AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I could never find a better place to go | PV. Lucas Strauss

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
▬▬▬▬▬▬▬

avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 16/04/2012
Age : 23


It's a kind of magic.
Age du personnage : 31 ans
Nationalité: Français, d'origines norvégienne et américaine
Relationship:

MessageSujet: I could never find a better place to go | PV. Lucas Strauss   Sam 19 Mai - 23:45

    Rangement de dossiers. Une activité ô combien passionnante qui avait tendance à faire râler le commun des mortels. Bien sûr, Bastian n'y faisait pas exception. Enfin, disons qu'il ne râlait pas, mais que ça l'ennuyait. Cependant, il s'acquittait correctement de sa tâche, à défaut de ne rien avoir d'autre à faire dans son travail du jour. Peut-être que ce serait bien que quelqu'un aie besoin de soins - non pas qu'il souhaitait forcément la douleur des autres, mais ça allait de paire avec son activité d'infirmier. Cela dit, ce serait préférable que ça n'arrive pas tout de suite, pour le moment il était occupé avec une montagne de paperasse dans les bras qu'il ne pouvait abandonner en l'état.

    Et pourtant. Outre le bruissement que faisaient les feuilles qu'il triait et classait, un son lointain, un bruit de pas parvint à ses oreilles, et allait en se rapprochant de l'infirmerie.

    Pas tout de suite, j'ai dit.

    Trop tard. Les pas s'arrêtèrent devant la porte, une main se posa sur le loquet. Allons bon, qu'est-ce que ça allait être, cette fois ? Ou plutôt, qui c'était, pour quelle raison et comment ? Ça ressemblait au Cluedo, en fait, sauf que le but ici était de trouver les réponses à ces questions avant qu'il y ait un mort. La porte s'ouvrit, un élève entra. Quelqu'un qui, depuis le temps, était un grand habitué des lieux. La preuve, Bastian avait finalement retenu son nom. Non pas qu'il aie une mauvaise mémoire, mais dans sa vie remplie de rencontres aussi nombreuses qu'éphémères, il ne faisait jamais d'efforts pour se souvenir des noms.

    — Bonjour, Lucas.

    Qu'est-ce qui lui était encore arrivé ? Ce gamin, il avait bien un don, c'était de se blesser de toutes les manières possibles mais si facilement évitables. De quoi poser des questions. Mais en-dehors de celles qui étaient nécessaires, Bastian n'en posait jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬▬▬▬▬▬▬

avatar

Messages : 108
Date d'inscription : 03/01/2012
Age : 22


MessageSujet: Re: I could never find a better place to go | PV. Lucas Strauss   Dim 20 Mai - 1:26


" On s'était engueulé. On s'engueulait souvent, en ce moment. "

________________________________
Nat’ prétextait toujours qu’il avait des trucs à faire. Mais au fond, il allait voir Lily, tout le temps. Et Lucas était impuissant. Il voyait son frère s’éloigner de lui, creuser une sorte de fossé infranchissable.

Face à sa glace, de si bon matin, ayant séché les premiers cours de la journée, il commença à se raser. Son visage n’affichait rien de particulier. Il était las… Et il n’avait pas envie d’aller voir Olwin. En ce moment, il ne se sentait pas réellement à l’aise avec elle. En temps normal, il aurait couru voir Jace. Il l’aurait poussé à sortir, il l’aurait amené au parc et lui aurait fait faire de la balançoire.

A la pensée de son ami, le corps entier de Luc’ fut parcouru d’un frisson. Il baissa le rasoir pour le plonger dans la bassine. Ce fut sans compter sa « maladresse ». Et un coup sur le bras, sans faire exprès, bien évidemment. Et putain, ça faisait mal. Et ça saignait abondamment. Luc’ grimaça, soupira, entoura son bras d’un linge et sortit. Direction : l’infirmerie. Il en connaissait un qui devait s’ennuyer, mais plus pour très longtemps.

Bien sûr, il n’avait pas eu le temps de faire ses lacets. Il marcha sur l’un d’eux en plein milieu de la dernière volée d’escaliers qu’il descendait à la vitesse de la lumière, et culbuta la tête la première. Impact frontalier entre l’arcade sourcilière et le coin d’une des dernières marches. Il atterrit sur le cul, gémit de douleur, et passa la main dont le bras n’était pas meurtri sur l’endroit touché pour s’assurer que tout allait bien. Mon cul ouais, ça pissait le sang. Et sa coupure de rasoir faisait prendre au linge blanc une belle teinte écarlate. « Pas son jour. » pensa-t-il. Avant de rire, complètement désespéré.

L’état de choc fut très rapide –vu la fréquence des accidents-, et il alla finir son chemin pour toquer à l’infirmerie, avant d’ouvrir. Il se tenait la blessure au front avec le bas de son tee-shirt remonté, qui laissait entrevoir une bonne partie de son torse imberbe. L’infirmier le reconnut immédiatement. Lucas lui sourit.

« Bon’jour M’sieur ! Ça va ? Des élèves sont v’nus vous voir d’jà ? »

Questions sans intérêt, mais qui exigeaient une réponse, comme pour toute interrogation Lucasienne. Il s’avança vers Bastian, toujours avec ce sourire sans sentiments, le visage et le tee-shirt pleins de sang. Sans oublier le linge au bras.

« Hum, je crois qu’il va me falloir quelques pansements. Vous en avez ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬▬▬▬▬▬▬

avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 16/04/2012
Age : 23


It's a kind of magic.
Age du personnage : 31 ans
Nationalité: Français, d'origines norvégienne et américaine
Relationship:

MessageSujet: Re: I could never find a better place to go | PV. Lucas Strauss   Dim 20 Mai - 1:52

    Que l'on se rassure, ce n'était pas tous les jours que dès les premières heures du matin, un élève vienne en saignant de partout. Il faut dire que Bastian était plus souvent de garde l'après-midi que durant la matinée, mais bon, passons, ses horaires irréguliers n'avaient pas une grande importance. Et puis, quand il s'agissait de Lucas, au final, ce n'était même plus étonnant. Alors, le voir pisser le sang en offrant à la vue de tous son torse le fit à peine ciller.

    — Non, tu es le premier aujourd'hui.

    Il avait appris que les questions de Lucas n'accepteraient jamais d'être ignorées, aussi était-il plus simple d'y répondre tout de suite, le plus souvent laconiquement, afin qu'on n'en parle plus. Les dossiers qu'il portait jusque-là furent posés dans un équilibre précaire sur son bureau, alors qu'il s'avança également vers l'élève, ou plutôt vers l'autre armoire où étaient rangé le matériel nécessaire aux soins à prodiguer. Sans trop réfléchir, Bastian attrapa le désinfectant, les pansements, le cicatrisant, le scotch médical qui était toujours pratique pour les plaies ouvertes, et ce genre de choses, qui devraient suffire dans un premier temps. Puis il posa à nouveau son regard sur Lucas, un regard sans beaucoup d'expression à vrai dire.

    — Va plutôt t'asseoir, ce sera plus simple.

    Il l'observa un instant, attendant qu'il lui obéisse. Avec tout ce sang, on avait un peu de mal à identifier l'aspect de ses blessures. Ah, tant qu'il y pensait. Il tourna la tête pour s'emparer d'une serviette, histoire de le nettoyer un peu avant de commencer à le soigner. Histoire d'être un peu pratique, quand même.

    — Comment t'es-tu fais ça ? Que je sache à quoi m'en tenir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬▬▬▬▬▬▬

avatar

Messages : 108
Date d'inscription : 03/01/2012
Age : 22


MessageSujet: Re: I could never find a better place to go | PV. Lucas Strauss   Dim 20 Mai - 3:25


" On s'était engueulé. On s'engueulait souvent, en ce moment. "

________________________________
Lucas acquiesça en souriant. L’information n’était déjà plus dans son esprit, mais il s’en moquait éperdument, puisque Bastian avait répondu. Il regarda silencieusement l’infirmier poser ses dossiers, puis sortir tous mes produits médicamenteux qui lui étaient à présent familiers. Sa seconde famille, en quelque sorte. Il le suivit du regard, voyant que ce dernier s’approchait et devait se demander comment il était arrivé à se faire saigner autant. L’adolescent s’exécuta et alla s’assoir sur une chaise roulante, décontracté. Le pur quotidien en somme.

Son sourire d’apparence disparut en voyant Bastian s’approcher avec les serviettes. Ce moment-là lui déplaisait toujours. Il leva le nez pour le regarder –l’adulte lui mettait déjà plus de dix centimètres en temps normal, assis c’était encore pire.-

« J’me suis coupé le bras avec mon rasoir en voulant l’rincer. » Il désigna son bras gauche où le linge avait pris une teinte encore plus rougeâtre. Puis il enleva son bout de tee-shirt qui tenait la blessure de son front, de la même couleur. « Et ça, c’est en allant vous voir, j’ai trébuché et j’suis tombé dans les escaliers. »

Il en profita pour jeter un regard à son tee-shirt, tâché de sang de partout. Il tira la grimace, encore un bon à jeter. Bordel, c’était un à Nat’ en plus, son petit frère allait le brûler sur place.

Luc’ prit la serviette des mains de Bastian, gentiment mais sans demander la permission. Il lui adressa un grand sourire, un faux bien sûr.

« Laissez, je peux le faire. »

Même à l’infirmerie, l’aîné Strauss n’aimait pas qu’on le touche. C’était une étape certes obligatoire, sinon il n’irait pas voir l’infirmier, mais il tentait de minimiser les contacts physiques le plus possible. Il enleva le linge rouge de son bras et grimaça en voyant les traces mélangées de sang séché et coagulant, qui cachait une entaille…plutôt sévère. Bordel, il s’était pas loupé cette fois.

Il commença à passer la serviette dessus, grimaçant légèrement de douleur. De plus, le sang de son front s’était remis à couler sur son œil, et il était obligé de fermer la paupière. Et même dans cette situation, il arrivait à rire, un peu.

« Vous vous êtes déjà coupé avec un rasoir ? C’est commun comme type de blessure vous trouvez ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬▬▬▬▬▬▬

avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 16/04/2012
Age : 23


It's a kind of magic.
Age du personnage : 31 ans
Nationalité: Français, d'origines norvégienne et américaine
Relationship:

MessageSujet: Re: I could never find a better place to go | PV. Lucas Strauss   Dim 20 Mai - 21:58

    Il l'avait laissé s'emparer de la serviette sans un mot. Il était habitué au comportement de Lucas, il avait compris que ce gosse préférait de loin s'occuper lui-même de ce qui était dans la mesure de ses capacités lorsqu'il venait ici. Après tout, ça ne dérangeait aucunement Bastian, éponger le sang n'étant pas un de ses plus grand passe-temps - dans le cas contraire, il aurait passé pour une espèce de psychopathe. Ce qu'il n'était pas, malgré tout ce que les gens pouvaient imaginer derrière la nature froide et distante de l'infirmier.

    Pendant que Lucas finissait de nettoyer un maximum de sang, il ramena à lui un tabouret "rangé" contre le mur, et s'assit en face de son patient, jetant un coup d'oeil inquisiteur à ses blessures. Celle au bras semblait bien plus profonde que celle à l'arcade. Si elle saignait abondamment, c'était normal, vu que c'était une plaie au niveau de la tête. Ça saignait toujours beaucoup, à cet endroit-là. Mais ça demandait également à être refermé sans trop tarder.

    — C'est très courant, de se couper au rasoir.

    Il marqua un léger temps, observant la coupure en question de laquelle ne cessait d'affluer l'hémoglobine. Une veine avait probablement été tranchée pour que ça fasse ça, du moins, c'était possible.

    — Mais en général, on se blesse au visage, ou aux doigts. Ça ne m'est jamais arrivé ailleurs. Il aurait presque pu se moquer de lui, mais il ne le fit pas. Il n'avait aucun intérêt à se payer sa tête pour ça. Donne-moi ton bras, tu vas te vider de ton sang sinon.

    Sauf qu'il n'attendit pas que le plus jeune lui ait donné son accord - après tout, il avait utilisé l'impératif. Bastian usait souvent de l'impératif, car il fallait de toutes façons agir. Il lui empoigna plutôt fermement le bras et apposa une compresse, car la serviette ne pouvait pas les aider davantage, imbibée comme elle était.

    — Tiens ça en place, je vais m'occuper de ton front.

    Il se pencha vers Lucas, lui fit relever un peu le front pour décider quoi faire. Le mieux seraient les points de suture, aussi recula-t-il pour revenir aussitôt avec le matériel nécessaire. Super. C'est fou ce qu'il aimait faire de la couture.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬▬▬▬▬▬▬

avatar

Messages : 108
Date d'inscription : 03/01/2012
Age : 22


MessageSujet: Re: I could never find a better place to go | PV. Lucas Strauss   Mar 22 Mai - 8:41


" On s'était engueulé. On s'engueulait souvent, en ce moment. "

________________________________
Lucas rit, à la réponse. Il rit légèrement, de manière fausse, presque désespérée. Se trancher le bras au rasoir de manière non intentionnelle. Personne ne faisait ça, évidemment. Cela semblait même impossible. Et pourtant, voilà qu’il se trouvait à l’infirmerie, entrain de pisser le sang du bras. L’idée d’envoyer un sms à Nat’ lui traversa l’esprit. C’était surement le meilleur moyen de le voir. L’attirer ici de la plus lâche des façons en lui envoyant juste un « je suis à l’infirmerie. » Son cœur se serra. Il voulait son Nat’. Oui, il ferait ça quand il serait sûr de ne pas foutre du sang partout sur son portable.

Il n’eut pas le temps de répliquer, juste celui d’enlever la serviette à présent écarlate pour que Bastian lui empoigne le bras. Il grimaça. Un frisson le parcourut. Sois sage Luc’, sois un petit garçon exemplaire, c’est bientôt fini. Bientôt il ne te touchera plus, alors prends sur toi, fixe son visage pour faire comme si de rien n’était. Concentre-toi sur autre chose, encaisse ton dégout et ton envie de te dégager. Fais ce que Nat’ t’aurait dit de faire, silencieusement.

Oh putain. La compresse brûlait. Il grimaça un peu plus, et soupira.

« Vous pensez que vous pouvez m’faire une dispense pour aller en cours, du coup ? »

Il disait ça avec un grand sourire. Luc’ ne mettait quasiment jamais les pieds en cours. Croiser Nolan le dégoutait, les gens le dégoutaient. Mais, s’il pouvait justifier une fois, cela ne ferait pas de mal.

Luc’ regarda Bastian s’éloigner. Il cligna de l’œil droit, où un peu de sang était encore présent. Il rit silencieusement en imaginant la réaction d’Olwin si elle le voyait dans cet état. Elle tomberait dans les pommes, assurément. L’aîné Strauss vit revenir l’infirmier avec…le nécessaire de couture. Il grimaça un peu plus. Ça allait pas être possible.

« Vous avez décidé de vous reconvertir en couturière à mi-temps ? » dit-il pour plaisanter, cachant son malaise. « Ce sont les aiguilles de vot’ grand-mère ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬▬▬▬▬▬▬

avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 16/04/2012
Age : 23


It's a kind of magic.
Age du personnage : 31 ans
Nationalité: Français, d'origines norvégienne et américaine
Relationship:

MessageSujet: Re: I could never find a better place to go | PV. Lucas Strauss   Mar 22 Mai - 22:57

    — Parce que tu compterais aller en cours dans cet état, toi.

    C'était dit comme s'il s'agissait d'une question. Sauf que ce n'en était pas une. D'une voix absolument égale, Bastian avait balancé ces quelques syllabes sous-entendant que bien évidemment, il allait lui faire un mot pour qu'il soit dispensé de cours. Il adorait faire des mots, c'était super amusant. Tout comme c'était kiffant d'écrire d'une manière dégueulasse de telle sorte que les gens se donnent tout juste la peine d'y jeter un coup d'oeil avant de dire « oui oui, très bien, excuse acceptée » sans qu'ils n'aient lu, juste vu la signature et voilà.

    Il se tenait à présent devant Lucas, aiguille à la main et fil dans l'autre, et accueillit sa remarque avec un sourire sarcastique.

    — Tout à fait, elle faisait comme moi, elle cousait les tissus vivants, alors qu'ils étaient encore bien saignants.

    Même s'il n'avait jamais connu son aïeule, ce qui n'avait absolument aucune importance. Peut-être qu'après tout, elle était une de ces Vikings norvégiennes, terreur des civilisations et... Oui, d'accord, elle n'aurait jamais été assez vieille, il fallait sûrement remonter plus loin dans les générations. Quoi qu'il en soit, les gènes barbares avaient eut le temps de se calmer, et il ne comptait pas non plus réparer le garçon comme une brute sadique. À moins qu'il n'en ait pas le choix.

    — Es-tu allergique aux anesthésies ? Il ne manquerait plus que ce soit le cas, pour arranger les choses. Il faudra de toutes manières que tu te tiennes très tranquille.

    Oh, bien sûr, il était au courant que Lucas n'aimait pas être touché, mais il fallait qu'il assume cette blessure au front. Et surtout, tout ce qui allait avec. Entre la piqûre pour l'anesthésie si on pouvait la pratiquer sans complications, le fait qu'il doive lui maintenir la tête immobile pour ne pas tout faire de travers. Pendant un instant, Bastian ressentit un ennui léger vis-à-vis de toute ça, jetant un regard blasé sur la fine aiguille recourbée et surtout, bien pointue, faite pour se glisser sans mal dans les chairs et l'épiderme. Enfin, c'était son boulot après tout, autant bien le faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬▬▬▬▬▬▬

avatar

Messages : 108
Date d'inscription : 03/01/2012
Age : 22


MessageSujet: Re: I could never find a better place to go | PV. Lucas Strauss   Mer 23 Mai - 9:02


" On s'était engueulé. On s'engueulait souvent, en ce moment. "

________________________________
Si Luc’ avait été doté de réelles expressions, vous pouvez être sûr qu’il aurait déjà tourné livide devant Bastian, et son kit de couture digne de la bonne ménagère de plus de 50 ans. Sauf que l’ainé Strauss le regardait d’un air un peu vide. Il ne souriait plus, ne riait plus. Son regard passait des aiguilles à Bastian, puis de Bastian aux aiguilles. Il cherchait à savoir si c’était juste une plaisanterie visant à le faire mourir de peur. Il jeta un coup d’œil à la salle. Qui sait, peut-être que c’était Nat’ qui avait demandé à l’infirmier de faire ça, et qu’il était en train de rire bien planqué quelque part.

Hypothèse peu probable. Il fallait donc s’y résoudre : Bastian ne plaisantait pas. Il aurait mieux fait de juste se trancher avec un rasoir. Quelle idée de tomber dans les escaliers.

« Heu, ça dépend. Ça fait quoi si je dis que j’y suis allergique ? »

Il accompagna sa question d’un sourire, plus visé à le rassurer lui-même qu’à tenter de cacher vainement à Bastian qu’il était mort de trouille. La virilité c’est Lucas Strauss était sujet à de grands débats. Mais, soyons réalistes, la conclusion était toujours la même : Il n’en avait aucune.

« Et, vous comptez m’anesthésier comment ? Vous êtes sûr que vous savez ce que vous faites hein ? »

Si Nat’ avait été là, un regard aurait suffi à Luc’ pour lui faire fermer sa gueule, et se faire piquer et recoudre en silence. Mais le cadet n’était malheureusement pas là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬▬▬▬▬▬▬

avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 16/04/2012
Age : 23


It's a kind of magic.
Age du personnage : 31 ans
Nationalité: Français, d'origines norvégienne et américaine
Relationship:

MessageSujet: Re: I could never find a better place to go | PV. Lucas Strauss   Jeu 24 Mai - 14:15

    Bastian haussa un sourcil. Qu'est-ce que ça faisait si Lucas était allergique ? La réponse semblait pourtant si évidente qu'il mit une petite seconde à se dire que pas tout le monde ne la connaissait. Certes.

    — C'est simple. Si tu ne l'es pas, on peut anesthésier, et tu ne sentiras rien. Dans le cas contraire, ça fera mal.

    Il n'était pas de ceux qui rassurent leurs patients en disant « ne vous en faites pas, ce ne sera pas trop douloureux, tout ira bien, ça passera tout seul ». Premièrement parce que ce n'était pas vrai, deuxièmement parce que les patients le savaient très bien et que ça se voyait dans leurs yeux, ils pensaient très fort quelque chose comme « mon cul que ça ne fera pas mal, connard ». Allons. Un peu de franchise dans ce monde. L'équation était simple, pourtant. Un mauvais moment à passer et ensuite c'était terminé, ou bien, on fuyait ça et ça empirait par la suite. Pour les gens pragmatiques, le choix était vite fait. Mais est-ce que Lucas en faisait partie ?

    En tout cas, le garçon ne cachait pas son effarement avec efficacité. À moins que le norvégien ait tellement l'habitude de ce genre de cas qu'il se montrait réceptif à la nervosité de ceux dont il devait s'occuper. Mouais. Lui, réceptif ? Il y a quand même un doute là.

    — Ça se fait par piqûre. J'en ai soigné beaucoup d'autres avant toi.

    Il ouvrit la trousse où étaient rangées les seringues, tout comme un bourreau montrait à sa victime les armes avec lesquelles il allait la torturer. Puis son regard alla se planter dans celui du garçon, l'air de dire "tu sais, ça ne m'amuse pas plus que ça non plus".

    — Et ils sont tous encore vivants. À priori. Il garda un silence de quelques secondes, laissant Lucas considérer ses paroles. Alors, qu'est-ce que tu préfères ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬▬▬▬▬▬▬

avatar

Messages : 108
Date d'inscription : 03/01/2012
Age : 22


MessageSujet: Re: I could never find a better place to go | PV. Lucas Strauss   Dim 3 Juin - 0:56


" On s'était engueulé. On s'engueulait souvent, en ce moment. "

________________________________
Légère grimace de la part de l’ainé Strauss. La réponse de Bastian ne lui plaisait pas trop. Et autant dire que le voir sortir les seringues de la pochette ne le rassura pas le moins du monde. Il avait le choix. Dire qu’il était allergique ou non. L’idée d’avoir mal ne lui déplaisait pas. Après tout, il l’avait mérité, non ? Autant souffrir jusqu’au bout. Mais, en même temps, ça allait vraiment faire mal. Déjà qu’il allait avoir du mal à accepter l’idée qu’on lui recouse la peau.

Deuxième grimace à l’approche de Bastian. Il était l’heure de faire un choix, petit Lucas. Et l’infirmier n’était pas réputé pour être la personne la plus patiente du monde. L’adolescent était paumé. En réalité, il était paniqué. Ne pas le toucher. Il ne voulait pas que Bastian le touche, encore moins que d’habitude. Mais s’il n’avait pas cette anesthésie, on mettrait plus de temps à le recoudre. Dilemme cornélien. Si Nat’ était là, ce serait déjà réglé.

« Ok, ok. Je suis pas allergique. Mais j’en veux pas, sauf si j’peux le faire moi-même. »

C’était un beau compromis, non ? L’air de rien, cela arrangeait autant Luc’ qui se trouvait à se soigner tout seul que Bastian, qui ne devait surement pas avoir envie d’exécuter une telle besogne. Pour rassurer l’infirmier quant à ses compétences médicales, l’ainé Strauss ajouta un beau sourire candide.

« Vous savez j’peux le faire, j’ai l’habitude de c’genre de choses. »

Plus jeune, voir Nat’ s’injecter toutes ces saloperies par intraveineuse avait été son activité secrète préférée. Juste pour voir si son frère restait en vie après chaque injection.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬▬▬▬▬▬▬

avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 16/04/2012
Age : 23


It's a kind of magic.
Age du personnage : 31 ans
Nationalité: Français, d'origines norvégienne et américaine
Relationship:

MessageSujet: Re: I could never find a better place to go | PV. Lucas Strauss   Mer 6 Juin - 11:08

    En ce qui concernait ses connaissances et ses compétences médicales, Bastian en savait bien plus qu'il n'en avait l'air. On pouvait le voir, à la faculté de médecine, sécher les trois quarts de ses cours qu'il avait déjà appris trois semaines à l'avance pour assister à ceux destinés aux étudiants qui poursuivaient leur cursus plus loin dans le domaine. Si il n'avait fini qu'infirmier, c'était bien parce que rester à la fac ne l'intéressait pas, mais il avait, en théorie du moins, les capacités méritant le titre de docteur. Tout ça pour dire qu'il avait touché à tout, avait analysé, disséqué, travaillé sur des choses aussi charmantes que les malformations, les infections en tout genre, j'en passe, et d'autres trucs toute somme assez dégueulasses.

    Alors, faire une piqûre. Ce n'était rien. Pas plus difficile que d'écraser un moucheron avec le petit doigt. Seulement, il fallait savoir s'y faire, et de lui ou Lucas, nul doute sur l'identité de celui qui était le plus apte à injecter l'anesthésie là où il le fallait.

    — N'y pense même pas. C'est ton front qui doit être anesthésié, tu ne verrais même pas ce que tu fais. Mais soit. Il reposa la seringue et tout le matériel qui allait avec. Donc, pas de piqûre, c'est ton choix après tout.

    Les beaux sourires candides, ça ne marchait pas toujours, et en ce moment surtout Bastian était intransigeant. D'ailleurs ce dernier se doutait bien que dans tous les cas, quelque chose allait déranger Lucas et qu'il n'allait pas se montrer aussi docile que souhaité. Enfin. Tout ça risquait de finir de façon musclée, dans le cas où on peut se permettre l'expression.

    — À part ça, il vaut mieux ne pas traîner, au vu de tout le sang que tu perds, alors fais-moi le plaisir de rester tranquille un moment.

    Il avait reculé à nouveau pour chercher le fil médical et reprendre son aiguille. Pourquoi donc les gamins de cet âge-là sont-ils aussi stupidement capricieux, alors qu'on pouvait faire les choses de façon bien plus simple ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬▬▬▬▬▬▬

avatar

Messages : 108
Date d'inscription : 03/01/2012
Age : 22


MessageSujet: Re: I could never find a better place to go | PV. Lucas Strauss   Mar 24 Juil - 5:58


" On s'était engueulé. On s'engueulait souvent, en ce moment. "

________________________________
Ça virait de plus en plus mal, quand même. Lucas fut un instant soulagé en voyant l’infirmier reposer la seringue. S’il ne pouvait pas le faire, si Nat’ n’était pas là ou ne pouvait pas le faire, il était hors de question qu’Alistiel le touche. Cela faisait toujours un contact physique en moins. Le plus dur était passé, non ? Non ? Non. Il suffit à l’adolescent de relever la tête en entendant le bruit de la chaise à roulettes crisser sur le carrelage pour comprendre qu’il était toujours question de le recoudre. Son corps se tendit, ses mains s’accrochèrent à la chaise et se crispèrent instantanément.

Luc’ avait beaucoup joué aux jeux vidéo, petit, avec son grand frère. Il possédait de là une faculté d’analyse de la situation assez exceptionnelle, qui le menait toujours à diverses conclusions. Un bref coup d’œil circulaire pour prendre connaissance du terrain, avant de se concentrer à nouveau sur l’ennemi qui venait de s’armer et s’approchait de façon particulièrement menaçante. Lui, il ne possédait rien, il pissait le sang, et il ne savait pas se battre. Une seule option s’imposait alors : La fuite. Et le plus vite possible.

Luc’ se leva donc doucement de la chaise, sans aucun geste brusque qui pourrait alerter l’infirmier de ses intentions de littéralement se casser avant qu’il ne puisse le toucher.

« Hurm, je pense que je peux m’en occuper tout seul, en fait. Même si vous avez l’air de carrément vous faire chier, je vais vous laisser retourner à vos occupations. » Oui, même dans ce genre de cas jugés « extrême » par l’adolescent, il ne pouvait s’empêcher de dire exactement ce qu’il pensait.

Un pas en arrière, en espérant que ce soit vers la sortie, prudent, Luc’ ne quittait pas son « ennemi » des yeux,ce grand sourire sur le visage, la compresse toujours tenue fermement sur son bras par sa main, et le sang qui commençait à nouveau à couler sur son front, et se mélangeait aux sueurs froides le parcourant à l’idée que Bastian le touche.

« Navré, je suis sûr que vous auriez adoré faire de la couture, au pire vous pouvez toujours emprunter des points de croix. » Lui, et sa grande gueule, ça allait lui couter cher un jour. Il se serait déjà cassé s’il ne se sentait pas aussi faible, tremblant presque. Le sang lui manquait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬▬▬▬▬▬▬

avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 16/04/2012
Age : 23


It's a kind of magic.
Age du personnage : 31 ans
Nationalité: Français, d'origines norvégienne et américaine
Relationship:

MessageSujet: Re: I could never find a better place to go | PV. Lucas Strauss   Ven 24 Aoû - 16:08

    Non, en fait, ce n'étaient pas seulement les adolescents qui avaient ce problème. Enfin, qui posaient ce genre de problèmes au personnel médical : celui de refuser d'avoir l'aide dont ils ont besoin et de prétendre s'en sortir, aggravant souvent les choses par la même occasion.

    « Je peux m'en occuper tout seul. », « je vais vous laisser retourner à vos occupations. ». L'occupation principale de Bastian, c'était bien d'exercer son métier, en l'occurrence, infirmier. Pourquoi l'en empêcher ? Personne ne disait jamais à un ramasseur de poubelles que non, on pouvait aller à la déchèterie soi-même avec ses ordures sous prétexte que c'était dans nos capacités et qu'il n'avait qu'à aller boire un café en attendant. Sinon, c'était être payé à ne rien faire, mais ça, c'était ce que le norvégien faisait quasi tout le temps. C'était cool, remarque, mais lassant au bout d'un moment.

    — Reste ici. Dans cet état, tu n'iras pas bien loin, mais ne m'oblige quand même pas à t'immobiliser. À moins que ton hémorragie n'aie raison de toi avant.

    Enfin, les termes étaient mal employés et un peu exagérés, sachant que tout ce que risquait Lucas était une perte de conscience. Sauf qu'après, il faudra le mettre sur un lit, recommencer à nettoyer ses plaies, voire peut-être faire une perfusion, avec comme seul aspect positif le fait que Bastian pourra le recoudre tranquillement. Et le garçon comptait éviter le contact physique, hein. Ce qu'il pouvait être prise de tête.

    Et l'infirmier n'aimait pas se prendre la tête. Que Lucas fasse ce qu'il veut, il se retrouvera de toutes façons dans l'incapacité de faire preuve de plus de résistance dans deux ou trois minutes. Les mains dans les poches, il le dévisagea sans beaucoup d'expression, se contentant de soupirer légèrement.

    — Après tout, libre à toi de faire ce qui te chante, j'espère seulement que tu es conscient que certaines conséquences iront à l'encontre de ce à quoi tu espères échapper.

    Non, il n'avait même pas relevé le point sur la couture - notez le jeu de mot de haut niveau - comme tous les sarcasmes qu'il avait pu entendre jusque-là. À quoi bon se fatiguer à répliquer quand ça n'en valait pas la peine ? Ici, de toutes façons, ce n'était pas Bastian qui sera perdant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬▬▬▬▬▬▬

avatar

Messages : 108
Date d'inscription : 03/01/2012
Age : 22


MessageSujet: Re: I could never find a better place to go | PV. Lucas Strauss   Lun 27 Aoû - 16:06


" On s'était engueulé. On s'engueulait souvent, en ce moment. "

________________________________
Lucas sentait le liquide couler sur toute la partie droite de son visage, abondamment. Il dut fermer son œil afin que le sang n’entre pas dedans. Les gouttes commençaient à s’épuiser en quantité sur le carrelage blanc de l’infirmerie. Quelques-unes de ses mèches blondes étaient venues se tremper dans le flot rouge et restaient collées. Le tableau était cocasse. Un garçon au visage à moitié ensanglanté, qui tenait une compresse au bras avec trop peu de force pour avoir un quelconque effet. Et toujours ce sourire, convaincu que tout allait bien se passer. Et ce regard de chien de faïence dirigé vers Bastian, qui traduisait ses pensées. « Ne m’approchez pas. »

« Mais non. Vous savez M’sieur, j’suis costaud moi, c’pas un peu de sang en moins qui va m’tuer. » Il rit, il acquiesça et fit encore un pas en arrière, légèrement tremblant. « Tout ira bien pour moi, je suis un grand garçon. Merci pour la compresse ! »

Il se tourna, prêt à prendre la sortie pour ne plus jamais revenir. Soudainement, il s’arrêta, complètement livide.
Le monde tournait complètement autour de lui. Il passa sa main sur son visage, étala sans faire exprès le sang sur tout le visage, ferma les yeux un bref instant pour se sentir automatiquement basculer. Il tenta de se rattraper instinctivement à une étagère ou un casier qui lui avait semblé proche. Sans succès. Ce qui l’entourait n’était plus qu’un espèce de brouillard informe caché par la vue du sang su sa main.

Et sans plus rien dire, Lucas s’effondra par terre, les cheveux trempant dans le sang déjà formé sur le carrelage, et perdit connaissance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬▬▬▬▬▬▬

avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 16/04/2012
Age : 23


It's a kind of magic.
Age du personnage : 31 ans
Nationalité: Français, d'origines norvégienne et américaine
Relationship:

MessageSujet: Re: I could never find a better place to go | PV. Lucas Strauss   Sam 8 Sep - 22:54

    Oh, oui, certes. Un grand garçon, costaud comme toi, c'était certain que, même en se vidant du liquide écarlate qui lui est vital, tout va bien aller. Si, si, ne t'en fais pas, tu peux t'en aller, personne ne te retiendra, voyons à quel point tu es fort. Voyons jusqu'où tu peux aller.

    Un pas, deux pas.

    Boum.

    Bastian ne fit qu'hausser presque imperceptiblement un sourcil, ce qui, au vu de son potentiel expressif, avait plus de valeur qu'un haussement de sourcil d'une personne ordinaire. À vrai dire, ce mouvement se devait d'être traduit, dans ce contexte, comme une réaction légitime face à une scène à laquelle on s'attendait, tout en se laissant tout de même surprendre avec peut-être - voire certainement - une pointe d'ironie.

    Intérieurement, il riait. Il riait de la naïveté de Lucas, ou plutôt de son obstination, son refus de se pardonner quelques instants où il laisserait sa fierté de côté. Il riait de cette image que lui renvoyait le jeune garçon, ça lui rappelait son propre passé. Combien de fois avait-il entendu des trucs du genre « Fais attention à toi, tu fumes trop, t'entends pas la voix que ça te fait ? » ou « Va voir un médecin, arrête de jouer avec ta vie simplement parce que tu t'ennuies ». Et puis quoi ? Et puis il avait faillit crever, et pourtant il continuait à faire le con. Un peu moins qu'avant, mais il n'avait pas arrêté. Parfois une leçon ne suffit pas, mais ça laisse l'opportunité à d'autres de renchérir. « Tu vois, je te l'avais dit. »

    — Tu vois, je te l'avais dit. Écho à ses propres pensées, à moins qu'il n'ait parlé au même moment où il le formulait dans sa tête.

    L'infirmier s'approcha de Lucas, inconscient sur le sol, son sang se répandant sur le carrelage. Oh, joie, du ménage en perspective. Il se baissa, le retourna sur le dos, passa un bras dans son dos, l'autre sous les jambes, puis le souleva et le porta dans un lit, celui du bout de la rangée où on avait de la place pour circuler.

    Et maintenant que le garçon était bien calmé, le soigner allait être plus tranquille. Quoique. Il ne fallait pas traîner non plus, et comme il avait prévu de faire auparavant, reprendre de quoi désinfecter, stopper l'hémorragie, tout ce bazar. Voire lui refiler un peu de sang supplémentaire. Et puis, ressortir fil et aiguille et "réparer" Lucas.

    Enfin, ça ne fut pas un exercice bien difficile et un petit quart d'heure plus tard, Bastian reposa son matos, observant en silence son patient et son front enfin recousu. Finalement, il n'avait pas pu y échapper, et il pourra râler tant qu'il veut quand il se réveillera, ça, c'était fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬▬▬▬▬▬▬

avatar

Messages : 108
Date d'inscription : 03/01/2012
Age : 22


MessageSujet: Re: I could never find a better place to go | PV. Lucas Strauss   Lun 17 Sep - 9:10


" On s'était engueulé. On s'engueulait souvent, en ce moment. "

________________________________
Nathan entra dans la chambre, étonné de la trouver vide, et passa dans la salle de bain pour se laver les mains. Au vue des traces de sang dans le lavabo et du rasoir à la lame rougeâtre qui gisait sur le rebord, il soupira lourdement, passa sa main dans ses cheveux d’un air nerveux, se mordit la lèvre et sortit rapidement. Ce n’était pas grave. Ce n’était jamais grave avec Lucas, toujours beaucoup de bruit pour rien. On y échappait de peu à chaque fois. Non, vraiment, tout devait aller très bien pour l’ainé Strauss. Aucune raison de s’inquiéter.

Nathan descendit quatre à quatre les escaliers et était trente secondes plus tard devant l’infirmerie, nerveux, terrassé par l’inquiétude, les ongles rongés jusqu’au sang.

Il entra sans toquer. La première chose qui vit fut la tâche de sang abondante et difforme de sang sur le carrelage. Il grimaça, espérant de tout cœur que ce liquide n’appartienne pas à son frère. Improbable, l’entaille qu’il avait dû se faire par « inadvertance » -un bien grand mot dans la famille Strauss- n’aurait jamais pu délivrer autant de sang. Nathan s’avança prudemment dans la pièce vide et silencieuse. Finalement, il passa du bureau à la rangée de lits des patients, pour y trouver en première place l’infirmier, qui lui faisait dos, et derrière… Lucas, couché inconscient sur un lit.

« Merde. S’est passé quoi ? » Nathan s’approcha pour apercevoir mieux son frère, qui était blanc comme un linge, avec des points de suture au front, le visage composé de tâches de sang, et les cheveux aux teintes rougeâtres pour la moitié. « Putain qu’il est con… » Il passa une main sur son visage, épuisé, et jeta un coup d’œil vers l’infirmier, attendant les explications.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬▬▬▬▬▬▬

avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 16/04/2012
Age : 23


It's a kind of magic.
Age du personnage : 31 ans
Nationalité: Français, d'origines norvégienne et américaine
Relationship:

MessageSujet: Re: I could never find a better place to go | PV. Lucas Strauss   Sam 22 Sep - 21:59

    Entrer dans une pièce pour y découvrir en premier lieu un tapis de sang n'était certes pas des plus encourageants, surtout lorsqu'il s'agissait de l'infirmerie. Sûr et certain qu'on avait envie d'y mettre les pieds après avoir vu ça. Du moins, la plupart des gens devaient penser de la sorte, raison pour laquelle Bastian ne pouvait pas laisser le sol en l'état. Quoiqu'il se souciait davantage du risque de marcher dans cette flaque poisseuse que d'effrayer d'éventuels autres arrivants. Et ce fut pendant qu'il méditait brièvement là-dessus que Nathan arriva.

    Le norvégien tourna la tête à son passage, se décalant pour lui laisser la place au chevet de son frère. Quant à expliquer ce qui était arrivé, ce n'était pas une affaire difficile.

    — Apparemment, il se serait coupé, puis serait tombé en venant ici. Après quoi il a refusé de se faire soigner correctement puis est tombé dans les pommes. Fin de l'histoire.

    Ça ne devait pas étonner grandement Nathan, pensa Bastian, vu le nombre de fois où des trucs semblables avaient dû arriver. Ce qui ne l'empêchait pas de s'inquiéter, au vu de l'expression du jeune homme. L'infirmier n'était pas des plus doués pour rassurer les gens, mais comme il devait ne plus y avoir de problème pour Lucas, il n'y avait pas à s'en faire.

    — Il lui faut juste un peu de repos. Si tu veux faire quelque chose pour lui, nettoie-lui la figure, qu'il ait l'air plus présentable.

    Il lui indiqua brièvement le torchon humide qui traînait sur le bord de l'évier, avant d'aller s'occuper du carrelage souillé. Voilà, beaucoup de bruit et de bordel pour pas grand-chose, juste un mec un peu capricieux qui ne veut pas se montrer un tant soit peu raisonnable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬▬▬▬▬▬▬

avatar

Messages : 108
Date d'inscription : 03/01/2012
Age : 22


MessageSujet: Re: I could never find a better place to go | PV. Lucas Strauss   Jeu 27 Sep - 21:27


" On s'était engueulé. On s'engueulait souvent, en ce moment. "

________________________________
Une forte envie de facepalmer. Nathan secoua la tête de droite à gauche, excédé par cette maladresse. Ça n’arrêterait donc jamais ? Ils étaient donc condamnés à ce cercle vicieux. Une horreur. Une sorte de réalisation subite pour l’aîné Strauss, à cet instant, en regardant son frère dans un état lamentable dans le lit de l’infirmerie. Ce n’était plus possible. Plus jamais. Et pourtant, cela faisait une dizaine d’années que ça durait, ces conneries.

Nathan soupira et vient s’installer juste à côté du lit, dans la place que lui avait laissé Bastian. Son regard ne quittait pas le visage ensanglanté de son aîné, qui rendait le tout atrocement dramatique alors que ce gosse s’était juste éclaté la gueule comme une merde dans les escaliers.

« Ah oui. Le tableau de d’habitude. Z’y êtes habitués non, d’puis le temps ? »

Un espère de sourire mi-forcé mi-résigné. Les jumeaux Strauss connaissaient plutôt bien l’infirmier, pour toutes les heures mensuelles qu’ils passaient ici.

Nathan prit un chiffon mouillé pendant qu’Alistiel allait nettoyer cette flaque de sang, et se mit à épurer le visage de son jumeau de toutes ces traces rougeâtres. Il fit un travail sommaire, consistant surtout à faire en sorte qu’il soit présentable à sa sortie –c’est-à-dire que les personnes susceptibles de les croiser sur le chemin du retour ne hurlent pas en voyant sa figure-, mais sans le débarbouiller complètement. C’était son frère, pas sa bonniche tout de même.

Quand il eut fini, il soupira, reposa le chiffon et, après avoir passé sa main d’un geste tendre dans les cheveux de son jumeau, s’éloigna du lit pour rejoindre Bastian situé dans la pièce conjointe. Il s’adossa contre le chambranle de la porte, et mis ses mains dans ses poche. Ilse voulait décontracté. Il ne l’était pas du tout.

« Hum. Et s’non, vu qu’vous êtes infirmier… Vous savez pas comment on arrête d’prendre de la drogue ? » Un blanc. « C’pas pour moi hein, c’pour un pote. »

On y croit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬▬▬▬▬▬▬

avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 16/04/2012
Age : 23


It's a kind of magic.
Age du personnage : 31 ans
Nationalité: Français, d'origines norvégienne et américaine
Relationship:

MessageSujet: Re: I could never find a better place to go | PV. Lucas Strauss   Sam 13 Oct - 17:17

    Le sang était une des choses les plus agaçantes à nettoyer, du moins de son point de vue, et surtout par manque d'habitude. Que l'on ne s'y trompe pas, Bastian Alistiel était plus doué pour faire la vaisselle que pour faire disparaître toute trace d'une éventuelle scène de crime. Il songea vaguement à coller des retenues ménage lui-même à ceux qui souillaient la propreté des lieux, mais soit ces personnes n'étaient pas en état de tenir un torchon, soit il fallait attendre qu'elles le soient et d'ici là vivre avec la saleté en question. Ce qui rendait l'idée idiote.

    L'infirmier réussit cependant à rendre au carrelage sa blancheur habituelle et alla rincer la serpillère et le seau, jetant au passage un regard aux jumeaux, l'un occupé à nettoyer le visage de l'autre. Après quoi il retourna dans son bureau pour noter la visite de Lucas — il aimait bien noter ce qui se passait, bien qu'il se souvienne sans mal de la plupart des choses, sauf celles qu'il effaçait délibérément de sa mémoire.

    À peine eut-il terminé que la voix de Nathan lui fit redresser la tête. Il resta silencieux quelques secondes, considérant sa question et analysant presque son attitude. De toute évidence, certaines personnes étaient mauvaises en comédie. Si le jeune homme voulait se montrer convainquant, il devrait éviter d'avoir l'air tendu comme un ... Enfin, après tout, le sujet était assez sérieux pour qu'il ne mérite pas d'être comparé à un sous-vêtement quel qu'il soit. Le norvégien hésita un instant, car arrêter la drogue tenait pas mal de la psychologie et ce n'était pas vraiment sa tasse de thé.

    — Comment arrêter, hein ? Que pourrais-tu dire à ton ami ...? Il accentua les deux derniers mots presque sans le vouloir, étant de nature à ne pas feindre l'ingénuité. Il faut plusieurs choses, de ce que je sais ; beaucoup de volonté, de contrôle de soi, et du soutien de la part de l'entourage aide grandement.

    Dans ce genre de cas, on avait souvent envie de ressortir de la psychologie de comptoir et des phrases toutes faites genre "quand on veut, on peut", pas forcément fausses mais toujours plus faciles à dire qu'à suivre.

    — Il faudrait demander de l'aide à ceux qui sont au courant, qu'ils l'empêchent de consommer encore, le distraire de sa dépendance, trouver autre chose d'inoffensif pour compenser le manque, par exemple. Cette personne a-t-elle vraiment envie d'arrêter, au moins ?

    Il préférait tout de même nettement n'avoir à réparer que le corps des gens, et non pas leur esprit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬▬▬▬▬▬▬

avatar

Messages : 108
Date d'inscription : 03/01/2012
Age : 22


MessageSujet: Re: I could never find a better place to go | PV. Lucas Strauss   Dim 14 Oct - 13:00


" On s'était engueulé. On s'engueulait souvent, en ce moment. "

________________________________
Nat’ avait l’impression de se faire griller. Il soutint le regard de l’infirmier, adossé contre son chambranle, essayant d’adopter la posture la plus décontractée possible, du style « je parle d’un sujet qui ne me concerne absolument pas ». Bien sûr, Nat’ devait juste puer l’héroïne à trois cent kilomètres à l’heure, avait des traces de piqures sur les bras, les pupilles totalement dilatées et le teint blafard de celui qui ne dort pas quand il n’a pas sa dose. On ne pouvait pas dire que le cadet Strauss tentait d’arrêter, en ce moment. Non, son premier objectif était de réduire les doses.

Au vu du regard que l’infirmier posait sur lui et de la manière dont il lui répondait, il était complètement grillé. Nat’ n’était pas vraiment doué pour mentir dans ce genre de situations. Il eut une grimace qui ressemblait vaguement à un sourire gêné. A bien regarder, on aurait presque pu voir ses joues légèrement rosies. Il se sentait mal, face au regard scrutateur d’Alistiel qui l’avait cramé au moment même où il avait ouvert la bouche.

« Je…vois. » Nat’ acquiesça, en profitant pour détourner le regard, et se perdit quelques instants dans ses méditations. De la volonté et le soutien de son entourage. Le soutien de Luc’, par exemple. Quelle bonne blague, comment est-ce qu’il pouvait lui demander de supporter ça ? Leur vie était déjà assez compliquée comme ça. Il passa sa main dans ses mèches décolorées en poussant un léger soupir. « Je lui dirai alors. »

Nat’ s’en moquait, d’être cramé. Il se posait bien plus de questions sur leur devenir, et son regard vogua vers le lit où était étendu son aîné, un bref instant. Est-ce qu’il avait de la volonté ? Est-ce qu’il pouvait le faire ?

« Hum, j’crois qu’elle a vraiment envie. » Son regard se reporta sur Bastian, les sourcils froncés, une attitude un peu plus sérieuse. « Mais, ‘voyez, c’est un peu compliqué. Genre, ça prend beaucoup d’temps à votre avis ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬▬▬▬▬▬▬
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: I could never find a better place to go | PV. Lucas Strauss   

Revenir en haut Aller en bas
 

I could never find a better place to go | PV. Lucas Strauss

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: « WTF ? :: « Mini RP.-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit