AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Nobody's gonna slow me down [Lancelot]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
▬▬▬▬▬▬▬

avatar

Messages : 807
Date d'inscription : 30/03/2011
Age : 28


It's a kind of magic.
Age du personnage : 19
Nationalité: Irish
Relationship:

MessageSujet: Nobody's gonna slow me down [Lancelot]   Dim 1 Mai - 17:41

C'est bateau mais j'aime ça. ♥

« - Livin' easy, livin' free, season ticket on a one way ride
Askin’ nothing, leave me be, takin' everything in my stride »
Printemps '06
Lancelot & Kyle, 14 ans.


    « TEAGAN ! »

    Il émergea difficilement de sous les couvertures et ouvrit un œil endormi. Il lui semblait qu’on l’avait appelé. Mais il n’était pas sûr. Il comprit pourquoi, quand la voix ô combien mélodieuse répéta :

    « TEAGAAAN ! »

    L'adolescent soupira. Bordel de merde. Est-ce qu’elle allait le laisser tranquille, à la fin ? Si on ne pouvait même plus dormir un peu…

    « TEAGAN ! » répéta la voix criarde qui montait probablement de la cuisine ou du salon.

    « M’appelle pas comme ça, mémé ! »
    « TEAG… »
    « C'est KYLE ! ET ARRÊTE DE CRIER, MERDE ! » cria-t-il encore plus fort.

    Il enfila un t-shirt aux couleurs irlandaises (ah, l’Irlande !) et, comme les appels ne faiblissaient pas, il passa la tête pas la porte de sa chambre afin de savoir de quoi il en retournait.

    « Ah, pas trop tôt ! C’est à cette heure-ci que tu te lèves, petit paresseux ? »
    « Mémé, il est seulement dix heures et je suis en vacances » grimaça-t-il en descendant les marches. La vieille femme était assise dans le salon et elle tricotait. ELLE TRICOTAIT. On se serait cru chez les Ingalls.
    « Oui et bien vacances ou pas, tu vas m’aider à faire les courses. »
    « Nyé ? »
    « C’est le jour du marché, alors monte t’habiller et… »
    « Mais j’suis habillé. »
    « Tu te moques de moi ? Ce vieux t-shirt moisi et… vert. Et ce pantalon troué ? »
    « C’est la mode, mémé, t’es trop vieille pour comprendre. Et il est pas moisi. »
    « Parce que les bracelets à pics c’est la mode aussi, peut-être ? » tonna Iverna MacNeil, 73 ans et toutes ses dents. (Quoique.) « Enlève-moi ça et habille-toi correctement. »
    « Oh allez, mémé… sois cool. »

    Si cette vieille toute rabougrie n’avait pas été sa grand-mère, Kyle lui aurait déjà explosé la gueule. Parce que, petit un : il était obligé de passer une semaine en Ecosse pour les vacances de Pâques (elle ne pouvait pas s’exiler dans un pays plus chaud, non ?). L'Écosse, c’était pourri et il faisait trop moche pour faire quoi que ce soit. Petit deux : le marché, c’était pour les gonzesses. Et petit trois : il se fringuait comme il le voulait, bordeldemerdeuh. Mais la vieille toute rabougrie était sa grand-mère, et Kyle avait encore un certain respect pour les membres de sa famille. Même si à ses yeux, seule sa mère était en droit de lui donner des ordres. Mais comme c’était sa mère, justement, qui avait insisté pour qu’il passe les vacances chez sa grand-mère, Kyle tâchait de garder son sang-froid. Heureusement que personne à Aisling ne savait que le King passait ses vacances en Écosse, au bord de la mer, avec une mémé acariâtre qui le menait par le bout du nez, parce que franchement… franchement…. voilà, quoi.

    « J’ai dit non. »
    « Oh, steuplaît mémé. J’suis en vacances... »
    « Non, c’est non ! C’est débraillé ! »
    « BORDEL DE MERDE TU FAIS CHIER, MÉMÉ ! »
    « Je sais ! Et parle sur un autre ton, Teagan ! »
    « JE M’APPELLE KYLE, TEAGAN C’EST MON PÈRE ! ET J’IRAI PAS AU MARCHÉ. »

    Il remonta l’escalier, furax mais bien décidé à bouder dans sa chambre comme un grand garçon… à défaut d’avoir autre chose à faire. Les vacances chez mémé, c’était un peu le purgatoire de l’Enfer. Sauf que Hadès ne s’appelait pas Hadès mais Iverna Glitonea Margreg. À croire que toute la …délicatesse de son nom s’était réincarnée en elle.

    « Reviens ici, jeune homme ! »
    « VA CREVER ! »

    Il claqua la porte et s’enferma à double-tour. Marre. Il en avait MARRE. De cette vieille maison pourrie, de cette vieille pourrie et de sa mère qui n’avait rien trouvé de mieux à faire, que de l’envoyer dans ce trou perdu ! C’était quoi, ces conneries ? Il était Kyle, Kyle MacNeil, le King d’Aisling ! Et le King d’Aisling ne baissait pas les yeux devant une pauvre vieille amoureuse de l'Écosse et… des chats. Ah oui, parlons-en, des chats ! Il y en avait partout, de ces saloperies de félins ! Tiens, en ce moment-même, la rouquine squattait son lit. Kyle tira violemment les couvertures pour faire tomber l’animal, mais il se rattrapa sur ses pattes, bien évidemment. Saleté. Et maso, avec ça ! Le voilà qui venait se coller contre sa jambe en ronronnant.

    « CASSE-TOI SALE CHAT. »

    À quatorze ans déjà, Kyle était déjà un être doux et délicat. Ou pas. Il balança un coup de pied au minou, qui s’enfuit en sautant par la fenêtre. Oups. Mémé n’avait pas dit de la laisser fermée parce que la chatte était en chaleur ? *Elle au moins, elle prendra son pied.* pensa méchamment Kyle en refermant la fenêtre – tout en regardant la chatte miauler plaintivement de l’autre côté.

    « Bien fait pour ta gueule ! »

    Il avait juste besoin de se défouler sur quelqu’un.

    Si mémé MacNeil était acariâtre, Kyle était hargneux. Mais vraiment. Il s’énervait pour un rien, surtout depuis qu’il était enfermé ici, entre ces quatre murs. C’est pas comme s’il n’avait pas le droit de sortir, hein ! (Tant qu’il était rentré à 19h, heure du couvre-feu…) C’est juste qu’il n’y avait rien à faire dehors. Ni dedans. Il se demandait encore ce qu’il faisait là. *Y’A MÊME PAS LE CÂBLE, BORDEL !* En fait, la télévision qui datait du siècle dernier ne retransmettait qu’une chaine nationale. Le reste, c’était du régional, avec, je cite « leurs accents d’écossais à la con ». En tout, quatre chaînes, dont « Cuisine et jardin », la préférée de mémé. Autant dire que c’était l’éclate totale.

    « Bon, ça suffit. Je me casse. »

    Il attrapa son sac et fit ses bagages. Ce fut rapide ; il n’avait pas emmené beaucoup d’affaires. Seule sa console GameBoy comptait à ses yeux, et la traîtresse l’avait lâché dès le premier jour. Les piles n’avaient pas supporté le voyage. Et apparemment, ce n’était pas un mot que mémé Iverna connaissait. « Des piles ? Ah non, je n’ai rien de tout ça ici. Tu peux aller en ville, si tu veux. » Trois heures de marche. Parce que mémé n’avait pas de voiture non plus. Il ouvrit à nouveau la fenêtre, la chatte en profita pour rentrer et il se laissa glisser le long de la gouttière.

    « - Don't need reason, don't need rhyme
    Ain't nothin' that I'd rather do »

    Après plusieurs heures de marches et d’auto-stop - dont l’un avec un vieux pervers comme on en voyait qu’au cinéma – Kyle atteignit enfin la civilisation. La ville. Il allait pouvoir trouver un billet d’avion, de train, de bateau ou même une barque, il était pas difficile, lui. Du moment qu’il pouvait se tirer d’ici. Fallait juste trouver un kiosque, n'importe quoi. Une gare, peut-être ? Ouais, voilà. Il allait trouver la gare. Il chercha un passant. Il n'y avait pas grand monde dans le coin... en même temps, ça n'avait pas l'air d'être le quartier le plus accueillant de la ville. Quoique, on ne savait jamais. Le reste était peut-être pire. Kyle shoota dans une canette et remonta la rue où les passants marchaient vite et jamais seuls. Un petit ricanement lui échappa. Genre c'était le quartier chaud de la ville. Le repère de la mafia écossaise. Et le Parrain portait un kilt. Kyle ricana de plus belle. L'Écosse, c'était bien joli. Mais à part les châteaux hantés et le Loch Ness, il n'y avait rien de bien intéressant. Rien qui puisse l'impressionner. N'oublions pas qu'il était le King d'Aisling. Plus pour longtemps, mais ça.. Aisling, école pour détenteurs de super-pouvoirs. Alors genre, c'était pas un quartier mal famé qui allait lui faire peur. Des racailles, il en bouffait tous les jours au p'tit déj.

    « Hé, vous là. » Plutôt que de courir après les passants, il préféra se diriger vers un groupe de jeunes de son âge qui squattait un peu plus loin. « C'est par où, la gare ? Si y'en a une ici. » ajouta-t-il avec un petit sourire narquois.

    Kyle, peur de tomber sur plus fort que lui ? Jamais de la vie. Kyle était le King. Et on ne le répétera jamais assez, ça le rendait supérieur à tout être vivant sur Terre. Dans sa tête, en tout cas. C'était suffisant pour lui donner assez d'assurance pour écraser celle de n'importe qui avec la sienne (parce qu'il en avait une grosse. D'assurance.) Sans compter qu'aujourd’hui plus que d’habitude, fallait pas lui faire chier.

    Il avait juste besoin de se défouler sur quelqu’un.
« - I'm on the highway to hell »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Nobody's gonna slow me down [Lancelot]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: « COLLEGE/LYCEE | RPG. :: « Cinquième étage. :: « Rétrovision.-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit