AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 i’ll be drunk again to feel a little love ❞ Malik

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
▬▬▬▬▬▬▬

avatar

Messages : 197
Date d'inscription : 07/01/2012
Age : 23


It's a kind of magic.
Age du personnage : 19yo.
Nationalité: Irlandaise
Relationship:

MessageSujet: i’ll be drunk again to feel a little love ❞ Malik   Mer 28 Mar - 21:54



I’ll be drunk again to feel a little love

« C’est pas parce que tu ne bois pas, que tu ne dois pas venir. » Ce n’était pas forcément un argument de choc, mais il était pertinent. Fondé, tout du moins. Mais Malik, pour le faire venir dans ce genre de lieu, un bar en l’occurrence, il fallait bien souvent insister. Le bougre. En même temps, il fallait le comprendre. Il ne buvait pas. Quel était donc l’intérêt pour lui de se pointer dans un endroit et poireauter pendant que des jeunes se torchent. Accompagner des amis, passer une bonne soirée de temps en temps. Se faire traîner par sa copine. Et observer la décadence de la jeunesse. Des vieux aussi, mais c’était moins drôle.

Oh, la journée s’était déroulée dans la normalité des plus banales. Et si Vodka était allée chercher Malik dans sa chambre, histoire qu’il n’ait pas d’échappatoire, ce n’était pas dans le but probable de trimballer avec lui dans les couloirs ou squatter la chambre. Non, ce soir, c’était la soirée. Un de ces rassemblements, où les gens se disent go party hard dans le bar là-bas. Fiesta jusqu’à pas d’heure, tenir toute la nuit. Et la rouquine avait décidé d’y aller avec Malik. Madame n’avait toujours pas dormi de la nuit, quelques heures à tout casser, s’était levée en même temps que l’ensemble des étudiants. Et avait passé sa journée dans la salle des saisons, sur une plage, admirant les rouleaux d’un océan sous le soleil. La Californie, y avait des moments où elle manquait très certainement. Camélia étant introuvable, où Vodka étant incapable de chercher convenablement dans les bons endroits, trop défoncée après son joint du matin, elle s’était résignée à passer en coup de vent au bateau des Spe mais sans trop s’attarder. Au final, la moitié de son paquet de clope neuf vidé, un énième briquet perdu, des fringues mouillés pour s’être prise une vague dans la gueule alors qu’elle n’avait rien demandé – merci la salle des saisons, un bleu sur le bras parce qu’il avait fallu qu’un connard gros la bouscule contre l’angle d’un mur. Par un mur tout simplement, non, mais l’angle bien évidemment. Sacrebleu. Bref, Vodka avait tout l’air d’une furie quand elle débarqua bruyamment, pour ne pas changer, dans la chambre de Malik. Accessoirement partagé avec d’autres, mais là n’était que le détail.

Bras calé sous celui de son copain, Vodka relâcha la fumée de son énième clope de la journée. Ce n’était pas dans ses habitudes de fumer autant sur un jour, ce n’était pas son truc à elle. Mais faut croire que passer du temps avec pour seule compagnie la nostalgie de ses souvenirs, ce n’était pas le point idéal. « Evite de faire ta tête du mec trop blasé d’être ici. » Elle gratifia Malik d’un sourire ironique avant de l’embrasser furtivement, afin qu’il n’ait pas à répondre trop vite. Disons qu’il avait un sens de la répartie propre à lui, et que les remarques de Vodka engendraient bien souvent des réponses qui la faisait gentiment enrager. Dans le genre qui aime châtie bien. Mais non, cette fois, elle s’était assurer de lui ôter littéralement les mots de la bouche. Durant trente secondes, d’accord. Une manière comme une autre de lui dire chut, ne répond pas. Ça sert à rien, tu sais ce qu’elle va dire en retour. Vodka, imprévisible ? Pas toujours. Pas avec lui. Azy que je te mets un coup de coude quand tu me cherches, pas le genre très poétique.

Une heure qu’ils s’étaient pointés ici, maintenant. Par conséquence, une heure très largement suffisante pour que Vodka atteigne un certain seul de sobriété déchue. Pas réellement torchée, pas encore. Il fallait laisser le temps à l’alcool d’achever le reste des barrières de sa tenue face à ce genre de boissons. Enfin, avec la quantité qu’elle avait ingurgité, qu’elle ingurgitait toujours d’ailleurs, ça ne saurait tarder. Le truc quand elle se pointait dans ces endroits, c’était qu’on la regardait souvent d’un œil suspicieux. Non pas pour les dégâts et emmerdes qu’elle pouvait éventuellement causer, mais pour le fait qu’elle avait la faculté de pouvoir invoquer des bouteilles si tel était son désir. Mais non, elle était encore assez gentille pour se percher au bar, et demander un verre. Un verre quoi. C’est tout petit ces machins.

Enfin, passons. Malik supportait merveilleusement bien pour le moment sa sauvage de copine, et il allait être fort probable qu’il doive la tirer pour la ramener. Auquel cas elle devrait ramper, si elle en aurait encore la force. Vodka, comme à son habitude, réussit à percuter malencontreusement un groupe de jeune et leur renversa leurs propres verres dessus dans la bousculade. Elle disparut rapidement sous la huée, avant de s’en prendre une nouvelle fois plein la tronche. Étonnement, même en étant une fille, être Vodka n’empêchait que souvent les dérapages d’arriver. Bonjour le phénomène de sociabilité extrême.

La voilà maintenant, hagarde, qui cherchait Malik du regard. Ça y est, elle était paumée. Incapable de se situer dans l’endroit, c’était dire son état actuel. Enfin, déjà assez paumée naturellement, quelques verres dans le pif ne l’aidèrent guère. Elle dut ainsi jouer des coudes pour se frayer un passage entre les gens, les chaises, les choses non identifiables, éviter de percuter le comptoir, et se diriger tant bien que mal vers le fond de la salle où reposait des genres de canapés-bancs avec des tables basses. Vodka se laissa finalement tomber dans un soupir sur le pseudo banc-pouf à côté de Malik, posant son verre sur la table au passage. L’idée que le jeune homme ait pu observer son manège dans sa quête à retrouver son chemin parmi la foule, et donc admirer à quel point le ridicule ne tuait pas, ne l’effleura même pas.

Par contre, le fait que Malik puisse se planter connement de verre, là, il avait toute son attention. Elle le regarda, indifférente, prendre le mauvais verre sur la table, et le porter à ses lèvres. L’idée qu’il s’agissait de son verre à elle, donc avec du rhum ou de la vodka dedans, n’atteignit son cerveau qu’une fois le liquide ayant percé le barrage de ses lèvres. Miraculeusement, elle réagit rapidement, pour son état ceci dit en passant. Elle se pencha, et attrapa vivement le verre, qu’importe qu’elle lui arrachait trop brutalement. C’était mieux qu’il finisse par terre, car elle avait tout le loisir d’admirer la face de son copain prendre de drôle de couleur. Ah la consternation qu’elle pouvait lire dans son regard. Vodka aurait très bien pu rire de la situation, s’en amuser, le laisser prendre une bonne gorgée. Mais non, elle avait été assez compatissante pour réagir au quart de tour et le sauver aussi rapidement qu’elle le pouvait. « C’est mon verre. » On n’avait pas compris, merci. Vodka ne put s’empêcher de rire face à Malik, faut dire que ce n’était pas du tout le genre de situation qui arrivait souvent. Jamais, même. L’alcool lui embrumant les neurones, difficile pour elle de s’arrêter.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬▬▬▬▬▬▬

avatar

Messages : 261
Date d'inscription : 09/01/2012
Age : 23


It's a kind of magic.
Age du personnage : 19 ans
Nationalité: Arabe d'Israel
Relationship:

MessageSujet: Re: i’ll be drunk again to feel a little love ❞ Malik   Ven 30 Mar - 21:47



Je te jure je voulais vraiment cracher ailleurs, c'est ma bouche qui a pas voulu.



Dans ce rp, Malik, traîné de force à une fête à laquelle il ne voulait pas venir car il ne boit pas, assiste Vodka bourrée et la regarde presque se manger le coin d'un bar. Lorsqu'elle vient s'assoir prés de lui, il boit par erreur dans son verre plein de vilain alcool et recrache tout sur le tee shirt d'un mec baraque qui était venu draguer sa copine.

Plus tard, Malik, ce gros boulet, pour prendre le code de son rp, édita directe sur celui-ci et supprima définitivement le rp LOL ET IL L'A BIEN DANS LE bref ne soyons pas vulgaire, je referais ce rp à moins que je ne trouve un moyens miraculeux de le récupérer mais ça me semble mal barre. Ainsi vais-je pleurer sur ma connerie, putain de merde.





Dernière édition par Malik A. Dalech le Mer 11 Avr - 21:03, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬▬▬▬▬▬▬

avatar

Messages : 197
Date d'inscription : 07/01/2012
Age : 23


It's a kind of magic.
Age du personnage : 19yo.
Nationalité: Irlandaise
Relationship:

MessageSujet: Re: i’ll be drunk again to feel a little love ❞ Malik   Mar 3 Avr - 17:57


I’ll be drunk again to feel a little love

Incroyable les réactions instinctives de Malik dans les situations extrêmes. « Ca c’est fait... » Chacun son tour, de facepalmer. Vodka resta stoïque, un brin paumée comme à son habitude, devant la scène qui s’offrait à elle. Malik qui recrache le contenu du verre sur un mec, et pas n’importe quel verre, le sien. C’était inévitable. Dorénavant, elle allait boire dans des verres rose fushia pour être certaine que l’erreur ne se reproduise plus. Ou Malik aurait droit à ces verres de couleur attrayante, n’est-ce pas. Ça lui apprendra à se planter de la sorte. Et dire qu’elle avait eu une once de bonne volonté en voulant le sauver in extremis. Qu’il en prenne bien compte, Vodka se souvenait de toutes ses soirées, qu’importe l’état. Ce qui venait de se passer aller le poursuivre. Oh oui, il pouvait lui faire confiance là-dessus.

« Hinhin. » La rouquine secoua la tête à l’attention du type désormais inondé d’alcool, odeur assortie bien évidemment. Comme si une simple négation de sa part pouvait retenir les envies de meurtres dirigées vers Malik. Au moins, elle avait encore l’instinct de protection. Mais mince, son singe de copain était capable de se défendre tout seul d’abord. Vodka se lova contre Malik de sorte que pour l’atteindre, il fallait d’abord la sortir de là. On ne touchait pas à son mec. Point final. Et s’il essayait de la sortir de là de force, étant donné qu’elle ne se laisserait pas faire, ce serait très mal venu de sa part. Très mal vu, surtout, de ceux présents aux alentours, notamment du gérant derrière son bar. Eh, s’en prendre à une fille, même rien que comme ça, c’était déjà source d’emmerde. « Il a pas fait exprès, ok ? Tu vas t’en prendre d’autres des verres dans la gueule, de la part de tout ce qui n’sont plus capable de tenir un verre en marchant. » Direct, mais véridique. Elle lui adressa un sourire éblouissant pour mettre fin au reste de sa hargne. Allez, qu’il parte avec son pote. Qu’il les lâche. Soyons francs, il aurait frappé Malik, elle aurait crié. De ce genre de hurlement qui attire toujours des ennuis dans ce genre d’endroit. Comme une alarme. Et elle pouvait très bien jouer ce rôle, notamment avec son ivresse.

Les types optèrent pour l’option de les laisser tranquilles, visiblement, mais ça ne semblait qu’être partie remise. Ah, ils n’allaient peut-être pas passés par l’entrée principale pour rentrer tout à l’heure, hein. Vodka soupira et se redressa légèrement pour afficher son magnifique froncement de sourcils de fille enivrée à son copain. « Mais quelle classe ! » Franchement, elle ne valait pas mieux. Mais il fallait toujours qu’elle soulève les dérapages de Malik. Parce qu’elle, elle n’en faisait pas, non. C’était bien connu. Plus sérieusement, un Vodka énervée, agacée, ce n’était pas du tout l’une de ses caractéristiques quand elle avait bu. Sauf quand on la cherchait, mais là était un tout autre point. Un sourire hilare s’installa, rafraichissant son visage après ce piètre froncement mécontent et elle vint mordiller les lèvres de son copain. Au fond, c’était juste pour faire passer à Malik tout goût d’alcool qui pouvait lui rester. Oui oui, juste ça. Simplement une bonne action. D’accord, la façon ardente dont elle l’embrassa démontrait toute autre chose que ça, mais la pensée y était. Déjà que l’alcool ne l’aidait s à maintenir ses pensées lucides quelques temps, ben autant dire qu’un simple baiser l’embrouillait un peu beaucoup. La faute à Malik qui lui faisait toujours trop d’effets.

Vodka s’écarta à nouveau légèrement, lui adressant un sourire à la fois mielleux et narquois, parce qu’elle était toujours en train de le chercher. « Ce verre, c’est le mien, on est bien d’accord. Toi, c’est ça. Là. » Et elle pointa celui qui était encore posé sur la table. Non, elle ne prenait pas Malik pour un teubé. Pas du tout. C’était sa façon de montrer qu’elle n’oublierait pas l’affaire de si vite, qu’importe qu’elle ait bu. La rouquine fit glisser ses doigts sur le bras de Malik, comme plongée dans ses réflexions. Geste banal. Mais en clair, elle était incapable de réfléchir à quelque chose de censé. Un regard alentour et elle le repose sur Malik, sourire enjôleur. « Tu danses avec moi ? » Encore une fois, la réponse lui importait peu. Il en avait l’habitude, de toute façon. Elle glissa sa main dans la sienne, pour être sûre qu’il allait la suivre, et l’entraîna à sa suite vers le coin où, bien évidemment, il y avait toujours des gens pour danser.

Mais c’était sans compter sa chance inouïe et légendaire. Une fille s’interposa sans gêne entre Malik et elle, dans une intention parfaitement évidente. Un silence. Ou plutôt un gros bug de la part de Vodka qui regardait, choquée, la pétasse – car maintenant c’en était une dans son esprit – embrasser Malik, fait trop rapide pour son pauvre cerveau qui n’a pas eu la possibilité de la faire réagir à temps. Rouler une pelle serait plus exact. Non mais c’était une blague ? Elle était assez suicidaire pour faire ça ? À Malik ? SON Malik ? « Eh pouffiasse ! » Vodka la rejette comme un chiffon sale, carrément vexée de la situation. « Ton coin, c’est là-bas. » Ton venimeux, dans un geste indiquant un coin où des filles chauffaient n’importe quel mec. N’importe qui. Mais son copain, le sien, à elle, n’était pas n’importe qui justement. Elle devrait se balader avec une pancarte « Attention, chien méchant. Mord. » Elle était quasiment certaine que Malik lui en trouverait une avec plaisir, étant sa victime favorite.

Sans attendre sans reste, elle agrippa le bras de Malik, furibonde et prête à faire attention à toute autre nana qui s’approcherait dangereusement. Au diable l’envie de danser, ça venait de lui passer. Déjà que ses pensées ne parvenaient plus à s’aligner convenablement, Vodka finit par s’arrêter, confuse. Perdue, comme à son habitude. Bourrée ? Ah oui, vous êtes sûrs ? Ce qui suivit releva du pur instinct féminin vodkanien. Elle se pinça les lèvres, dévisagea Malik d’un regard lourd de sous-entendus et pose une main sur son torse, tapotant de ses doigts dessus comme par impatience. Ah, elle ne se lasserait jamais de la beauté de ce mec. Des traits de son visage qui le distingue. De son regard. Oui, de son regard posé sur elle. Ohmondieuças’embrouilledanslatêtemercil’alcool. C’est fini pour l’attention lucide et censée de Vodka. Elle attrapa Malik par la ceinture, oui oui, le rapprocha d’elle pour l’embrasser avec ferveur. Un petit clin d’œil, et elle l’entraîne là où c’est le plus près, autrement dit les toilettes. Pour finir par se cogner contre quelqu’un. Le mec au tee-shirt alcoolisé de tout à l’heure.

Pourquoi ça n’avait rien d’étonnant venant de Vodka ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬▬▬▬▬▬▬

avatar

Messages : 261
Date d'inscription : 09/01/2012
Age : 23


It's a kind of magic.
Age du personnage : 19 ans
Nationalité: Arabe d'Israel
Relationship:

MessageSujet: Re: i’ll be drunk again to feel a little love ❞ Malik   Mer 11 Avr - 20:51



Le jour où les chiottes ont pris une dimension très érotique.



Même bourrée, je savais que Vodka allait noter soigneusement ce geste si poétique je venais d’avoir. Représentatif d’une attitude puérile, mais elle ne changera jamais, et je n’y tiens pas. Quand même, ce n’était pas la première fois que je me loupais en buvant dans un verre qui ne m’appartenait pas. Est ce que c’est de ma faute si la Vodka ressemble à de l’eau et que je bois une putain de limonade qui, outre les bulles invisible lorsque mis dans un de ces verres foutrement opaques, à tout en commun avec ce fichu alcool ? Ce n’est pas le seul à me faire ce genre de coups foireux. A croire que cette saleté est douée d’une raison propre qui vous pousse inexorablement à tenter de la boire quand bien même vous n’en avez absolument pas l’envie.

Ok, j’avoue. J’aurais pu sentir un coup. L’alcool fouette au delà de ce qui est permis par la loi. Et moi, je ne fais jamais l’effort d’inspirer quand je bois. Je suis incapable d’expliquer pourquoi, j’ai peut être un cerveau un tout petit peu trop petit pour ce genre de trucs –nombreux sont ceux qui plaisanterons là dessus et je les emmerde, les lâches- mais quand je bois, au moment où je pose les lèvres sur le bord du verre, de la bouteille, ou de tout autre récipient contenant quelque chose de buvable (et j’ai bien dis buvables, bande de cassos), au lieux de faire comme tout le monde et de continuer à respirer normalement par le nez, je coupe mes circuits respiratoires nasales pour me contenter de boire. Mono-tâche, si vous voulez. Dites ce que vous voulez je m’en fou.

L’essentiel réside simplement dans le fait qu’à cause de ça, plusieurs fois il m’est arrivé de boire une gorgée d’alcool par erreur –Allah me pardonne- et de me recevoir trente six troll sur le paletots qui, comme les sacrés connards qu’ils sont, préfèrent se pencher en avant en ouvrant grand les yeux pour compter le nombre de gorgées, au lieux de m’alerter comme Vodka est la seule à le faire. Heureusement qu’elle à ce genre de petites attentions. Ho. C’est bon. Oui, ça me touche, allez vous faire foutre.

Le regard toujours à moitié levé vers le type, je sentis Vodka se lover contre moi. Instinctivement, je glissais un bras autours de ses épaules et posais une mains sur sa hanche en l’attirant au maximum, sans détacher mon regard de ce qui devait être, au bas mot, 90 kg de muscles. Aucune peur, c’est ma catégorie. Mais je n’appréciais pas vraiment parler à son tee-shirt. Vodka régla le problème avec la rapidité du félin et la délicatesse de l’éléphant.

Je. Je vais être honnête cinq minutes. J’aime… J’adore quand elle fait ça. Waou je me sens tellement… Haha, même bourré, ma copine est une putain de tigresse. J’y peux rien, je suis le genre de mec à crier une admiration hilare –et macho selon certains- lorsque deux meufs s’empoignent par les cheveux pour faire respecter leur loi. Perso je ne vis pas ça comme une attitude machiste. Les femmes ne devraient pas se battre, c’est tout. Elles doivent être admirées pour leur classe et leur intelligence, ouais, mais pas mettre des mandales. C’est un truc de rustre, ça. Un truc de mec. Sauf que malgré tout, hein… J’avoue qu’il fait chaud chez moi quand Vodka met un coup de genoux à un type de deux fois sa taille.

Elle a des petits poings mais merde, elle sait se faire respecter. Et c’est le paroxysme du sex appeal.

Lentement, je levais la main en signe d’excuse et mon panorama se dégagea enfin pour me laisser la vue libre. Ca me fit un l’effet de plusieurs gratte-ciel qui s’effondrent brusquement. Je respirais enfin et je n’avais plus besoins de me tordre le coup pour tenter de voir des yeux qui, de toutes façons, se situaient définitivement plus haut que les pecs.

La voix de Vodka m’invita à la dévisager. Tigresse, mais pas frais, olala. Elle avait l’œil aussi vif qu’un poisson qui vient d’achever son 50ème tour de bocal. Je ne pus m’empêcher de sourire en riant légèrement, un peu moqueur.

- Mais quelle classe ! »
- Ouais bah, attends de croiser un miroir. » répliquais-je en approchant mon visage du sien, répondant à son invitation.

Il faudrait être dingue pour ne pas répondre, de toutes façons. Sérieux, si je n’étais pas son copain, je… Heureusement que je le suis. Autrement j’aurais tué son mec pour m’enfuir avec elle. Comment j’ai pu attendre aussi longtemps ?

Ha oui. Je fais très bien semblant.

Ses lèvres joignirent les miennes dans un ensemble parfaitement synchrone : je n’aurais pas tenu deux secondes de plus aussi proche d’elle sans l’embrasser. Ca nous arrive rarement de prendre nos aises en publique, parce que les gens ont tendances à nous faire chier –ou comment supporter une bande d’amis trolls- et parce que personnellement, oui, personnellement je suis timide sur mes sentiments, les vrais, j’avoue, c’est difficile à assumer mais je le dis, voilà, je le dis. J’ai toujours peur qu’on me sorte des trucs… Des trucs du style « dire qu’elle pourrait se taper la moitié d’Aisling et qu’elle est avec toi mon pote ! Enchaîne la. » Je me sens tellement pas à sa hauteur que je…

Wow. Il se passe quoi là ? Vodka sera avec Malik tant que Malik sera en vie, merde. Plutôt crever. Je me tuerai à la tâche si il le faut mais je la lâcherai pas.

Elle dû me repousser presque de force pour rompre l’étreinte. Je m’étais légèrement égaré entre ses lèvres. Autant dire que j’avais carrément oublié au cours des trente dernières secondes où je me trouvais, et qu’en relevant la tête je surpris quelques regards amusés, atterrés pour les célibataires, et d’autres plus inquiétants qui semblaient franchement vouloir voir la suite. J’évitais soigneusement ceux la.

- Ce verre, c’est le mien, on est bien d’accord. Toi, c’est ça. Là. » Ha, la sale petite chambreuse. Je préfère secouer la tête pour lui signifier que, venant d’une fille qui marche presque à quatre pattes, ça ne m’impressionne pas plus que ça. « Tu danses avec moi ? » Ca par contre, j’avoue que je ne m’y attendais pas. Vodka est plus ou moins persuadée que je danse comme un pied, ce qui est faux. C’est bien l’un des rares trucs que je sais faire sans me rendre trop ridicule. Mais je comprends qu’elle ne puisse pas s’en douter. Je ne l’affiche pas beaucoup.

Quand bien même, comment refuser quoi que ce soit à un sourire pareil. Un feu intense brûle en ma demeure, haha. Elle sait l’entretenir, Vodka. Je lui ai répété dix huit fois que je n’aime pas quand elle se torche. Mais je dois avouer que l’alcool lui donne une attitude paresseuse, très légèrement lascive, qui met sur les rotules. A tout les coups.

Le regard fixé sur le balancement de ses hanches, remontant lentement sur les courbes de son dos, la finesse de sa nuque… Je tend la main pour repousser ses cheveux abondants lorsqu’une fille s’interpose brusquement et me…

Quoi ?

Ha mais oui, suis-je bête. J’en perds l’habitude, depuis que j’ai une copine. Un peu trop tard pour serrer les dents, je la repousse doucement en imaginant déjà le spectacle auquel je vais avoir droit. Coup de talon dans le tibia ? Empoignade de cheveux ? Coup de boulle ?

Non. Soft car bourrée, quoi qu’habituellement ça ne l’arrange pas, je vois Vodka insulter copieusement la demoiselle –fort bien roulée soit dit en passant- et l’envoyer ad patres avec une certaine grâce très féminine –féminine du genre de Mohsen, on s’entend-, avant que j’ai eu le temps de lui expliquer que la rousse qui me tient par la main n’a pas le rôle de porte mentaux pour la soirée. Et l’a prévenir qu’une rousse comme ça, c’est un chien, méchant, qui a tendance à mordre et à avoir la rage. Mais doublé, je me contentais de regarder la pauvre victime, dépitée et jetant de fréquent regard hargneux à l’intention de ma rousse de copine. Incident clos. Vodka empoigna mon bras et me traina… Heu.

J’eu droit à un magnifique parcours, qui débuta non loin de la piste de danse que la chère demoiselle semblait avoir absolument oubliée, se poursuivit près du bar, qu’elle me fit longer sans s’arrêter, étonnement, puis jusqu’aux tables auxquelles elle ne lança même pas un regard. J’allais lui demander où elle comptait aller exactement lorsqu’elle s’arrêta d’elle même, visiblement un peu perdue, non loin des toilettes (admettons quelques cinquante mètres pour les petits pointilleux.) Là dessus, elle se tourna brusquement vers moi avec un regard plein de promesse. Ses doigts sur mon torse ne firent naître en moi qu’une interrogation houleuse de la manière dont j’allais me débrouiller pour la ramener rapidement dans un endroit où nous pourrions donner libre court à nos envies. Son geste impérieux, lui, me fusilla proprement le bas ventre et je passais d’un stade épaules crispés et colonne vertébrale raide à celui parfaitement détendu qui s’adapte mieux à un baiser franchement sexuel. A nouveau, elle domina en me traînant vers… Les… Toilettes. Non mais… Ouais ? Heu ? Je sais que j’ai la tête du type à le faire n’importe mais quand même quoi. Cela dit, elle n’aurait pas pu aller plus loin et sur le coup je m’en foutais plutôt pas mal, j’avais juste envie de… Envie, quoi.

Sauf que voilà, ça ne marche jamais comme on le voudrait. Il faut toujours que quelqu’un s’interpose entre elle et moi. Et on se demande pourquoi je flippe de me faire doubler. Autre que la fille, elle et moi nous retrouva nez à nez avec les superbes spécimens dont je pouvais enfin voir le visage, sur qui j’avais respectueusement expulsé mon contenue buccale un peu plus tôt. Ok. Même du point de vue du pur hétéro que je suis, ces types là ne sortaient pas d’un moule moisi récupéré dans une poubelle. J’ai conscience d’être beau gosse, ouais. Bah eux aussi. Et ils étaient chauds... Chaud pour se faire Vodka. C’était quel type de mecs exactement, pour se mettre à deux sur la même meuf ? Je trouvais ça légèrement flippant. D’autant plus quand ils m’écartèrent tranquillement pour enrouler un bras autours de ses épaules et poser une main sur sa hanche. Genre. A la place de MA main. Je commençais à souffler léger lorsque je réalisais que Vodka n’avait pas… Exactement la réaction que j’aurais voulu qu’elle ai.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬▬▬▬▬▬▬

avatar

Messages : 197
Date d'inscription : 07/01/2012
Age : 23


It's a kind of magic.
Age du personnage : 19yo.
Nationalité: Irlandaise
Relationship:

MessageSujet: Re: i’ll be drunk again to feel a little love ❞ Malik   Ven 18 Mai - 23:58



I'll be drunk again to feel a little love

Chez Vodka, boire était comme une seconde nature. De l’alcool, n’est-ce pas. Elle s’enfilait de la vodka comme de l’eau, et ne bronchait que difficilement là-dessus. C’était un fait, il existait bel et bien des filles qui avait la capacité de boire comme un trou, et de tenir. Non pas qu’elle soit dans l’extrême de sa lucidité et tenue correcte, mais Vodka était capable de tenir. Là n’en était la plus belle preuve d’exemple, n’étant clairement pas au meilleur de sa forme. Disons qu’elle s’était légèrement égarée. Juste un peu. Mais oui, véridique, des filles peuvent tenir l’alcool. Autrement, elle serait déjà à vomir ses tripes. Or, même enivrée, elle ne se le permettrait pas en présence de Malik. Au diable le glamour et le sex appeal, seulement il n’était pas là pour la regarder dans le summum de son ivresse. Ça arrivait, parfois, et après coup elle se disait toujours qu’elle était pitoyable. Mais rigolait aux remarques que pouvait lui adresser Malik, comme si ça ne l’atteignait pas. Vodka, un ensemble de débauche acidulée, refusant de finir comme ses parents mais qui pourrait aller bien au-delà. Son copain, c’était l’élément qui la supervisait, entre autres. Il l’empêchait de finir là où elle ne devrait pas, et elle essayait de se contenir un tant soit peu pour ne pas le faire. Car, même elle se battait pour le garder rien qu’à elle. Ils étaient tous les deux paranoïaques sur leur relation et il y avait de quoi. Aucun ne pouvait omettre le passé libertin de l’autre, et ça n’a pas manqué à raviver d’étincelles nombre de leurs disputes.

Au fond, ils ne formaient qu’un couple banal. Tant la simplicité pouvait s’accordait à un arabe et une rousse alcoolique, ce qui ne manquait pas aux remarques et moqueries. Mais, vraiment, ça marchait. C’était sans compter les éléments extérieurs qui venaient toujours les perturber, et ils n’étaient pas à l’abri des dérapages de chacun. Du moins, particulièrement de Vodka. Elle se faisait souvent la remarque mais n’en faisait pas part à Malik, il était clair qu’il tenait mieux qu’elle la question de la fidélité. Elle le pensait sincèrement. C’était une première pour elle, de se montrer fidèle aussi longtemps et de ne pas aller voir ailleurs, un peu. Rien qu’un peu. Peut-être impensable d’avoir un tel comportement à l’égard du mec qui ferait tout pour elle, et c’était bien réciproque ne vous y trompez pas, Vodka serait prête à tout pour lui également. Seulement, pour une fille qui n’a jamais tenu de relations sérieuses et qui s’est toujours intéressée à enchaîner plutôt que de faire face à des sentiments, tenir relevait de l’exploit. On raconte que l’amour rend aveugle, fait planer, rêver, comme un doux nuage. En l’occurrence, ce n’était pas suffisant. Certes, Malik était sa drogue la plus sûre et la plus efficace. Certes, elle ne pouvait se passer de lui et passer de sales moments seule après leurs nombreuses disputes. Certes, elle n’avait encore jamais flanché.

Mais rien ne pouvait certifier que ça n’arriverait pas.
Et c’était sacrément dégueulasse de sa part.

Autant elle aurait bien étripé la nana qui avait emballé son copain, autant elle était d’une toute autre réaction quand elle était sujette à la drague de deux individus non dénudés de charme, elle l’admettait. Quelques instants plus tôt, quand leur rencontre avec ces deux armoires à glace les avait presque amenés à la bagarre, elle n’avait eu qu’une envie : que ça cesse. Vodka ne s’était guère intéressée à eux, et quand bien même ils aient vainement tenté de l’atteindre, elle ne leur avait pas prêté attention. Dans l’instant, il n’y avait que Malik, et leur bulle. Que ça dérape, elle ne l’aurait pas accepté. Or, là, c’était un tout autre comportement qu’elle abordait. Pire, elle ne s’en rendait pas réellement compte.

La demoiselle sentit bien qu’on l’arracha à Malik, c’était le genre de comportement qu’elle n’avait jamais supporté. Pourtant, le sentiment d’aigreur qu’elle ait pu ressentir s’effaça bien assez vite et elle se retrouva aux bras de l’un de ses deux inconnus, dont aucun ne se retenait de la dévisager sans gêne. Et, que dire. Beaucoup excusent leurs fautes par l’alcool au détour d’une soirée où ils auraient trop joué avec l’ivresse, mais Vodka n’en était jamais venue à cette excuse. Si elle employait, c’était certainement par taquinerie ou pour se moquer d’elle-même. L’autodérision, ça la connaissait aussi bien qu’un jour sans chambrer Malik était inenvisageable. Aussi bien qu’elle n’avait que rarement le comportement d’une fille normalement constituée, également. Elle ne gloussa pas quand les deux types s’employèrent à la draguer, mais elle ne put s’empêcher d’émettre un rire amusé. Qu’ils essaient, ça n’allait pas les mener bien loin. Et pourtant, elle restait là. Là entre leurs bras, au lieu que ce soit ceux de Malik autour d’elle. Malik dont elle aurait pu oublier la présence tant elle semblait divaguer avec les autres énergumènes. Et ça, c’était Vodka. Du moins, un bout de l’ancienne. Toujours ouverte à ce genre de choses, et il était pathétique d’assister à un retour des vieilles habitudes.

Combien de temps cela dura, elle ne sut guère le dire. Ce qui la fit redescendre sur terre fut quand l’un deux aventura un peu trop sa main, l’effet d’une douche glacée fut immédiat et elle tenta de se dégager de sa poigne. Comme moyen de dessaouler de quelques degrés, c’était fort. Un coup de coude, elle se dégagea un minimum et se retrouva face à Malik. Ohoh. Dire que l’alarme sonnait avec vacarme dans sa tête n’était qu’un doux euphémisme, ça puait à plein nez le comportement qui était allé un peu trop loin. Le dérapage évoqué plus haut ? En voilà un aperçu. Et Malik n’avait jamais mérité ça. Vodka fuit légèrement son regard, l’espace de quelques secondes, et vint se racler la gorge. Puis, comme si rien ne c’était passé, elle part dans un de ces rires dont elle seule avait le secret, de ses propres rires dont on ne pouvait définir s’ils étaient sincère ou non, et revint se pavaner aux côtés de Malik. Comme détente de l’atmosphère, on avait vu mieux. Seulement, elle était bourrée, et même si cela n’excusait pas réellement les choses, elle n’avait pas non plus la maîtrise de l’ampleur de ses réactions. Vodka ne fuyait jamais les problèmes, c’était au moins quelque chose de sûr chez elle. Quoiqu’il arrive, elle y faisait toujours face. Et elle savait que quelque chose lui tomberait dessus, plus tard.

« Allez vous trouvez une meuf ailleurs. » Vodka ne les regarda même pas en leur adressant ces mots, comme s’ils étaient aussi insignifiants qu’un verre vide. D’accord, elle leur jeta un coup d’œil quand ils s’éloignèrent, sans protestations qui plus est, mais c’était très certainement dû à ce que Malik émettait en cet instant. Des envies d’étrangler quelqu’un, c’était certain. Sa copine et les deux autres, peut-être tout le monde. C’était la réaction typique que Vodka aurait eu, si la situation était inverse. Par ailleurs, la rousse soupira et se pinça la lèvre. « Tu l’as bien laissé t’embrasser, elle. » Aïe. Dans la suite des remarques inutiles et complètement déplacées, veuillez attribuer la palme d’or à Vodka.

Tentative de vouloir se rattraper, la demoiselle déposa ses lèvres sur celles son copain, dans un léger baiser et lui adressa un regard digne d’un chien battu en s’écartant. Voyez le regard décapant du Chat Potté ? Elle était capable d’une imitation étonnante. Elle vint tout d’abord glisser ses doigts le long de sa mâchoire, glissant dans sa nuque, puis Vodka agrippa le tee-shirt de Malik et vint lui déposer un baiser dans le coup. Avant de s’éloigner une nouvelle fois, non sans regrets cette fois, pour lui adresser ce même regard fiévreux d’il y a quelques instants plus tôt avant qu’on ne les interrompe. « Maintenant. » Doux murmure chaleureux délaissé au creux d’une oreille, assez explicite et clairement décisif sur la suite des évènements. Ils se trouvaient encore dans la salle commune du bar, et aussi vite que Vodka s’étaient laissée dérivée avec les autres mecs, elle retrouva bien instantanément la pulsion qui battait ses veines, le rythme effréné de son cœur, et l’envie par-dessus tout. Bouillonnante dans tous les sens du terme, c’était de Malik dont elle avait besoin là, de suite, maintenant.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬▬▬▬▬▬▬

avatar

Messages : 261
Date d'inscription : 09/01/2012
Age : 23


It's a kind of magic.
Age du personnage : 19 ans
Nationalité: Arabe d'Israel
Relationship:

MessageSujet: Re: i’ll be drunk again to feel a little love ❞ Malik   Jeu 24 Mai - 19:56



Le jour où les chiottes ont pris une dimension très érotique.



Vodka, je la vois souvent bourrée. C’est comme le prénom que ses parents lui avaient donné était une excuse pour se mettre misérable au minimum une fois par semaine. Elle dépasse rarement sa limite quand je suis avec elle, mais ça lui arrive de temps en temps. Généralement, j’ai alors droit à une magnifique démonstration de ce que son estomac est capable de contenir et rejeter en une soirée –croyez moi c’est impressionnant-. Je déteste ça. Je lui tiens les cheveux. Je reste près d’elle, et je ne peux m’empêcher de rire alors que je suis furax, parce qu’elle fait souvent la liste des gens sur qui elle aimerait bien vomir un bon coup. Elle me demande même d’aller les chercher dans la salle, parfois, quand ils sont là.

Vodka est folle.

Et n’a jamais effleuré la possibilité de parvenir à me convaincre de boire avec ses arguments à la con. Du style, ça fait chaud à l’intérieur, après tu te sens joyeuuuux, sans souciiis, gnagnagnaaaa tu PARLES. J’ai peur de ce qui peut arriver avec l’équation vodka + bourrée = party hard sans moi. Je suis le mec relou qui lui enlève la bouteille des mains. Le petit copain chiant qui lui dit que peut être, maintenant, elle devrait envisager d’arrêter de se souler la gueule. Qu’éventuellement elle va finir misérable. Je la canalise, ouais. Et j’ai peur de penser à ce qu’elle peut devenir quand je ne suis pas là. Vodka est chaude, Vodka est belle, et j’ai déjà vu sous mes yeux ce que donnent une fille bourré et un mec qui en profite ensemble.

Si ça arrive, est ce que je devrais lui en vouloir ? Ou juste passer l’éponge parce qu’elle n’est pas responsable de ses actes ?

Hé. C’est bien ce que dit le Coran. Une leçon de savoir vivre, de bon comportement des autres. Bonjour, je suis les autres. Merci de me respecter.

Mais c’est Vodka. Vodka est libre, et c’est sans doute la raison pour laquelle tout le monde la désire. Vodka, c’est une pensée, un instant, un bref souffle insaisissable qu’elle vous accorde si elle estime que vous en êtes digne. Puis, soudainement, elle disparaît et ne revient plus jamais. J’ai peur de me réveiller un matin, et qu’elle ai disparut. Je me demande encore par quel miracle elle me reste enchaîné. Je sais parfaitement qu’elle n’a jamais eu de relation vraiment sérieuse avant moi, tout du moins pas à Aisling. Et je sais que contrairement à moi, elle assez sure d’elle pour ne pas craindre de me perdre au moindre écart. Je me demande encore ce que j’ai fais de si miraculeux pour qu’elle m’accorde autant d’importance.

Hé, mec. Elle est peut être juste amoureuse, hein ?

Il faut que j’arrête de me rabaisser comme ça. Tout le monde s’accorde au moins pour dire qu’on va bien ensemble et qu’on est pas un couple trop chiant.

D’ailleurs, ça me rassure de la voir tenter d’égorger les filles qui me collent d’un peu trop prêt. Perso, j’ai souvent du mal à dire à une fille que je ne veux pas ci ou ça. Je veux dire, on ne sait jamais comment elles vont réagir. Un jour, je me suis pris une mandale parce que j’avais félicité une fille pour son gosse à venir. On m’avait dit après que ça ne se disait pas. Je pensais que c’était une coutume, pourtant.

Maintenant que j’y repense, peut être qu’elle n’était pas enceinte.

Merde, ça expliquerai beaucoup de choses.

Et puis, il faut encore que ça dérape. C’est systématique. Il faut toujours que quelque chose vienne troubler notre ordre. Quelque chose auquel on est incapable de faire face, de résister. Ce côté charnel de la vie qui nous plonge dans des précipices de destruction mutuel. Pour quoi ? Pour rien. Je suis jaloux. Atrocement jaloux. Elle ne sait pas se tenir. Voilà. Tout le problème est là. D’un côté, si j’acceptai le fait qu’elle puisse aimer jouer avec des mecs juste pour le plaisir de le coller un râteau, en sachant pertinemment que c’est juste pour mieux me mettre en valeur, ça se passerait sûrement mieux. De l’autre, si elle n’en profitait pas à chaque fois pour aller aussi loin avec ses jouets de passages, peut être que j’aurais moins de raison de me montrer hyper agressif et protecteur dans le vide.

J’allais leur mettre un pain. Vraiment. Ma main s’était déjà lever pour saisir le plus grand par l’épaule, mon poing était armé, prêt à lui défoncer la mâchoire avec toute la grâce et l’élégance de mon profond respect lorsque Vodka met un terme à son petit jeu pervers. Comme si elle connaissait mes limites par cœur. J’en doute, à mon avis ce sont plutôt les sienne que le type allait dépasser.

Et bam, comme d’habitude, elle me sort sa petite excuse. Comment ? Je dois prendre son comportement pour une vengeance bien méritée ? Genre « t’avais qu’à pas penser qu’avec ta bite ? » Sérieusement !

- Je ne l’ai pas vue venir la meuf, ok !? Tu cherches une excuse, là. » Elle m’embrasse, pour que je ferme ma gueule. Stratagème que je connais par cœur et qui marche presque à tous les coups. Au cas ou elle ne m’ai pas abattue complétement, elle me décerne son plus beau regard d’innocence. Cette fois, ça ne prend pas. Je frisonne malgré moi en sentant ses lèvres dans mon cou. Ma petite zone sensible. Ca va, ca va. « Vodka, t’es bourrée. Et t’as pris plaisir à te faire tripoter par les deux autres connards sous mes yeux, ok ? Me sors surtout pas tes vieilles excuses foireuses, je suis pas d’humeur. C’est quoi ton problème, sérieux ? » Elle me fixe, les yeux pleins d’envie. « Nan, juste nan ! Putain, tu vas pas te permettre de te foutre de ma gueule comme ça et me demander de baiser ensuite, merde, ai un minimum de respect, bordel ! »

Que de vulgarité.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬▬▬▬▬▬▬

avatar

Messages : 197
Date d'inscription : 07/01/2012
Age : 23


It's a kind of magic.
Age du personnage : 19yo.
Nationalité: Irlandaise
Relationship:

MessageSujet: Re: i’ll be drunk again to feel a little love ❞ Malik   Dim 5 Aoû - 17:59



I'll be drunk again to feel a little love

Il y avait un fait indéniable et fort exaspérant avec Vodka, on pouvait lui faire tous les reproches du monde, la majorité ne l’atteindrait pas et glisserait sur sa peau comme de l'eau sur un rempart impénétrable. Il était toujours rare qu’elle écoute quelqu’un de bonne foi en acceptant de faire ce qu’on lui avait demandé. En l’occurrence, lorsque mademoiselle prenait plaisir à passer une bonne soirée sous le flot des boissons limpides et enivrantes, elle faisait la sourde oreille lorsqu’on lui demandait d’arrêter de boire. Elle avait un problème avec ça, avec l’alcool, elle le savait. Et ne faisait rien contre. Étant de nature à beaucoup se remettre en question, cet aspect de ses penchants excessifs ne lui échappait pas. Ni à personne d’autre, d’ailleurs. Vodka avait en mal les circonstances de sa naissance, la raison de l’abandon de ses parents. Des dépravés. Elle n’en parlait pas, mais il était évident qu’elle ne voulait pas finir comme eux ; prêts à abandonner leur enfant au pied d’un lampadaire dans la nuit. Elle n’a jamais repris contact avec eux, au fond elle se disait que la rue les avait emportés. Peut-être bien qu’elle se cherchait des excuses aussi, qu’elle utilisait son passé parental pour amoindrir son penchant prononcé pour l’alcool. Et pour toutes ses autres conneries, aussi. Mais ça, c’était surtout dans sa tête, en proie avec elle-même et elle seule. Elle ne voulait pas finir comme eux, jamais. Elle se pensait, se voulait, différente. Elle avait peut-être tort.

De ce qui la turlupinait autant dans les méandres de son crâne, Vodka ne le partageait pas, pas même avec Malik. Ou tout du moins, ils n’en parlaient pas. À vrai dire, elle n’était pas sûre d’avoir déjà fait durer une conversation sur son passé avec lui. Ils ne sont jamais posés quelque part, elle lui disant ‘tiens, et si je te parlais du pourquoi je suis comme ça ?’. Non, c’était son comportement naturel. C’était la satisfaction perpétuelle de ses désirs. C’était la jouissance de l’adrénaline, tout ce qui lui ferait sentir plus vivante. Existante. Comme par peur de disparaître. Avec de l’alcool dans les veines, n’importe qui en viendrait à avoir des pensées morbides ou déprimantes ; une façon à voir les choses en plus noir qu’en étant sobre. Elle se voilait la face. De tout ce qu’elle voulait, ce qu’elle était, ce qu’elle redoutait. Putain, il fallait qu’elle arrête.

Vodka n’était pas connue pour défaillir.

Pourtant, il y avait bien un problème. Un réel problème, ce genre de truc que personne ne voudrait affronter en face. Qu’elle-même, plutôt, ne voudrait avoir à ne jamais affronter de base. Car le souci résidait dans sa relation avec Malik. Pas dans leur relation même, mais plutôt dans la façon dont elle se comportait avec lui. Elle n’acceptait aucun des dérapages de son petit ami, elle ne supporterait pas qu’il lui fasse une crasse et serait prête à faire mordre la poussière à quiconque l’approcherait de trop près. Les situations qu’ils engendraient ensemble étaient toujours loufoques, pour la plupart au moins. Mais elle tenait à lui, véritablement. Pourtant, alors qu’il a toujours été le parfait copain avec elle, elle commençait à déraper. Ça la rongeait, comme un mal-être. C’était constant, d’abord à l’intérieur, puis maintenant doucement à la surface. Elle était instable pour le bien être de leur couple. Parce que son passé de dévergondée la rattrapait, ses frasques sans prise de tête ne demandaient qu’à revenir. Vodka était infidèle. Ce n’était pas une constatation, c’était un fait dont Malik avait conscience. Lui avait su se détacher de son libertinage d’avant leur relation, elle au contraire semblait avoir plus de mal.

« Vodka, t’es bourrée. Et t’as pris plaisir à te faire tripoter par les deux autres connards sous mes yeux, ok ? Me sors surtout pas tes vieilles excuses foireuses, je suis pas d’humeur. C’est quoi ton problème, sérieux ? » Ben tiens, elle se posait la question justement. Trop indépendante, peut-être. Vodka était une fille que rien n’arrêtait jamais facilement et qui, surtout, n’en faisait toujours qu’à sa tête. Des disputes avec Malik, elle en avait, et pas qu’une dizaine de fois. C’était répétitif chez eux, la faute alternait de l’un à l’autre mais c’était bien souvent sur des dérapages communs qu’ils s’engueulaient. Même s’ils en oubliaient la raison première dans la plupart des cas. Or, il semblait qu’elle était la source première de leurs divergences. Après tout, elle venait de le prouver avec les deux abrutis d’avant. Malik n’avait jamais rien fait. Rien de déplacé ou d’inexcusable, pour qu’elle se comporte ainsi. Tout d’abord, ce n’était pas la faute de l’arabe, mais bien la sienne. De plus, elle était encore bien trop accrochée à ses principes passés pour s’en défaire ne serait-ce que pour le prétexte d’être en couple. Il ne la méritait pas. Ils n’étaient peut-être pas faits pour être ensemble. Allez merde Vodka, tu es bourrée, tu penses à mal.

« J’te retourne la question ! » Il y a des personnes qui ont l’alcool mauvais, mais ça n’a jamais été le cas de Vodka ; néanmoins, il lui arrivait de s’énerver facilement quand on la titillait sur certains points. « Lâche-moi un peu, il s’est rien passé. Tu l’as vu de tes yeux, c’pas la peine de m’engueuler comme si t’étais mon père. » Bien évidemment, la franchise de Vodka était légendaire ; et bien évidemment, elle pensait plus ou moins ce qu’elle disait. Elle n’aimait pas qu’on la réprimande sur ses actions, pas même Malik. Même si elle-même ne se gênait jamais de le faire sur les autres. Elle n’avait pas embrassé les deux idiots, elle n’avait pas couché avec eux. Ils ont voulu la toucher, elle s’est barrée. Il ne s’était rien passé. Elle n’avait rien fait. Rien. Mais ça, c’était encore des excuses qu’elle se donnait. Elle ne supporterait pas de faire du mal à Malik, elle ne pourrait jamais se pardonner de le blesser. Pourtant, c’était ce qu’elle faisait toujours comme à l’instant même.

L’ultime remarque qu’elle voulut lui balancer mourut dans sa gorge à l’instant même que les reproches de Malik fusèrent. « Nan, juste nan ! Putain, tu vas pas te permettre de te foutre de ma gueule comme ça et me demander de baiser ensuite, merde, ai un minimum de respect, bordel ! » Au départ, ce n’était qu’un fouillis de mots grotesques qui s’entrechoquèrent en elle. Rien de signifiant, de particulièrement saisissant. Puis les lettres s’assemblèrent, prirent leur couleur, et le sens des mots s’immisça en elle. Brutalement. « Pardon ? » Vodka s’étrangla à moitié en prononçant ce simple mot, par stupeur. Parce que la première pensée qu’elle eut à l’égard de ces paroles vulgaires, c’était la façon dont ça la désignait. Presque comme une biatch. C’était malsain, ça la faisait passer pour une fille qu’elle n’était pas. En cet instant, Vodka eut toutes les peines du monde à rester aussi impassible que son état de bourrée le permettait. Ou, surtout, ça lui renvoyait à la figure l’exacte ampleur de ses agissements. « Mais tu te fous de moi ?! » Elle lui avait hurlé dessus, ne pensait plus à boire un verre. Déjà, l’envie cuisante qu’elle avait eu à son égard s’était évaporée sèchement. Il avait suffi qu’il lui balance ces mots trop vrais pour qu’elle retourne à terre. Douloureusement à terre. Si Vodka buvait, parfois trop, c’était aussi pour s’échapper et agir en légèreté. Ne pas se prendre la tête. Vivre de ses pulsions. Malik avait certainement raison, mais elle ne pouvait pas supporter l’idée qu’il lui parle ainsi. « Jt’interdis de me parler comme ça ! » La sensation qui l’opprimait à l’entente des mots, du ton qu’il avait employé, à son égard était violente. Elle étouffait. Elle se faisait de mauvaises idées. Elle n’était pas comme ça. Pourtant, si. C’était elle, celle d’avant, celle d’aujourd’hui, celle qu’elle sera sûrement dans dix ans. Une putain d’allumeuse. Débauchée. « Tu me parles de respect mais t’en es pas le meilleur des exemples ! » Énervée, perdue, Vodka s’éloigna un peu de lui. En chancelant. C’était pathétique de devoir s’énerver dans son état, elle n’était même pas sûre que ses paroles aient tous un sens. Bon Dieu, que ce ne soit pas arrivé. Elle ferma les yeux, deux secondes à tout casser, ayant la tête qui commençait à lui tourner. Vraiment, elle devrait se calmer sur l’alcool. Mais non, elle attrapa un verre qui passait là et l’avala d’une traite. Chouette démonstration pour Malik. Au final, c’était un air bien plus blasé et hagard qu’énervé qu’elle portait sur le visage. « Franchement, bravo. » Elle ne savait même pas si ce qu’elle venait de dire lui était plus destiné à elle qu’à lui.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▬▬▬▬▬▬▬
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: i’ll be drunk again to feel a little love ❞ Malik   

Revenir en haut Aller en bas
 

i’ll be drunk again to feel a little love ❞ Malik

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: « CAMPUS. :: « Restaurants.-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit