles écailleuses d'Aisling. L'immense aquarium menant au laboratoire avait beau être aussi spectaculaire que n'importe quelle autre réplique de récif corallien aussi massive, en coulisses, c'était une toute autre paire de manches. On ne conservait pas impunément vingt tonnes d'eau salée bourrée d'organismes en tous genres sans s'en occuper de façon saine, régulière et professionnelle. Or, on ne pouvait pas présenter le budget de l'école irlandaise comme le fond financer le plus stable et généreux qui soit. Aux yeux d'Aliénor, Aaron, en volontaire motivé était l'une de ces aubaines qui lui facilitaient un peu la vie -juste pour quelques secondes, le temps d'apprendre que la dernière lubie de Temujin consistait à élever des yaks introduits dans les chiottes du quatrième étage de l'académie par on ne savait quel miracle. Les pompes en panne, les filtres bouchés et la crainte irrationnelle de perdre un bras aux mâchoires des deux requins melanopterus chétifs dont pouvait se targuer l'aquarium d'Aisling faisaient autant d'effet au vanuatais que... que n'importe quoi d'autre, à vrai dire. Du rien.
Si enthousiasmé par l'accablante tâche de bricolage que représentait ce bassin que ça en devenait suspect, Aaron se contentait d'un salaire de misère, parfois de simple tickets restaurants -uniquement valables chez Gégé, roulotte à frites et autre bouffe huileuse du campus- qu'il n'utiliserait jamais. Aussi amorphe et bonhomme vis-à-vis de l'exploitation évidente de ses connaissances qu'à son habitude, il persistait à faire tourner plus ou moins correctement le monstre aqueux résidant dans les entrailles d'Aisling, ne serait-ce que pour le plaisir d'y plonger régulièrement. Solitaire dans son acharnement la majeure partie du temps, il fallait avouer que l'activité était, malgré tout, carrément chronophage. Il avait bien tenté d'approcher une certaine Elizabeth dont on l'avait informé du don invraisemblablement génial, et lui avait même proposé un régime de bananes fraîchement reçu du pays en contre-partie. Elle ne semblait pas avoir entendu ses explications et s'était contentée de le contourner d'un pas pressé, ses couettes bleutées disparaissant bientôt au bout du couloir. Aaron s'était demandé si elle souffrait déjà de troubles de l'ouïe à son jeune âge, puis avait haussé les épaules en décidant simplement que c'était bien triste, avant de retourner s'atteler à la tâche.
L'aide espérée avait finalement pointé le bout de son nez peu après cette rencontre avortée : un équipier de grande valeur s'était dévoilé en la personne de Richard. Et le spectacle que celui-ci offrait une fois immergé valait toutes les hydrokinésistes dures de la feuille de la planète.

L'accord était simple, tacite : Dick était invité à venir faire trempette en compagnie d'Aaron à chaque immersion du surfeur, à la condition de ne boulotter aucun des habitants colorés du bassin. Ce qui ne l'empêchait pas de se servir allègrement une part de roi dans les appâts que les deux garçons disséminaient aux quatre coins de l'aquarium, sorte de taxe implicite sur laquelle le huitième année fermait les yeux sans grand sacrifice. Sous sa forme de sirène, Richard était un challenge constant et un compagnon de choix. En excellent apnéiste, c'était bien la première fois qu'Aaron avait affaire à un humanoïde plus à l'aise que lui sur le récif, même factice. Les séances d'approvisionnement des poissons tropicaux viraient bien souvent en après-midi entières de plongée mouvementée, au prétexte de nettoyer les vitres intérieures de l'immense aquarium. Bon nombre de gamines de première année avaient fait la connaissance des deux énergumènes à la dure : en perdant connaissance face à une langouste s'élargissant soudainement en un îlien dans le plus simple appareil, ou devant une sirène dérangée dans son repas montrant des crocs au détour d'une patate.

∆ ∆ ∆

Ce jour-là, un pauvre PSY sans défense avait sursauté si violemment qu'il en avait fait tomber ses dossiers lorsque Dick était passé à toute vitesse à ses côtés, tout en violentes ondulations. Aaron en riait encore lorsqu'il retira son masque, après s'être extirpé du bassin.
Cette tête ! Mais cette tête qu'il a fait ! Bo', c'était tellement parfait.

Tout en ébouriffant sa tignasse de sa propre serviette, le vanuatais en tendit une autre à son compagnon qui encore accoudé au bord de l'aquarium, laissait la partie inférieure de son corps tremper dans l'eau salée, lisse et miroitante.
Un de ces quatre 'faut que je t'emmène plonger sur un vrai récif, tu vois.
Comme à chaque évocation des rêveries coralliennes au beau milieu desquelles il avait grandi, des étincelles illuminaient le regard d'Aaron. De fines rides se formèrent aux coins de celui-ci lorsqu'il repartit d'un grand rire en ajoutant
'faudra juste faire gaffe à pas te faire prendre le boule dans un filet ou découper la caudale par des chinois, HAHAHA.
avec ce manque de délicatesse ingénu qui lui était propre. Aaron frottait vivement son torse pour sécher rapidement alors qu'il faisait déjà quelques pas à travers les énormes circuits alimentant le monumental bassin en eau saine, et lança joyeusement en arrière :
T'as le temps pour un thé mec ?
THAT'S WHERE I'LL BE

_________________
C'est cosmique entre nous.


Dernière édition par Aaron Hamariliu le Sam 8 Mar - 11:08, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬▬▬▬▬▬▬

avatar

Messages : 95
Date d'inscription : 23/11/2011
Age : 25


It's a kind of magic.
Age du personnage : 16
Nationalité: Autrichien
Relationship:

MessageSujet: Re: le sushi, cet animal majestueux. —dick   Jeu 21 Fév - 0:33

what a brilliant thought


Dickie ne pouvait pas se targuer d’être de ces étudiants que tout-Aisling connaissait de popularité. Non, plutôt du genre à raser les murs, développer un instinct de survie de caméléon et ne pas ouvrir la bouche pour la ramener quand le ton montait dans la jungle qu’on appelait parfois « cours entre élèves Physiques » un jour où il ne faisait pas suffisamment beau dehors pour laisser courir les yankees aux Dons en majorité dangereux. Ne jamais la ramener avec un étudiant capable de métamorphose, règle n°7 de la SDA. Pratique, dans un sens matériel, de ne pas avoir usage de cordes vocales. Et puis, il était « connu » dans un autre sens pour toute cette peuplade digne d’un film de Matthew Vaughn : rôdant dans les recoins de la piscine, aperçu furtivement au bord de mer –voire sous la glace l’hiver rigoureux dernier-, il avait ses quartiers de résidence dans le seul endroit où on le prenait vraiment pour une partie du décor : l’aquarium géant. Comment Alienor avait pu se payer une folie pareille, ça restait un mystère, et aménagée en bibliothèque, ça faisait un repaire de plus pour les psychotiques. La sirène qui passait de temps à autre entre les bancs de poissons-clown et les murènes était pris pour l’une de ces créatures, un machin fantastique comme les fantômes mis là pour le plaisir des yeux et du fantastique. Une paix royale en perspective.

Mais ça, c’était avant. Un tableau écroulé à coup de pied ensablé par le vanuatais qui cohabitait une partie du temps libre entre les murs vitrés pour nourrir les habitants, vérifier les filtres, tuyaux, alimentation et nettoyer les parois intérieures en tenue d’Adam à l’heure d’étude dans ladite bibliothèque. Avant que ladite bestiole s’entiche de sa personne, trouve son Don formidable et en fasse sans son accord (donné plus tard) son collègue de travail. Un pote crevette, un ami langoustine, un compagnon crabe, ça n’avait pas de prix. Faire la course –regarder l’hawaiien essayer de le suivre, plutôt- entre les faux- vrais récifs, manger une partie des appâts, effrayer les sales psychopathes. Ils étaient censés bosser, non ? Nettoyer, surveiller la faune, tout ça exécuté dans la joie et la bonne humeur affable et communicative d’un îlien arraché à sa terre du Sud pour rencontrer des vraies créatures marines et apprendre à sevrer une sirène de ses pulsions carnivores à coup de patates crues. Ca devait faire vachement bien sur le CV.

¤
La victime du jour augmenta le score de Dick en plus d’offrir un spectacle comique. Aaron avait l’air de comprendre son langage et les signes qu’il faisait –une chance. L’ardoise prenait le relais à l’air humain. Suivant plus lentement le retour au monde oxygéné, il lui fallut passer par l’échelle et frotter vivement pour faire tomber les écailles et se rétablir sur deux jambes encore bleues et écailleuses deux mètres plus bas. Flaque et giclées d’eaux en prime, acceptant la serviette avec courtoisie, avant de le suivre.

Un regard mi-terrifié mi-are you fuckin kiddin me pour les marins chinois. « Pour en faire quoi, un sushi ? Ils font pas vraiment ça, rassure moi ? » griffoné rapidement sur l’ardoise récupérée. Avant d’ajouter en dessous. « Mais je dis oui au vrai corail. Parce qu’en Autriche, à part les piscines et le chlore, le bout de corail il est derrière des vitres comme celles ici tu vois ? Et on m’a pas trop laissé y aller pour faire peur aux gens en fait… déjà la piscine c'était chaud.»

Et il le savait toujours partant pour un thé, un pouce levé suffisant pour l’approbation.

« La mer chez toi.. c’est comme ici ou mieux ? »

D'you think as mute I can't hear?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sparklinghero.tumblr.com
 

le sushi, cet animal majestueux. —dick

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: « CAMPUS. :: « Laboratoire. :: « Aquarium d'EPS des PSY.-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit