AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Among the books, could we really share a smile? ▬ Aaron

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
▬▬▬▬▬▬▬
avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 07/11/2012
Age : 20


MessageSujet: Among the books, could we really share a smile? ▬ Aaron   Jeu 15 Nov - 21:12


« Est-ce qu'il y a des livres sur les palourdes aussi ? »

Hermione s'était réveillée assez tôt ce matin-là, sa chambre étant plongée dans une pénombre presque absolue à son réveil. Elle sortit du lit, encore à moitié endormie, baillant sans retenue tout en s'étirant. La jeune fille traîna les pieds jusqu’à sa petite salle de bain. Ce matin, elle n'avait pas faim, ce qui était plutôt rare. D'ordinaire un pain au chocolat ou un croissant était primordial pour satisfaire son estomac capricieux, car même si elle adorait les cookies, ce n'était pas suffisant. Elle attrapa une brosse posée sur une petite commode en bois et commença à se brosser les cheveux. Au premier essai, ses cheveux longs semblaient résister. Quelques noeuds s'étaient incrustés durant son sommeil généralement mouvementé le temps qu'elle trouve la bonne position, et elle passa au moins dix bonnes minutes à se démêler. Ce qui ne fut pas très utile car juste après, elle engouffra sa chevelure de jais dans une charlotte, pour protéger sa tignasse de l'eau, car étant friande de bons bains, il lui fallait en prendre un pour se détendre. Elle laissa donc couler l'eau un moment avant de plonger un doigt de pied dans celle-ci. Hécate plissa les yeux, et retira son orteil immédiatement, la température était trop élevée, évidemment. Mais étant plutôt confiante en elle et en son don, elle se concentra, essayant de refroidir son bain par la pensée.

Sûre d'avoir réussi, elle plongea directement son corps dans l'eau. Il ne lui fallut pas plus de trois secondes avant de décrocher un hurlement et sortir comme une furie, glissant sur le sol, se rattrapant contre la porte, dont la peinture était écaillée, au passage. Une fois de plus, son don n'avait pas fonctionné. Ce n'était pas quelque chose de réellement inhabituel vu qu'elle utilise fréquemment son don, au moins plus d'une fois par jour, il lui est obligé ou presque de se rater souvent. Ce sont généralement pour des choses sans grande importance mais ça l'énerve au plus haut point, la petite Hermione. Finalement, elle attendit un peu que l'eau se rafraîchisse et finit par pouvoir enfin se laver. Elle y resta une demi-heure et prit un peu de temps pour réfléchir et se reposer. Il était tôt et elle avait encore un peu de temps devant elle. Bien sûr, Hermione aurait pu se recoucher mais ce n'était pas vraiment son genre, elle n'aurait pas réussi à se rendormir de toute façon. Donc, elle réfléchissait. Oui, ça lui arrive. C'est rare bien sûr, mais c'est possible. Elle imaginait sa vie si elle était populaire. Hermione ne portait pas grand intérêt à la popularité mais parfois, elle enviait ces personnes, oui, celles que l'on regarde avec émerveillement. Celles qui ont plus d'une dizaine de supers amis, et qui connaissent toute l'école. Parfois, la jeune fille s'imaginait à leur place, c'était tentant. Comme un cookie tout chaud sortit du four et que l'on vous empêche de manger. Hécate, on l'empêchait d'avoir des amis. Enfin, "on", c'est mal employer. Car finalement, c'est son propre blocage qui l'en empêche. Elle n'est pas timide, elle a juste peur d'être rejetée alors elle n'essaie pas.
Après avoir mûrement réfléchi à la question et sortie de sa baignoire, elle s'enroula dans sa serviette et en profita pour se brosser les dents, le temps de sécher. Elle enfila ensuite son uniforme et se coiffa, laissant ses cheveux longs pour aujourd'hui, elle décida enfin de se rendre en cours, préparant son sac avec soin.

Hermione, qui passa une journée comme toutes les autres, au fond de la salle de cours, à gribouiller quelques dessins de ses "camarades" de classe et à écouter le professeur d'une oreille, pliant les coins de ses feuilles, imaginant un monde meilleur, essayant de comprendre les mathématiques, décida de se détendre à la fin des cours. Elle passa ses mains sur sa jupe un peu froissée, poussant un long soupir de soulagement. Car oui, être enfermée dans une salle de classe, Hécate n'aimait pas vraiment ça et le moyen le plus efficace de se détendre pour la jeune fille était de bouquiner. Mais voyez-vous, elle avait lu ses livres poussiéreux au moins cinq ou six fois et il était temps de découvrir d'autres ouvrages. Elle se rappela soudain qu'il y avait une bibliothèque ici. Bien sûr, parfois elle y allait, mais surtout pour des exposés ou en tout cas, pour travailler. Elle aurait pu aller emprunter un livre plus tôt mais pour que Hermione y pense, il lui faut du temps.

Elle se dirigea donc vers la bibliothèque, en traînant un peu les pieds, avant d'ouvrir la porte et s'émerveiller une fois de plus devant le nombre de livres qu'il y avait ici. Une vraie mine aux trésors. La jeune fille montra sa joie en batifolant entre les rangées, jetant un oeil sur chacun des bouquins, les dévorant presque du regard. Elle avait choisi un livre d'astronomie et deux histoires du type fantastique, ainsi qu'un livre sur la mythologie grecque. Une fois sa montre consultée, elle alla s'asseoir à une table, seule évidemment et disposa ses livres en pile, à côté d'elle. La demoiselle avait pris préalablement un carnet de notes, pour relever les informations concernant l'astronomie, qui pourrait l’intéressée. En vérité, Hermione n'était pas très douée dans ce domaine, elle n'y connaissait pas grand-chose mais vu qu'elle avait toujours adoré regarder les étoiles sur le toit de sa maison quand elle était petite, elle voulut en savoir un peu plus.

~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬▬▬▬▬▬▬

avatar

Messages : 87
Date d'inscription : 08/08/2012
Age : 43


MessageSujet: Re: Among the books, could we really share a smile? ▬ Aaron   Mer 19 Déc - 23:42

En laissant son lent sifflotement traîner le long des étagères, Aaron se dit que décidément, c'était une bonne journée. Suite à une nuit de repos ininterrompu -phénomène rare dû cette fois à la grippe carabinée qu'avait chopé Keith quelques jours auparavant et qui le clouait au lit d'infirmerie, d'où il ne pouvait sévir que dans un périmètre très limité-, il avait pu savourer son thé vert à la goutte de lait de soja de bon matin, dans un silence presque religieux. Les anti-oxydants agissaient sûrement mieux dans le calme.
Les petites satisfactions s'étaient enchaînées, du cours de mathématiques particulièrement intéressant -il commençait à s'habituer aux piques d'O'Kent- aux goyaves qu'il avait dégustées en guise de déjeuner, fraîchement sorties d'un colis en provenance de son île natale. Un grigri en perles confectionné par Pélagie ainsi qu'une lettre rédigées à douze mains au moins -et quelques pattes, si l'on en croyait les empreintes massives laissées sur les côtés par le chien bâtard qui loin d'agresser les visiteurs, se contentait de longues siestes à l'ombre de la véranda- l'accompagnaient. Une tante s'y plaignait des braconniers qui pénétraient régulièrement sur sa propriété ; son père y énonçait sobrement les dernières nouvelles majeures de Port-Villa ; enfin sur une page entière, l'écriture cursive et appliquée de Pélagie lui décrivait avec enthousiasme les beaux rouleaux aperçus dans la baie la veille, les multiples couleurs dont se parait l'allée de bougainvilliers en période de floraison, notamment la beauté de son buisson préféré, le blanc, dont les fleurs fragiles paraissaient presque translucides.

Si seulement la famille de Santo savait dans quel joyeux foutoir il avait atterri. Pour les îliens, passer de Flakes à Aisling n'avait pas été question de renvoi, mais presque une promotion. Voilà que l'aîné s'en allait étudier en Europe ! C'était forcément une amélioration, il allait en apprendre des choses, là-bas. On lui demandait déjà régulièrement s'il avait croisé Jean Rochefort ou madame Merkel, et Aaron avait cessé de rappeler l'emplacement de l'Irlande dans ses réponses. Il n'avait pas le coeur à les faire déchanter. Mais si la fierté de ses parents en le don des cieux qui lui avait été accordé et ses études supposées exceptionnelles ne faiblissait pas, le vanuatais avait rapidement pris conscience de l'emplacement d'Aisling sur l'échelle universitaire. On était bien loin de Berkeley et Cambridge.

∆ ∆ ∆

Les souhaits de santé et de bonheur qui lui étaient réitérés à chaque missive semblaient faire effet : la baraka lui collait à la peau, ces derniers temps. Lorsqu'il pénétra dans la bibliothèque, son féroce cerbère n'était même pas à son poste. Nageel replaçait probablement des ouvrages dans les rayons, et Aaron en laissa échapper un soupir de soulagement. Ramasser l'intégrale des Rougon-Macquart en pleine face sous prétexte qu'une planche à roulettes n'était pas un moyen de locomotion acceptable, que le port d'un T-shirt en lieu public n'était pas optionnel ou simplement parce que cette teinture de cheveux était un crime contre l'humanité ne l'enchantait guère. La bibliothécaire avait cette fâcheuse manie d'inventer des règles sournoises destinées à éloigner de son repaire toute tête qui ne lui revenait pas. Malheureusement pour elle, Aaron n'était même pas en mesure de capter les signaux les plus clairs, et jaugeait simplement qu'elle avait de l'énergie à revendre. Envers et contre tout, il revenait régulièrement à la charge, avide de tripoter les reliures remplissant les étagères de ses doigts encore humides d'eau salée.

En cette fin d'après-midi, quelques élèves, plus que d'habitude, étaient disséminés sur les quelques tables parsemées au gré des rayons. La majorité des cours venait de se terminer et bon nombre de PSY faisaient à cette heure rapidement route vers la bibliothèque en une sorte de migration de troupeau, une ruée vers les places assises. Un silence de cathédrale ajoutait à l'ambiance studieuse et une fois dans l'allée principale, Aaron se vit contraint de cesser ses sifflotements sous peine de déchaîner moults regards furieux et gesticulations de protestations. Traînant ses grandes cannes au beau milieu des tables plus ou moins occupées, le métis jetait un regard distrait sur les titres consultés par les élèves. Quelques romans, beaucoup de dictionnaires et autres manuels culturels.
Soudain, son oeil s'arrêta net sur la couverture d'un traité d'astronomie. Un traité qu'il ne connaissait pas -et il était sûr d'avoir pourtant bien écumé la section poussiéreuse et peu visitée du domaine en question. Un large sourire illumina son visage : vraiment, c'était une excellente journée. Au risque d'apparaître sur le radar de Patti, il laissa les pieds de la chaise produire un raclement désagréable en la tirant en arrière et s'assit sans ménagement face à la jeune fille au nez plongé dans les pages d'un ouvrage. S'accoudant pour mieux se pencher en avant, Aaron fixa un regard pétillant sur le front plissé de concentration qui lui faisait face et lança dans un manque absolu de discrétion, en tapotant la couverture du traité du bout d'un doigt :
HEY dis donc, tu l'as trouvé où ?

On vociféra quelques ssshhhh! offusqués à sa droite, que le vanuatais balaya d'un geste négligent de la main. Le peu d'attention dont il bénéficiait était concentrée toute entière sur le bouquin aux bordures racornies.

_________________
C'est cosmique entre nous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Among the books, could we really share a smile? ▬ Aaron

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: « CAMPUS. :: « Bibliothèque.-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit | Art, Culture et Loisirs | Naruto