AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The Buddha of Aislingia ► Yue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
▬▬▬▬▬▬▬

avatar

Messages : 95
Date d'inscription : 26/06/2011
Age : 22


It's a kind of magic.
Age du personnage : 17 ans
Nationalité: Ecossaise
Relationship:

MessageSujet: The Buddha of Aislingia ► Yue   Ven 20 Jan - 17:31



L’Ecossais se sentait d’extrêmement bonne humeur ce matin-ci. Il y avait, lui semblait-il, un quelque chose qui, flottant dans l’air, rendait les rayons du Soleil plus chauds, le chant des oiseaux plus clair, la marmite plus goûteuse. Le printemps, peut-être. Ou bien le fait qu’on soit Dimanche. Bref, quelque chose, et peu importait quoi, au fond, du moment que cela lui était agréable !

C’est donc, toujours absorbé par sa transe guillerette, qu’il avançait d’un bon pas dans les couloirs, ses babioles bringuebalant au rythme de sa démarche, elle-même plus assurée que d’ordinaire. Il en aurait presque sautillé, si ce fichu pantalon ne lui avait pas entravé les jambes – mais il n’allait certes pas se laisser contrarier par si peu : ce n’était pas de sa faute, après tout, au pantalon, et puis il devait bien laver ses kilts de temps en temps. Allons bon, rien de bien grave en somme : On n’allait pas s’y attarder. C’est qu’il avait des projets à mettre à exécution, que diable…

Sa phalange se détacha du mur rugueux quand enfin il eut repéré l’objet de ses recherches. Qui n’était, entre nous, nul autre que l’infortuné chinois, que le sort venait cruellement de placer sur son chemin. Quand il fut suffisamment proche de lui, Terrence l’empoigna par le bras, lui offrit un immense sourire - qui dans ce genre de circonstances eut de quoi faire pâlir tout être humain normalement constitué -, et, toujours sans mot dire, l’entraîna à sa suite. Communément, on aurait appelé ça de la réquisition. Dans les faits, on n’en était pas loin.

Il ne daigna en outre le libérer qu’après qu’ils eurent traversés plusieurs couloirs, et fussent finalement parvenus devant la porte d’une salle de classe lambda. Il l’entrebâilla alors, passa sa tête par l’ouverture, et, quand il eut constaté que la pièce était bel et bien vide, y fit entrer l’Asiatique, refermant le passage derrière eux.

Puis il s’avança, déplaça quelques bureaux de sorte à dégager un espace suffisamment large, y déposa le livre qu’il portait sous le bras, l’ouvrit à une page préalablement marquée, se plaça en face. Une fois tous ces préparatifs accomplis, il invita l’autre à s’asseoir, inspira profondément, puis entreprit de relever derrière lui sa jambe gauche, de l’agripper en basculant son corps en arrière – ce qui échoua -, l’attrapa finalement en passant ses bras derrière son dos, se pencha en avant et se mit à sautiller sur place, faisant craquer au passage quelques uns de ses os.

« Je ne… tiens pas… encore… très bien… l’équilibre… »

Au bout d’une dizaine de secondes, durant lesquelles il manqua de s’affaler par terre à de multiples reprises, il relâcha son pied et s’étira. Puis il ramassa l’ouvrage qui gisait misérablement par-terre pour l’agiter sous le nez du feng-shuiste, tout en pointant du doigt son titre : Combattre son Impuissance par le Yoga.

« C’est que, tu comprends, je me sens très impuissant vis-à-vis de mon avenir, depuis le TP de chimie de la dernière fois… »

TP de chimie lors duquel il avait malencontreusement confondu les acides citrique et nitrique. A une lettre près, ce n’était pas grand-chose… Mais un pas grand-chose qui avait tout de même, en plus de tout faire louper, manqué de dissoudre sa copie, son bureau et ses mains avec.

Il survola ensuite quelques feuillets, desquels s’échappa un marque-page. Qu’il vint inévitablement brandir, à son tour, devant son camarade.

« Et ça ? Tu crois que ça vaut quelque chose ? Ils me l’ont donné avec. »

Question tout ce qu’il y a de plus anodin, et qui put être considérée comme telle, si la réclame qui ornait ladite brochure n’avait pas venté les mérites d’un autre manuel, traitant d’un sport tout aussi célèbre, tout aussi asiatique, tout aussi riche en positions que le premier, mais certes beaucoup moins chaste. Brochure qui, au demeurant, lui échappa des mains pour avoir trop brusquement été secouée dans les airs et vint atterrir aux pieds du Chinois.

L’expression de l’animiste s’empreignit alors d’un silence solennel. Il se baissa pour la ramasser et la tendit cérémonieusement à Yue.

« Il t’a choisi. Prend soin de lui. »

Il se détourna finalement du marque-page avec un dernier geste d’adieu, puis planta son regard enthousiaste dans celui de son camarade.

« Bref. Tout ça pour te dire que je débute, et que je n’arrive toujours pas à faire le petit chien sous la branche de cerisier en fleur. Tu me donnerais un coup de main ? Je suis sûr que tu es doué ! Et puis de toute manière, on a la journée devant nous… »

Et dire qu’il n’avait vraiment rien consommé… A moins que quelqu’un ait ajouté à son insu quelque chose de douteux dans son Ceylan – ce qui en fin de compte n’était pas si invraisemblable que cela -, mais il en doutait. Non, non, définitivement non, il l’aurait bien remarqué… Le thé, ça le connaît.

Alors il sourit à l’Eurasien, du sourire de celui pour qui tout est déjà arrangé, puis tapote avec insistance l’une des illustrations, à l'évidence celle représentant la figure qui lui pose problème. Cette matinée s’annonçait décidément charmante… Et lui, déterminé à la remplir comme il se doit.

Et maintenant, Yue, à toi de jouer : Montre-nous ce que tu sais faire !
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

The Buddha of Aislingia ► Yue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: « COLLEGE/LYCEE | RPG. :: « Premier & Deuxième étage. :: « Salle de cours principaux.-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit